Everless

Everless

Tu ne sais pas ce que c’est d’avoir le coeur brisé. Pour ça, il faut que la personne qui aime le plus au monde meure dans tes bras.

La note

2/5

La critique

Everless est un roman qui a beaucoup fait parler de lui outre-mer, j’avais donc plus que hâte de le lire après avoir entendu le pitch qui laissait présager de la bonne fantasy comme on les aime… Et clairement, ce n’était pas ce à quoi je m’attendais.

On est vraiment dans les bases de la fantasy avec Everless, et l’auteure ne parvient pas à s’en détacher du tout tout le long ce qui fait que j’avais deviné quasiment toute l’intrigue au bout d’une centaine de pages, un peu rageant donc. J’ai pourtant continué d’attendre le plot twist incroyable qui changerait mon avis de A à Z sur ce livre, mais il n’est jamais arrivé : l’auteure reste dans les sentiers battus du genre et m’a laissée sur le côté du chemin en passant, sans essayer de prendre des libertés pour me récupérer. Pourtant j’avais vraiment un bon pressentiment concernant le récit, déjà parce que le résumé m’a fait penser au film Time Out, mais aussi parce que le début n’était pas mauvais… mais un début de bonne intrigue ne suffit pas, il faut savoir la développer.
On pourrait qualifier l’intrigue de bancale puisqu’elle repose sur des problèmes de communication qui pourraient être résolus en 2 secondes chrono si les persos prenaient le temps de s’écouter un peu au lieu d’être entêté et de s’ignorer, mais visiblement c’est trop compliqué pour eux. En plus de ça, rien d’exceptionnel nulle part puisque comme dit plus haut, il n’y a aucune prise de risque si ce n’est le lien entre le sang et le temps, que j’ai trouvé très mal exploité.

Le bât blesse aussi avec la romance qui m’a littéralement fait exploser de rire tellement elle est ridicule. Laisse-moi te filer un peu de contexte : l’héroïne a vécu à Everless et avait un gros crush à ses 7 ans sur un des habitants avant d’être chassée de l’endroit (et elle pensait que c’était réciproque) et visiblement 10 ans plus tard, sans aucune nouvelle du mec et sans même l’avoir revu depuis, elle a toujours son énorme crush dessus et fantasme sur tout et n’importe quoi avec son imagination plus que débordante. Ça te semble crédible ? Non ? Bah moi non plus. Et comme si ça ne suffisait pas, on a droit au fameux Triangle Amoureux­™ dont personne ne veut, c’était le combo pour mon pauvre petit cerveau. Mais bon, au moins c’est cohérent avec la protagoniste, Julie, qui est naïve comme pas possible et crois tout ce qu’on lui dit sans se méfier de personne… et je te parle même pas de ses réflexions/réactions dignes d’un paresseux en état végétatif. C’est presque impressionnant.

Bref, je crois que j’enchaîne les déceptions. J’ai peur de lire De sang et de rage maintenant, parce que c’est censé être ma prochaine lecture…

Merci à Page Turners pour l’envoi ! 


wallpaper-1019588
Tu avais l'odeur de l'herbe fraichement coupée
wallpaper-1019588
Son agenda Mortelle Adèle
wallpaper-1019588
Je t'aime - Barbara Abel *****
wallpaper-1019588
Son agenda Mortelle Adèle
wallpaper-1019588
Blood Of Silence #9 – Lochan » Amélie C. Astier & Mary Matthews
wallpaper-1019588
Qui était l’homme derrière Big Brother?
wallpaper-1019588
Les Classiques de Priscilla – Le Comte de Monte-Cristo (Tome II) d’Alexandre Dumas
wallpaper-1019588
Julie Otsuka : Certaines n’avaient jamais vu la mer