Taqawan d'Éric Plamondon lu par François-Éric Gendron #PrixAudiolib2021

Taqawan d'Éric Plamondon lu par François-Éric Gendron #PrixAudiolib2021

Date de publication : 14 octobre 2020

Quatrième de couverture : " Ici, on a tous du sang indien et quand ce n'est pas dans les veines, c'est sur les

Le 11 juin 1981, trois cents policiers de la sûreté du Québec débarquent sur la réserve de Restigouche pour s'emparer des filets des Indiens mig'maq. Émeutes, répression et crise d'ampleur : le pays découvre son angle mort.

Une adolescente en révolte disparaît, un agent de la faune démissionne, un vieil Indien sort du bois et une jeune enseignante française découvre l'immensité d'un territoire et toutes ses contradictions. Comme le saumon devenu taqawan remonte la rivière vers son origine, il faut aller à la source...

Histoire de luttes et de pêche, d'amour tout autant que de meurtres et de rêves brisés, Taqawan se nourrit de légendes comme de réalités, du passé et du présent, celui notamment d'un peuple millénaire bafoué dans ses droits.

Taqawan d'Éric Plamondon lu par François-Éric Gendron est en lice pour le Prix audiolib 2021. Pour la quatrième année consécutive, j'ai la chance de faire partie du jury qui choisira les 5 livres audios finalistes du prix Audiolib 2021.

Bien qu'un grand amoureux de Québec sans même y avoir mis les pieds, sans le PrixAudiolib, je ne me serais certainement jamais lancé de la lecture/écoute de ce roman et pourtant par sa thématique, il ne pouvait que finir par me plaire.

Même si les thématiques sont différentes, il est facile de faire un rapprochement entre le Québec et la Catalogne où je vis aujourd'hui depuis plus de 14 ans.

Tel le saumon qui remonte la rivière. L'auteur remonte le temps et revient sur les origines du conflit entre les Indiens Mig'maq et les Québécois, paradoxalement ces mêmes québécois imposant un quota de pêche rêvent d'indépendance. Ce même conflit met en péril l'existence même ces autochtones.

Éric Plamondon dans ce roman fait une véritable critique à ce Québec, ce Québec qui parle d'indépendance lorsque dans le même temps, ils ont les mains tachées du sang des indiens pour une question de quota de pêche, même quota qui met en péril la survit de ses derniers.

Je conclurais sur une phrase que l'on retrouve dans ce roman reprise sans la nommée à Lao-Tseu " Mieux vaut construire des ponts que bâtir des murs ", pourquoi monter les murs du nationalisme que de construire des ponts favorisant le dialogue ?

Vous pouvez retrouver l'ensemble des titres en lice pour le #PrixAudiolib2021 ici

Si cela n'est pas encore fait, je vous invite à découvrir , qui en plus de proposer donne une nouvelle perceptive à la littérature. Avec Audible une offre d'essai d'un mois gratuit un catalogue de plusde 400.000 livres audios qui s'enrichie régulièrement au rythme des sorties en librairie.

les offres éclairs Ici sur Amazon Vente flash jusqu'à - 50% sur la Fnac Toutes les promotions DVD /Blu Ray ici sur Amazon et sur la Fnac Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis!

wallpaper-1019588
Le serpent majuscule
wallpaper-1019588
Les possibles  – Virginie Grimaldi
wallpaper-1019588
La V.O. à lire, imho - les comics du 23/06/2021
wallpaper-1019588
#109 C’est lundi que lisez-vous ?