Dirty Dancing

Dirty Dancing

On ne laisse pas Bébé dans un coin

Je ne sais pas si vous avez vu, mais Dirty Dancing passe à la tv ce soir. Comme je ne suis pas une grande amatrice de la télévision avec les pubs qui coupent tous. Je l’ai regardé un peu en avance (il est disponible sur Netflix).

Et comme à chaque fois, ce film me bouleverse, (je sans un grand vide dans ma vie après la fin ^^), j’ai voulu vous en parler.

Un grand classique, film des années 80, connu de tous, ou presque. Ma relation avec ce film est un peu compliquée. Je l’ai regardé pour la première fois, il n’y a pas si longtemps, 3 ou 4 ans peut-être, je ne sais plus dans quelles circonstances.

Avant il ne me disait rien, trop connu, j’avais vu des bouts, que j’avais trouvés clichés et j’avais donc passé mon chemin.

Dirty Dancing

Mais j’ai tenté, aimé, puis retenter, jusqu’à en être émue aux larmes, à chaque visionnage. Aujourd’hui encore ce film, m’a percuté de plein fouet. Moi qui habituellement à besoin de m’occuper pendant que je regarde un film (même devant les Harry Potter), impossible devant Dirty Dancing.

Je ne saurais même pas vous dire pourquoi… Sans doute le jeu d’acteur ? Bébé et Johnny sont des personnages auxquels ont s’attache. Il faut aussi reconnaître le talent et le charisme de Patrick Swayze, je ne sais pas si j’aurais autant aimé ce film avec un autre acteur pour Johnny, ce rôle était fait pour lui. Jennifer Grey, à elle aussi sa place dans ce rôle, elle apporte de la douceur avec ses belles boucles.

Malgré les différences de milieu (thème principal du film), on ressent ce qui les unis, on ressens leur amour. Les sentiments passent à travers la danse.

Alors oui il y a de l’amour, c’est d’ailleurs pour ça qu’il est considéré comme « film de gonzesse ». Mais pour moi ce n’est pas que ça, c’est surtout un film sur les préjugés, sur les différentes classes sociales. Johnny, le « bad boy» est considéré comme un moins que rien, un voleur même, alors que c’est un homme qui a un cœur énorme et qui est prêt à beaucoup pour protéger les siens. Seul Bébé, grâce aux valeurs auxquelles elle tient énormément, va vraiment voir à travers les apparences, la sensibilité de celui dont elle va tomber amoureuse.

Cette ambiance des années 80, dont je ne me lasse pas, entre les habits, la bande-son, j’aime faire cette balade dans le passé.

Dirty Dancing

Et puis cette scène de fin, on en parle ? Cette chanson qui nous donne des frissons, qui nous touche, aux premières notes, on voit tous, ce fameux porté au milieu de la salle, allez avouez !! 😉

Ce film est donc très important pour moi, comme un hymne, une référence, que j’essaie de regarder régulièrement. Un moment de bonheur pur, de beaux sentiments, d’amour, de danse et de passion….

Et vous aimez vous ce film ?


wallpaper-1019588
Tsipora et le vengeur de sang
wallpaper-1019588
Le Bal des folles, Victoria Mas
wallpaper-1019588
Marvel dans les annees 90 : l'x-plosion mutante
wallpaper-1019588
22/11/63 de Stephen King
wallpaper-1019588
Dossiers froids : une enquête d’Isidore Lune
wallpaper-1019588
C'est lundi ! J'ai lu, je lis et je pense lire #6 - 2020
wallpaper-1019588
Bakhita de Véronique Olmi
wallpaper-1019588
Paul Morand : Tais-toi