La danse du temps

La danse du temps
Détails :
Auteur : Anne Tyler
Traductrice : Cyrielle Ayakatsikas
Nombre de pages :288
Edition :Phebus
Genre : Contemporain
Résumé :
Fille d’un père trop aimable et d’une mère très instable, la jeune Willa Drake a rapidement choisi l’ordre et la sécurité pour son existence de femme, d’épouse et de mère. Mariage, enfants, veuvage, remariage, le temps file à toute allure, et à soixante et un ans, la voilà qui mène une vie parfaitement inutile et ennuyeuse dans l’Arizona. Jusqu’au jour où on l’appelle : à Baltimore, sa belle-fille Denise a reçu une balle dans le pied! Cependant Denise n’est pas sa belle-fille, mais une très ancienne petite amie de son fils ainé. Ce que Willa n’ose pas dire à son interlocutrice sur le moment. Mais qui va s’occuper de la petite Cheryl ? lui demande-t-on alors ? Willa n’hésite pas une seconde : la voilà qui devient grand-mère. Elle s’envole à l’autre bout du pays au secours de ces deux inconnues qui vont tout changer pour elle.
Mon avis :
Une visite en Amérique ça vous tente ?
Alors ce roman pourrait vous plaire. 

Anne Tyler nous emmène à la rencontre de Willa Drake, d'abord enfant puis jeune femme. Nous la suivons dans une vie qui ressemble à beaucoup d'autres, si ce n'est que nous sommes en Amérique et donc j'ai appris des informations sur la culture américaine que ce soit en Arizona mais surtout à Baltimore.
Willa va vivre ce que nombre de femmes vivent au cours de leurs existences et en soi cela paraît un peu ennuyeux car il ne se passe pas d'actions mémorables.
Jusqu'au jour où Willa est appelée à aller s'occuper d'une petite fille qu'elle ne connaît pas. 
En route donc pour Baltimore à la rencontre de l'ancienne petite amie de son fils et de la fille de celle-ci (il faudra attendre la toute fin du récit pour savoir si Sean est le père ou non de la petite Cheryl).
J'avais hâte de découvrir ce roman car il me paraissait plutôt très intéressant et l'auteure a une belle renommée.
Alors, certes l'écriture est vraiment très belle, aucune remarque à faire car tout est bien tourné, les chapitres sont plutôt courts dans l'ensemble donc on conserve quand même un peu de rythme. Les personnages sont bien décrits et celui de Willa est assez fouillé.
MAIS je me suis ennuyée. 
J'attendais des rebondissements, des scènes dignes des grandes épopées américaines, un peu à l'image des séries peut-être ou en tout cas grandiose et ça n'a pas du tout été le cas. J'avais envie de bousculer Willa tellement sa vie ne lui ressemblait pas. Elle aurait pu faire 1000 choses bien plus passionnantes mais en fait elle a voulu rester dans sa zone de confort. Je ne peux pas lui en vouloir, ce n'est pas simple de vouloir changer de vie mais comme malheureusement elle en a eu l'opportunité je pensais que l'élément déclencheur allait se situer à cet instant. Ses enfants lui manquent c'est certain mais chacun reste dans son coin, je crois que j'attendais des disputes, des réconciliations, des questions, des réponses etc...

C'est, en fait, un roman fleuve dans toute sa splendeur. Il se lit bien mais j'ai mis du temps car n'ayant pas d'action originale pour me prendre totalement au jeu j'avais tendance à en lire quelques pages et changer de lecture. 


Evidemment il ne s'agit que de mon ressenti et je ne connaissais pas l'auteure avant DONC il faut que j'en tente un autre pour voir mais je ne garderai pas un souvenir mémorable de cette lecture je pense.
J'aime les histoires où les femmes ont une place à prendre, à défendre et à valoriser mais en fait ici j'ai eu la sensation que nous étions loin de cela et c'est surement pour cette raison que j'ai eu un peu de mal.
Si vous tentez cette lecture, je serai curieuse d'avoir votre avis !

wallpaper-1019588
Maestro de Thibault Prugne, François Morel, et Jean-Pierre Jolieard
wallpaper-1019588
Son agenda Mortelle Adèle
wallpaper-1019588
Son agenda Mortelle Adèle
wallpaper-1019588
Chronique : Vaste comme la nuit - Elena Piacentini (Fleuve)
wallpaper-1019588
La vie parfaite de Silvia Avallone
wallpaper-1019588
Lectures d’été partie 2
wallpaper-1019588
Quelle n'est pas joie