Le Tombeau des Lucioles

Hello tout le monde !! 😊
J’espère que vous allez tous très bien ! Aujourd’hui on se retrouve dans un nouvel article pour vous parler d’un film que j’ai vu en compagnie d’une amie qui voulait absolument me montrer cet animé. Il s’agit du film Le Tombeau des Lucioles de Isao Takahata. Peut-être l’avez-vous déjà vu, moi non et malgré qu’il soit sûrement très connu je voulais quand même vous partager mon avis et le faire découvrir à ceux qui ne l’ont pas vu.

Bande-annonce :

Mon avis :

C’est rare que je reste autant de temps devant mon article sans savoir quoi écrire. Oui j’ai pris des notes pour vous donner mon avis suite à mon visionnage, oui j’ai des choses à dire mais en même temps le film m’a tellement bouleversée qu’en revoyant les images de la bande-annonce j’en ai le coeur gros. Si vous avez envie de passer une soirée hyper joyeuse et festive, ce n’est pas tellement le genre de film que je vous recommande. Il part d’une histoire vraie, d’une autobiographie se nommant La tombe des lucioles de Akiyuki Nosaka. Je ne l’ai pas lu mais de ce que j’ai compris la fin est différente dans le film, c’est une inspiration.
Le film est sorti en 1988 au Japon mais il n’est parvenu dans les salles de cinéma français qu’en 1996 car il avait fait un flop à l’étranger. Les japonais pensaient que ce serait un film gai et joyeux sur des enfants (voire même avec une forme de propagande) et ce fut tout l’inverse.

Pour faire simple, l’histoire se passe au Japon, dans la ville de Kobé lors de l’été 1945. La question de la guerre est omniprésente entre les bombardements qui font rage, la fuite, la faim et la peur. Deux enfants, Seita et Setsuko, alors orphelins, sont confrontés à la dureté de la guerre, s’installent chez une tante. Très rapidement, ils ne se sentent plus trop à leur place et fuient dans un refuge qu’ils ont eux-mêmes créé pour tenter de survivre et faire face à la malnutrition et à l’abandon. Le garçon, âgé de 14 ans va alors devoir s’occuper de sa petite soeur de 4 ans pour lui trouver à manger, lui garder ses rêves d’enfants et ses espoirs, pour qu’elle grandisse entourée de son innocence.

Le Tombeau des lucioles : Photo

C’est le deuxième animé que je regarde, le premier étant Your Name (la chronique est juste ici). Les images sont vraiment très belles, très lumineuses et il y a des scènes, notamment avec les lucioles sur le lac, qui sont tout bonnement incroyables ! C’est féérique dans un contexte de guerre comme si la nature et sa magie ne disparaissent pas face aux atrocités du monde, comme pour encore égayer Seita et sa soeur Setsuko.

Les musiques sont envoûtantes mais chargées de tristesse, dès les premiers mots prononcés à l’écran accompagnés de la musique j’avais le coeur gros comme une maison. Vu qu’il y avait mon amie à côté de moi je me retenais de pleurer tout du long (même si j’avais des larmes que je dissimulais ^^) mais alors la fin… On le sait dès le départ mais c’est triste, mais triste de chez triste.
La durée est assez classique pour un film d’animation car elle est de 1h30 ce qui me semble assez raisonnable. Il y a peu de dialogues, la musique offre une très grande place aux émotions personnelles, le rythme est intense, dense tout en étant rempli d’une étrange douceur. La balance entre la dureté de la guerre, les moyens pour survivre et l’enfance, la candeur, le rire fait une opposition réussie entre bonheur et guerre. Cette enfance incarnée par Setsuko est contrebalancée par Seita qui deviendra adulte, indépendant et autonome bien trop vite.

Quand je vois des films tristes le soir, il me faut toujours un temps avant de dormir parce que sinon j’y repense. Et même si là dans les faits nous avons vu autre chose (dont je vous parlerai prochainement) et discuté, la nuit j’avais les images qui me revenaient, la voix des personnages, des scènes et la musique. Je pense que je reverrai ce film car c’est un fort témoignage sur l’histoire japonaise durant la Seconde Guerre mondiale. Beaucoup de symboles sont glissés dans le scénario et dans les images qu’il faut le revoir plusieurs fois pour tous les voir et les comprendre.

Le Tombeau des Lucioles - Critique du film. - World of Naruto. ❞La boite de bonbons remplie de symboles et qui acompagne Seita et Setsuko tout le long de l’histoire comme une douceur réconfortant les coeurs bercés de désillusions.

Le titre du film, Le Tombeau des Lucioles, est une belle métaphore : les lucioles sont les insectes mais sont également les bombes lâchées par les avions américains au-dessus du Japon. D’ailleurs, si on regarde bien l’affiche du film on peut y voir un avion tout en haut. Dans la première version de l’affiche on ne voyait pas très bien cet avion, c’est un fan après la mort du réalisateur qui a découvert cela.

Le Tombeau des Lucioles est un film bouleversant mais beau. Triste, pesant et lourd sur le coeur mais très beau, rempli de désespoir, de chagrin et de douloureuse fatalité face à la guerre. Je vous conseille vraiment de le voir car il mérite d’être vu par le plus grand nombre. Je regrette même de ne pas l’avoir vu plus tôt. Je n’ai vu que deux animés, les deux conseillés par cette même amie, alors croyez-moi que je vais de nouveau me tourner vers elle pour m’en faire découvrir d’autres !
Un proverbe dit que « la première victime de la guerre est l’innocence », ce film ne pourra que vous le prouver.

Je vous partage également une vidéo du Youtubeur Nota Bene qui parle de ce film. Il faut l’avoir vu car il spoile puisqu’il raconte historiquement ce qu’il s’est passé pendant cette période. La présence des japonais durant la Seconde Guerre mondiale et les forces américaines bombardant le Japon, ainsi que les enjeux sont abordés. C’est très intéressant et j’y ai appris pleins de choses permettant de voir le film avec sa richesse historique.

J’ai bien conscience que ce n’est pas l’article le plus joyeux que je vous ponds là mais, à mes yeux, il méritait une chronique sur mon blog. N’hésitez pas à me dire ce que vous avez pensé de ce film si vous l’avez vu ou s’il vous tente dans les commentaires ⬇

Je vous souhaite à tous une très bonne semaine et on se retrouve très bientôt dans un nouvel article 😘💛

Laure


wallpaper-1019588
La femme au manteau violet • Clarisse Sabard
wallpaper-1019588
Le Secret de Ji, tome 2 - Le Serment orphelin
wallpaper-1019588
22/11/63 de Stephen King
wallpaper-1019588
Le podcast "le bulleur" présente : les entrailles de new-york
wallpaper-1019588
La maîtresse de Trevelyan
wallpaper-1019588
J’avais 15 ans : vivre, survivre, revivre » Elie Buzyn
wallpaper-1019588
Les Furtifs
wallpaper-1019588
Malgré nos différences » Fanny André