The Queen’s Gambit

Genre: Drame

Format: 7 épisodes de 45 à 60 minutes.

Synopsis: En pleine Guerre froide, le parcours de huit à vingt-deux ans d’une jeune orpheline prodige des échecs, Beth Harmon. Tout en luttant contre une addiction, elle va tout mettre en place pour devenir la plus grande joueuse d’échecs du monde.

Hello à tous !

J’espère que vous allez tous bien. Moi je viens vous parler série. Et pas n’importe quelle série. Il est très rare que je fasse du binge watching, et pourtant j’ai dévoré cette série en une journée ! Et comme elle ne comporte qu’une seule et unique saison, c’était idéal. Je vous explique pourquoi j’ai adoré cette mini-série !

Cette série est basée sur le roman du même nom écrit par Walter Tevis en 1983 et porte principalement sur le thème des échecs. Je suis complètement nulle à ce jeu et novice quant aux techniques cependant ce thème m’a beaucoup intrigué. Nous allons suivre Beth Harmon qui va devenir une prodige des échecs. Orpheline à 8ans, c’est le gardien de son orphelinat qui va lui apprendre à jouer jusqu’à rapidement se faire surpasser par ce qui se révèle être un véritable don chez la petite fille. Hélas c’est également dans cet orphelinat qu’elle va devenir dépendante d’une substance médicamenteuse. Le thème de l’addiction va étroitement se mêler à celui des échecs.

The Queen’s Gambit

L’esthétique de la série est franchement parfaite. Les décorations d’époque, les costumes, les vieilles voitures, tout nous immerge dans les USA des années 1950 à 1960. Les épisodes sont vraiment agréables à regarder dans un premier temps pour cette raison. A cela s’ajoute de supers acteurs. L’actrice principale qui joue Beth ne m’était pas inconnue puisque je l’ai vu récemment dans Les nouveaux mutants et j’avais bien aimé la façon dont elle jouait son personnage. Mais là… le rôle lui allait à ravir, elle l’a divinement joué. J’ai d’ailleurs eu plusieurs fois l’impression qu’elle avait des airs de Scarlett Johansson. Et j’ai également pu retrouver un acteur qui a joué dans Le Labyrinthe mais qui incarne ici un rôle bien plus adulte qui lui va également très bien ! Bref, le casting envoie du lourd et permet de nous sentir très concerné par la situation de chaque personnage, du plus important au plus secondaire.

Mais ce n’est pas fini ! A tout cela se rajoute encore un rythme dynamique et un scénario bien ficelé. Les ellipses de temps sont bien gérées et si j’ai regardé la série d’un seul coup c’est que chaque fin d’épisode nous donne envie de continuer. La série est vraiment addictive. J’ai adoré cet aspect que je n’avais pas retrouvé dans une série depuis un moment. Nous avons envie de voir Beth gagner à la fois aux échecs mais aussi contre son addiction. Sa vie est composée de hauts et de bas. Elle nous étonne par son incroyable intelligence autant qu’elle nous déçoit par son comportement destructeur. Et le contexte de la guerre froide permet une fin en apothéose.

The Queen’s Gambit

Un dernier point que je voulais souligner est que j’ai adoré le traitement des échecs. Montrer la complexité du jeu avec toutes les techniques possibles. La stratégie que cela demande. J’ai également trouvé extrêmement intéressant de voir les passages où Beth se représente l’échiquier au plafond. Cela donne un style hyper cool.

Bref, comme vous pouvez le comprendre je trouve que cette série est une vraie petite pépite à dévorer sans modération. Je vous la conseille grandement !

Note : 10/10

éèé

wallpaper-1019588
22/11/63 de Stephen King
wallpaper-1019588
Le Secret de Ji, tome 2 - Le Serment orphelin
wallpaper-1019588
La femme au manteau violet • Clarisse Sabard
wallpaper-1019588
Le podcast "le bulleur" présente : les entrailles de new-york
wallpaper-1019588
Premières lignes #143 : La face cachée de Lily
wallpaper-1019588
La maîtresse de Trevelyan
wallpaper-1019588
J’avais 15 ans : vivre, survivre, revivre » Elie Buzyn
wallpaper-1019588
Les Furtifs