Le théorème des Katherine de John Green

Le théorème des Katherine de John Green
Quatrième de couverture :
Dix-neuf fois Colin est tombé amoureux.Dix-neuf fois la fille s’appelait Katherine.Pas Katie, ni Kat, ni Kittie, ni Cathy, et surtout pas Catherine, mais KATHERINE.Et dix-neuf fois, il s’est fait larguer.
Mon avis :
John Green est un auteur qui a fait beaucoup parlé de lui. Après avoir lu, vu et adoré Nos étoiles contraires, je me suis dis que j’allais lire un peu ces autres romans pour voir. C’est la raison pour laquelle je me suis arrêté sur Le théorème des Katherine.
Ce roman raconte l’histoire d’un jeune homme nommé Colin Singleton qui est sorti avec dix-neuf filles nommées Katherine et s’est fait largué à chaque fois. C’est à peu près ce que nous dit la quatrième de couverture et entre vous et moi ce n’est pas tellement l’histoire de ce roman. Je dirais plutôt que c’est l’histoire d’un garçon qui après s’être fait largué par la fille qu’il aime part en road trip avec son meilleur amie et s’arrête dans une ville un peu paumé nommé Gutshot.
Si l’on me l’avait vendu comme ça, même avec le nom de John Green dessus, je n’aurais pas voulu lire ce roman. En fait, très rapidement, j’ai eu l’impression que la quatrième de couverture était mensongère. Elle annonçait quelque chose de léger, plutôt drôle et mignon. Et finalement, ce fut tout le contraire : lourd, pas drôle du tout et terriblement ennuyant.
Franchement je ne saurais vous dire si j’ai trouvé ce roman si ennuyant à cause de l’histoire qui fut lente et pas très intéressante ou à cause du personnage principal. Colin Singleton est un surdoué qui rêve de compter pour quelque chose, de devenir un génie. Comment vous dire ? Je crois que c’est le personnage le plus ennuyant que je n’ai jamais rencontré. Heureusement, il y a comme autre personnage Hassan son meilleur ami. Clairement, il a été fait pour être la touche d’humour du roman mais malheureusement pour moi, il ne m’a pas tellement fait rire. Je l’ai même trouvé un peu cliché. Enfin, il y a Lindsey, une fille que les deux amis rencontrent à Gutshot. Honnêtement, je n’ai absolument rien à dire sur elle.
Vous l’avez compris, je n’ai pas du tout aimé ma lecture. En plus d’être très ennuyante, elle était aussi très prévisible. A ma grande déception, il n’y a pas eu une seule surprise pour rattraper le coup. Si vous souhaitez lire du John Green, ce n’est vraiment pas celui là que je vous conseille.
Ma note :  3.5/ 10
 "– Tu n’as qu’à leur dire que tu as trouvé un bouleau d’été dans une colo, proposa Colin.                               – Bonne idée, sauf que je ne mentirais pas à ma mère.  Il faut être immonde pour mentir à sa mère.             – Hum.                                                                                                                                                  – D’un autre côté, si quelqu’un d’autre le faisait à ma place, j’y survivrai.                            – Entendu, dit Colin."

wallpaper-1019588
Olivier Mannoni : Traduire Hitler
wallpaper-1019588
Not all robots : l'humanité 2.0 selon mark russell
wallpaper-1019588
Monsters of verity # 2 : Our dark duet – VE Schwab
wallpaper-1019588
Origine primaire, tome 2 : l'expédition (Kohlena Xander)