Été - Cadène, Safieddine, Duvelleroy et Surcouf

Été - Cadène, Safieddine, Duvelleroy et Surcouf « Deux mois de liberté totale… Puis nous deux ensemble, sans regret, pour toujours. »
Abel et Olivia décident de faire un break le temps d’un été. Chacun de leur coté, sans le moindre contact. Le temps de faire des choses remises jusqu’alors à plus tard, de se retrouver seul face à soi-même, de profiter, de s’interroger et de lâcher prise. Le temps aussi de savoir si leur amour peut résister à une telle épreuve.
Un album qui se décline en historiettes d’une page, un coup avec Abel, un coup avec Olivia. Pendant que l’une va à confesse l’autre prend l’avion sur un coup de tête, pendant que l’une emmène sa tante en Islande, boit des coups avec ses copines en parlant de cul et rentre pour la première fois de sa vie dans un cinéma porno, l’autre fait du rock comme quand il était ado, va au casino et saute sur la moindre occasion de finir dans le lit d’une inconnue.
Été - Cadène, Safieddine, Duvelleroy et Surcouf C’est bête à dire mais je crois que j’ai passé l’âge de ce genre de trucs, de ces histoires de couples presque trentenaires qui ne savent pas où ils en sont, qui ne savent pas où ils vont et surtout qui ne savent pas ce qu’ils veulent. En fait je m’en tamponne de leurs états d’âme, de leurs questionnements existentiels et de leur relation compliquée. Et puis j’ai du mal avec les phrases à la con genre « faut pas avoir peur, si on a peur, on ne fait plus rien » ou « le temps passe trop vite, on se construit plus de regrets que de souvenirs ». Franchement qui dit ça dans une conversation normale en sirotant un apéro entre potes ????
Un album aux dessins sans relief et aux couleurs qui piquent les yeux, qui était en fait au départ un feuilleton BD en ligne publié sur Instagram et co-produit par Arte. Un album dans l’air du temps que je qualifierais de « branchouille », encensé par les Inrocks et d’autres magazines à la mode, ce qui est tout sauf surprenant. Mais ce n’est pas du tout ma came, vous l’aurez compris. Pour moi ce n’est qu’une accumulation de clichés et de petits riens sans intérêt, portrait d’une jeunesse très autocentrée dont le sort m’indiffère. De l’anecdotique aussi vite lu qu’oublié en somme.
Été de Cadène, Safieddine, Duvelleroy et Surcouf. Delcourt, 2017. 80 pages. 15,50 euros.
PS : Il y a quand même un truc intéressant à souligner, le fait que l’ensemble des planches fonctionne comme un palindrome, c’est-à-dire que l’on peut relire l’album "à l'envers" en commençant par la dernière page et voir l’histoire sous un angle fort différent. C’est original, très bien fait et tout sauf gadget.
Été - Cadène, Safieddine, Duvelleroy et Surcouf
Toutes les BD de la semaine sont aujourd'hui chez Moka


wallpaper-1019588
La cuisine des sorciers, tome 1 • Shirahama Kamome
wallpaper-1019588
Corinne Michaels / Encore une fois
wallpaper-1019588
Northanger Abbey
wallpaper-1019588
Ellis Island Tome 2 Le rêve américain - Philippe Charlot/Miras