Légende, David GEMMELL

Hello tout le monde !! 🤗

J’espère que vous allez tous très bien en ce samedi ! Pour ma part tout va très bien, et je suis super excitée à l’idée de vous parler de ce roman.

Une personne très chère à mes yeux m’avait parlée de cette lecture, me la conseillant car pour lui c’est un chef d’oeuvre. David Gemmell était son auteur favori et le roman Légende une pépite. Je m’étais déjà lancée dans cette lecture l’été d’il y a deux ans, ne lisant que 36 pages, car l’histoire ne m’avait pas plus plue et emballée que cela. D’autant plus que c’est de la fantasy et ce n’est pas vraiment mon truc 🤷🏼‍♀️ Début juillet, en allant à la bibliothèque je suis tombée sur ce roman dans les étagères et je me suis dit que c’était maintenant ou jamais pour lui redonner une chance. En voici donc la chronique.

Résumé :

Légende, David GEMMELL

Auteur : David Gemmell

Genre : Fantasy, Heroic Fantasy

Edition : Bragelonne

Année : 2007

Nombre de pages : 357 pages

Titre original : Legend (1984)

Fait partie de la saga Drenaï

Druss est une légende.
Ses exploits sont connus de tous. Surnommé le Capitaine à la Hache lors de ses plus grandes batailles, il aurait pu devenir riche en tant que mercenaire… Au contraire, fuyant la célébrité, il a choisi de vivre retiré loin des hommes, perché au sommet d’une montagne glacée. Il a remisé son arme, vivant reclus, se contentant de la compagnie de quelques léopards des neiges. Il attend patiemment son ennemie de toujours : la Mort.
Dros Delnoch est une forteresse imprenable.
Passage indispensable à la frontière de deux mondes, c’est l’ultime limite qu’une armée doit impérativement franchir si elle veut envahir l’Empire drenaï. Protégée par six remparts, elle est la place forte mythique. C’est aussi le dernier foyer d’une résistance désespérée, car tous sont déjà tombés devant l’envahisseur nadir. Il lui faudrait un atout déterminant, un chef charismatique : Druss, le vieux guerrier.
Quand Conan rejoint Fort Alamo, un demi-million d’envahisseurs barbares face à huit mille guerriers barricadés… Druss pourra-t-il faire la différence ? Deux mains ancrées à une hache pour empêcher une tragédie…

Mon avis :

Partons du postulat que la littérature du genre fantasy n’est pas ma prédilection. Légende est un best-seller et a fait connaître David Gemmell. Commencer par du très lourd dans ce domaine peut être un peu prétentieux car il y a un fort risque de passer à côté du roman, de ne pas l’apprécier et donc de ne pas prendre conscience du chef d’oeuvre. Sur ce dernier point, c’est vrai. Je n’ai pas de point de comparaison pour vous dire si oui ou non c’est en chef d’oeuvre, une pépite. En revanche je peux vous assurer que ce roman est une très grosse surprise. J’ai adoré ma lecture. Je ne m’attendais pas du tout à ça, je ne pensais pas détester non plus mais la trouver sans plus. Les violences, la guerre, le sang, le monde barbare avaient de quoi me dégouter plus d’une fois. Et bien non.

Je suis rentrée assez facilement dans l’histoire, dans l’univers et j’ai pris mon pied tout du long. J’ai mis beaucoup de temps à le lire car l’écriture est incroyable. Je pèse mes mots en disant ça, mais l’auteur crée des scénarios, des situations juste pour nous faire prendre conscience de deux ou trois éléments sur les personnages, sur l’avancée de l’histoire. C’est fait tout en subtilité, certains passages ressemblent à de la poésie tellement c’est beau. Chaque personnage a sa propre destinée, ses propres envies et nous les rencontrons dans un contexte de guerre grondante entre les Nadirs menés par Ulric et les Drenaïs menés par Druss.

Légende est le premier tome de la saga Drenaï mais c’est comme pour les Marvel, l’ordre de parution n’est pas l’ordre chronologique pour les différents personnages. On m’a conseillé de lire celui-ci car c’est le plus spectaculaire et qui si je l’aimais il n’y avait aucune raison à ce que je n’apprécie pas les autres. Mais il se situe au milieu de la saga. Je lirai les dix autres tomes c’est évident mais je ne sais pas si je le ferai dans l’ordre de parution ou chronologique.

Sur l’histoire à proprement parler, je peux d’ores et déjà vous informer que le résumé n’en dit pas trop. Il n’a d’explication qu’assez tardivement dans le roman et c’est tout ce que j’aime. Aparté particulière également sur la couverture qui me plait vraiment, le fait qu’aucun des personnages ne soit représenté est un point positif car j’aime pouvoir les imaginer à ma guise. N’y est représentée que la hache de Druss et en arrière-plan la forteresse de Dros Delnoch, coeur de la bataille.

Si on se concentre sur les personnages, il y a Virae qui est une femme badass comme je les aime. Humaine, un grand coeur mais aussi une grande battante pour la vie des siens et contre les injustices. On a évidemment Druss, mais aussi Rek. Ce dernier est la ligne conductrice d’une bonne partie du roman, ce personnage je le trouve génial car il n’a rien de l’étoffe d’un super-héros, juste d’un battant. Plus largement, aucun des protagonistes n’est un super-héros, ce sont juste des hommes qui vont apprendre à se battre et devenir des guerriers pour défendre jusqu’au bout Dros Delnoch.
Jusqu’ici tout est réaliste mais l’arrivée des Trente rajoute à l’histoire la partie fantasy. C’est un groupe de shamans, de voyants mené par Serbitar et Vintar, qui arrivent à faire de leur cerveau une entité à part entière et d’avoir des visions. J’avais peur que cela ne soit trop farfelu et que cela perde toute crédibilité à l’histoire qui se concentre sur la préparation à la guerre puis à la bataille sanglante. Finalement, c’était justement dosé, vers la deuxième partie du livre on a plus accès à leurs différentes visions et leur « pouvoir ». Je ne suis pas une grande fan du monde fantastique car j’aime pouvoir faire partie de l’épopée mais là c’était suffisant avec en prime une très jolie mise en abîme vers la fin.
Je ne vais pas vous faire toute la liste des personnages car cela ne rimerait à rien, je peux uniquement vous dire que chacun est inséré de manière naturelle, comme si nous-même étions sur les lieux et rencontrions les autres au fil de nos actes.

Légende aborde le sujet de la mort, du combat, du sacrifice, c’est violent, il y a beaucoup de sang et des scènes meurtrières, barbares et guerrières. Le point fort est qu’il n’y a ni jugement sur le fait de savoir si la guerre c’est bien ou c’est mal, ni sur les choix des personnages. Chacun étant motivé par des choix expliqués et justifiés. J’aime les livres indulgents et qui pourtant ne font pas l’apologie des massacres. La guerre doit avoir lieu, elle aura lieu, suffit de s’y préparer. C’est là la mentalité du livre. L’autre point fort est la complexité des personnages. J’en ai déjà parlé plus haut mais à partir du moment où je me suis rendue compte de cela, j’ai encore plus apprécié ma lecture. J’aurai été en Première avec ma professeur de français du lycée j’aurai adoré l’étudier car elle aurait eu de bonnes analyses !

L’écriture est incroyable ! Elle est remplie de détails, fluide mais en même temps le livre ne peut pas se dévorer rapidement, il se savoure, appelle à la réflexion. Le langage est poétique, envoutant, charmant et transcendant (même si certains passages sont vulgaires…). L’auteur, David Gemmell, a un réel talent c’est indéniable.

Ce roman est un véritable coup de coeur ! Tout m’a charmé, c’est mon premier fantasy et j’ai envie de continuer la saga pour découvrir les aventures des autres personnages et de ce peuple Drenaï. Si vous le croisez lisez-le c’est l’unique chose que je peux vous conseiller. L’auteur nous raconte une guerre où on l’on pourrait véritablement croire qu’elle a eu lieu.

Et vous, vous avez lu ce livre ou un autre livre de l’auteur ? N’hésitez pas à me dire tout ça dans les commentaires ⬇

Je vous souhaite à tous un très bon week-end et je vous dis à la semaine prochaine dans un nouvel article 😘💛

Laure


wallpaper-1019588
La femme au manteau violet • Clarisse Sabard
wallpaper-1019588
Le Secret de Ji, tome 2 - Le Serment orphelin
wallpaper-1019588
22/11/63 de Stephen King
wallpaper-1019588
Le podcast "le bulleur" présente : les entrailles de new-york
wallpaper-1019588
La maîtresse de Trevelyan
wallpaper-1019588
J’avais 15 ans : vivre, survivre, revivre » Elie Buzyn
wallpaper-1019588
Les Furtifs
wallpaper-1019588
Malgré nos différences » Fanny André