Cœurs et Âmes – Colleen Hoover

Cœurs et Âmes – Colleen Hoover


Titre : Cœurs et Âmes

Auteur : Colleen Hoover

Édition : Hugo New Romance

Genre : New Romance

Pages : 366

Parution : 11 janvier 2023

Cœurs et Âmes – Colleen Hoover Cœurs et Âmes – Colleen Hoover

Beyah a grandi dans la pauvreté, auprès d’une mère droguée qui l’a négligée durant toute son enfance. À dix-neuf ans, elle est enfin prête à voler de ses propres ailes. Seule, avec détermination, elle a su trouver une issue et s’apprête à entrer à l’université avec une bourse obtenue grâce à ses talents de sportive.

Alors qu’elle est à deux mois de ce grand départ, la mort brutale de sa mère la plonge dans une situation très compliquée. Sans logement, elle n’a qu’un seul recours : chercher refuge auprès de son père, qui ne s’est jamais occupé d’elle, mais a conservé un lien ténu avec elle.


Beyah va débarquer dans sa maison sur une presqu’île touristique où elle va faire connaissance avec les membres de la famille qu’il a bâtie loin d’elle: sa demi-sœur et sa belle-mère.
À sa grande surprise, elle est accueillie chaleureusement dans ce milieu si différent du sien.

Elle va aussi rencontrer Samson, un garçon de son âge, qui vit dans la somptueuse maison voisine. Ils n’ont rien en commun, pourtant elle sent en lui une âme sœur. Au cœur de cet été, elle va se rapprocher de lui et apprendre à connaître ce mystérieux jeune homme.

Cœurs et Âmes – Colleen Hoover

Merci Hugo New Romance

Ça fait un petit moment que je n’ai pas lu de Colleen Hoover, une auteure que j’aime beaucoup. J’avais déjà vu ce livre passer en grand format, je n’ai donc pas résisté à le lire en format poche.

Dans cette histoire, nous découvrons Beyah, à 19 ans, elle découvre en rentrant de son travail, sa mère morte sur leur canapé. Rien de surprenant pour Beyah qui s’y attendait, sa mère étant toxico depuis de nombreuses années. Elle a donc grandi dans la pauvreté, toute seule, sa mère n’était pas capable de s’occuper d’elle. Il ne lui restait que quelques mois à tenir avant de partir à l’université, ayant obtenu une bourse pour pouvoir y aller. Le décès de sa mère change ses plans, surtout qu’en même temps, elle se retrouve à la rue. Elle n’a pas d’autres solutions que d’appeler son père pour pouvoir aller chez lui. Ce père qu’elle ne connaît quasiment pas…

Elle va débarquer dans sa maison de vacances avec la nouvelle femme de son père et sa fille à elle. Contrairement à ce qu’elle pense, elle va être très bien accueillie. Mais ça reste compliqué pour elle, elle atterrit dans un milieu plutôt riche alors qu’elle n’a connu que la pauvreté. Elle va continuer à se barricader pour se protéger des autres. Le seul qui va réussir à passer ses murailles, c’est le garçon de la maison d’à côté, Samson.

Elle va vite se rendre compte qu’il a quelque chose, que lui aussi à vécu des choses compliquées. Mais ce garçon est aussi secret et distant qu’elle…

Vas-y, le monde, attaque-moi. Je suis imperméable.

Pour être tout à fait honnête, j’ai mis un certain temps à rentrer dans l’histoire. Le tout début m’a captivé, les passages de la vie de Beyah, la mort de sa mère et son départ forcé, m’ont touché d’entrée de jeu. Par contre j’ai trouvé la suite un peu trop tranquille pour moi. Je pense que je ne l’ai pas lu dans la bonne saison, c’est clairement un livre à lire aux beaux jours. On y retrouve vraiment l’ambiance estivale, la mer, le soleil… C’est sûre qu’avec le froid et le temps gris de ces derniers temps, j’ai eu un peu de mal à me projeter.

Mais j’ai quand même beaucoup aimé les personnages. Beyah est réellement une héroïne très forte et très courageuse. Sa vie a été très compliquée, avec une mère toxico, elle a toujours été livrée à elle-même, elle a toujours connu la pauvreté. La malnutrition, le manque d’argent, le fait de ne même pas avoir de téléphone. Malgré ça, elle s’est toujours battue pour s’en sortir, jusqu’à décrocher une bourse pour l’université et pouvoir changer de vie. En allant chez son père, son quotidien va être facilité, une sacrée différence pour elle. Elle reste constamment sur ses gardes même avec son père, sa belle-mère et sa demi-sœur. Elle est d’apparence froide, mais c’est toujours pour se protéger des autres.

J’ai aussi aimé le personnage de Samson, même si on ne sait rien de lui, qu’il est très secret. C’est justement ça qui fait son charme, il est intrigant. On voit qu’il est vraiment différent des autres, qu’il ne voit pas les choses de la même manière, malgré son quotidien luxueux. Et quand j’ai appris son secret, j’ai été encore plus touché par ce héros. Je n’en dirais pas plus, je trouve que c’est l’élément surprise qui m’a fait réellement apprécier cette histoire…

J’ai trouvé que la romance allait peut-être un peu vite, surtout du côté de Beyah. Elle n’a jamais connu l’amour, que ce soit avec un garçon ou dans sa propre famille. J’ai trouvé ça un peu déroutant qu’elle tombe amoureuse si vite de Samson, même si elle met quand même beaucoup de barrière. Malgré ça, leur histoire est vraiment magnifique, poignante, belle et touchante.

Dans ce livre, l’auteure aborde la pauvreté, réellement, sans filtre, en abordant la malnutrition, la prostitution, les addictions… Mais elle parle aussi beaucoup de la solitude, souvent liée à cette pauvreté d’ailleurs. Mais aussi le manque de considération de la société face à ce genre de personne. C’est une des choses que j’ai le plus appréciés dans ma lecture. C’est un sujet qu’on ne retrouve pas souvent dans les romances, pas avec tant de profondeur du moins.

Autant, j’ai eu un peu de mal avec la première partie, autant un plotwits arrive à un moment et pour moi tout a considérablement changé. C’est là que j’ai été vraiment absorbé par ma lecture, que j’ai été touchée et bouleversée. C’est là que les personnages ont pris de la profondeur pour moi, c’est là que se joue toute l’histoire, c’est là toute la beauté de cette histoire. La seule petite chose que je reproche à la fin, c’est que j’aurais aimé un petit épilogue, j’ai trouvé la fin un peu brute, même si c’est une fin qui ne présage que de bonnes choses.

Un jour on est devant sa mère décédée, et, quelques jours plus tard, on répare un château de sable dans la nuit, avec un chien qui porte un nom de fromage.

En conclusion, c’est une très belle romance, que je conseillerais de lire plutôt en été, parce que l’ambiance s’y prête à merveille. Une romance avec des sujets très forts, mais assez de douceur pour épargner notre cœur. C’est une belle romance avec des personnages attachants, brisés, qui ont eu une vie difficile. Une histoire d’âmes sœurs qui se retrouvent enfin, deux âmes-brisées par la vie qui vont s’entraider, se soigner, s’aimer…


wallpaper-1019588
De vengeance
wallpaper-1019588
Universcomics le mag' #32 fevrier 2023 : the many crisis of dc comics
wallpaper-1019588
Les parutions BD qui me font de l’œil (février 2023)
wallpaper-1019588
Hiver à Sokcho de Elisa Shua Dusapin