La Petite de Sarah Perret

La Petite de Sarah Perret 2022, 256 pages. La Petite, c'est le paradis ressuscité de l'enfance et d'un monde désormais perdu : celui des paysans de Chartreuse dans le courant du vingtième siècle ; des vies modestes, pétries d'humanité. Jean et sa petite soeur Ophélie vivent au pied des montagnes de Chartreuse, dans " la vieille maison ", avec leurs grands-parents Euphoisine et Jules, leur grand-tante Séraphie et leur aïeule, Adèle. De leurs parents, l'on ne sait rien, sinon des légendes que racontent les cousins.
Quand toute la famille est réunie, pour fêter la fin des fenaisons, des paroles échappent aux adultes, qui baissent la voix en présence de la jeune génération. La maison elle-même, qui a sa géographie particulière, d'en-bas, d'en-haut, comme disent les grands-parents, et ses lieux inquiétants, la cave et le galetas, semble délivrer des messages, aux jours de grand vent. Univers autant que personnage du roman, elle enferme les secrets de la famille, tantôt les dissimule et tantôt les révèle.
La Petite raconte l'histoire d'Ophélie, orpheline, recueillie avec son frère par ses grand-parents. Dans cette grande maison savoyarde, où plusieurs générations se côtoient, Ophélie ne semble pas être à sa place. Elle est " la petite ", celle à qui on ne dit jamais rien au sujet de ses parents... Sarah Perret nous livre ici son premier roman. Il s'agit d'un roman rural qui se déroule en Savoie et qui va explorer les secrets de famille. L'intrigue tourne donc autour d'Ophélie, cette petite, protégée par ses grands-parents, rejetée par son frère et ses cousins. La plume de l'autrice est très belle, poétique. Elle fait la part belle aux sensations, à la Nature et à cette région savoyarde qu'elle semble bien connaître. Malheureusement, je suis passée à côté de cette lecture. Je n'ai pas été emballée. Certes, cette histoire de secrets de famille laisse planer le doute. Mais justement, des doutes, j'en ai eu dès le départ et j'avais deviné un grand nombre de ces secrets. En outre, je n'ai rien ressenti pour les personnages. Impossible de m'attacher à eux. C'est comme si en lisant, je les contemplais de haut. On ne peut pas dire que je me sois ennuyée dans cette lecture, mais je n'y pas trouvé mon compte. ec La petite, Sarah Perret signe un très beau roman sur les liens familiaux mais il m'aura manqué un petit quelque chose pour que j'y succombe entièrement.

wallpaper-1019588
De vengeance
wallpaper-1019588
Universcomics le mag' #32 fevrier 2023 : the many crisis of dc comics
wallpaper-1019588
Les parutions BD qui me font de l’œil (février 2023)
wallpaper-1019588
Hiver à Sokcho de Elisa Shua Dusapin