murphypoppy

murphypoppy

Si elle était célèbre, vous auriez déjà appelé les autorités en découvrant ici Poppy, alias Poppy’s on a Zeppelin. Recherchée par les polices de ce monde et de bien d’autres pour ses chroniques littéraires sur le blog du même nom, elle traverse les espaces et les époques dans son Zeppelin pour y dévaliser quelques librairies. Principalement tournée vers la SFFF, l’individu est connue pour ses goûts à dominance steampunk, gothique et fantasy, et pour quelques crimes littéraires signés Dame Eris, écrivaine dont elle a usurpé l’identité. Le dernier témoin de ses méfaits en date raconte aujourd'hui encore, entre deux crises de folie, qu'elle cherche les portes d'Avalon et un certain "Roi Jack de l'ombre"... ou bien était-ce "de Londres" ?

S’il était connu, vous auriez cette fois appelé l’hôpital psychiatrique le plus proche en relevant le nom de Murphy. Récidiviste usurpateur d’identités, le personnage se présente tour à tour comme étant Damn Murphy lors de ses critiques, sur un blog homonyme, et Murphy Myers quand il auto-édite ses sinistres récits. Passionné principalement de surnaturel et d’horreur, il trouve bonnes les histoires qui finissent mal et inversement. Cherchant à briser les secrets de Carcosa et du Nécronomicon, la dernière signalisation connue du suspect remonte au siècle dernier, alors qu’il disait être sur les traces d’un certain comte Orlock.

Mon blog

Murphy
Les articles du blog Murphy ont été partagés 76 fois


wallpaper-1019588
Les Innocents Coupables : La Trahison
wallpaper-1019588
Le top des flops
wallpaper-1019588
Là où les lumières se perdent · David Joy
wallpaper-1019588
Cœur de Pierre, de Gauthier et Almanza
wallpaper-1019588
Zykë L'aventure - Thierry Poncet
wallpaper-1019588
La Hotte de Noël 2017
wallpaper-1019588
Top Ten Tuesday # 34
wallpaper-1019588
"Le plus probable, c'est qu'on va plutôt où l'on ne veut pas, et que l'on fait plutôt ce qu'on ne voudrait pas faire, et qu'on vit et décède tout autrement qu'on ne le voudrait jamais, sans espoir d'aucune espèce de compensation" (Arthur Rimbaud).