L'impasse (Estelle Tharreau)

L'impasse (Estelle Tharreau)

Auteur : Estelle Tharreau

Éditions : Taurnada

Parution le : 13 février 2017

256 pages

Thème : Thriller

disponible sur le site de l'éditeur

et sur Amazon

J'ai adoré !

 Résumé 

  « Au cœur de Chanzy, ville minière en plein déclin, trois femmes, deux hommes et un enfant se partagent une cour baptisée « l'Impasse ». Tous ne survivront pas à la haine qui les lie. Revenu sur les lieux de son enfance, le policier David Bertal suivra, au fil des vengeances et des trahisons, le chemin qui le conduira à affronter les acteurs de son passé. Mais, entre doutes et remords, parviendra-t-il à déchirer le voile noir qui entoure la vie et les secrets de ceux qu'il a aimés autrefois ? »
     Livres de l'auteur déjà lu : La peine du bourreau - Les eaux noires - Digital Way of Life - L'Intégrale  

 Ma chronique 

Un livre Taurnada qui a été acheté suite à la lecture de deux autres du même auteur et j'avais envie de plonger dans ses premiers écrits. Chanzy est une ville minière, une de celles dont une personne tente de donner du travail au plus grand nombre, non sans s'amuser au passage. Mais qu'importe, IL est important car il est le sauveur de tous. Prêt à tout pour réussir et qu'on l'admire du plus profond des puits. Pascal est ce type d'homme qui cache qui veut tout contrôler, aussi bien son entreprise que sa famille et accessoirement la famille qui loue la maison d'à côté. Ces locataires qui partagent l'impasse, le seul chemin entre eux et cela, Pascal déteste. Pourtant il doit trouver une solution pour les chasser eux, ainsi que sa propre mère qui perd la tête, par moment. Ces fameux voisins ? Un homme, Nicolas, qui est encore au service militaire qui est capable du pire comme... du pire, une mère, Virginie qui serait capable de tout pour son fils Benjamin, considéré comme attardé parce qu'il ne parle pas. L'impasse montre des personnages qui ne vivent pas forcément bien la proximité, et en plus ? La ville n'est pas la plus joyeuse, mais les gens qui y vivent risquent d'y mourir. Leur vie est là, leur passé, leur présent et l'avenir incertain. La femme de Pascal, Caroline dépérit à vue d’œil et Madeleine la mère de cet homme imbu de lui-même qui ne pense qu'à partir dans l'hospice de SON Choix. rien qu'avec ces personnages nous avons un ensemble dont nous ne connaissons pas l'issue. Alors lorsque l'un d'entre eux casse sa pipe, c'est tout un monde qui s'écroule.
    Un monde où les mensonges, trahisons et secrets font loi. Alors la mort de ce personnage va apporter beaucoup plus qu'une délivrance : la peur de tout perdre. Pour chacun d'entre eux, enfin pour les survivants, il va falloir se taire, oublier ce qui a pu être vu et surtout dire la vérité. Mais laquelle ? Celle de l'homme qui frappait ? De la femme qui se drogue ? Du mensonge pour obtenir des faveurs ? Des tromperies ? Qu'est-ce qui va, dans tout cela, réussir à sortir du lot ? C'est ce que David Bertal, un ancien enfant du pays qui est revenu depuis quelque temps, va devoir décortiquer. Policier, il s'est rapproché de sa mère, pour au final être au plus mal. Cette enquête ne le tente absolument pas pour de nombreuses raisons. Déjà il a vécu ici, il en est parti pour revenir, mais n'a donné de nouvelles à personne. L'envie de voir ses anciens amis, ou juste l'envie de solitude ? Peu importe, David est plutôt un solitaire et les conversations avec sa mère son digne de deux ennemis. Ensuite, un meurtre ? à Chanzy ? C'est complètement incongru et pourtant, le corps est là, dans l'impasse et il devra trouver qui a fait cela. Enfin notre enquêteur n'a qu'une véritable envie : récupérer sa femme et sa fille, alors l'enquête, c'est bien beau, il a beau venir de Paris et avoir déjà enquêté de cette façon, le faire au sein de sa "famille" le dérange. D'autres raisons se découvrent au fil de la lecture et nous comprenons bien par moment que si l'enquête pouvait être bouclée plus vite, cela arrangerait bien nos personnages.
    Difficile de parler de tous les personnages en gardant secret qui n'est plus là. Chacun d'entre eux a une vie qu'il n'a pas forcément voulu. Nous en apprenons toujours plus jusqu''à comprendre enfin qui était derrière ce marteau. C'est impressionnant de voir comment l'auteur m'a fait hésiter entre eux tous durant les chapitres. Ces mêmes chapitres courts qui nous entraînent dans un monde d'anciens mineurs où les mines étaient leur pain quotidien et depuis les fermetures, il n'existe plus que l'entreprise de Pascal et les concurrents bien entendu. Que ce soit les hommes, comme les femmes ou les enfants, ils ont tous quelque chose à cacher. Bien ou Mal, nous entrons dans leur maison pour devenir spectateur de ce qu'ils subissent chaque jour pour certains depuis des années. La vengeance est un plat qui se mange froid, l'emprise des uns sur les autres ne s'effondre que si l'un d'entre eux parle. Encore faut-il qu'ils le veuillent, sortir de ce bourbier qui est un pan entier de leur vie. Alors quand un ancien camarade de classe, "petit ami", meilleur ami, frère et autre qualificatif pour cet homme qui revient dans des conditions pas idéales tout va être chamboulé. Entre celui qui ne comprend pas pourquoi il garde ses distances, celui qui n'a pas envie de ce confier au "flic", celui qui n'a pas confiance... L'enquête piétine et les directions sont de plus en plus nombreuses. David va devoir secouer tout ce petit monde afin de faire ressortir les détails les plus sales.
    La ville de Chanzy est un gouffre pour certains et pourtant ils restent. Les émeutes sont quotidiennes surtout lorsque les médias sont aidés à mettre le feu. La politique est montrée par endroit et c'est un véritable cas de conscience. Qui pourrait croire que certains sont pourris jusqu'à la moelle ? Ok, j'ai levé la main la première, pardon ^^) Le monde dans lequel vit Pascal est empli de compromis et de je te tiens, tu me tiens pas la barbichette et le premier qui rira se verra remercié ! Oui, j'ai changé les paroles de la chanson, mais c'est exactement cela et lorsque les ennuis montrent le bout de leur nez, non sans avoir oublié l'aide providentielle d'une tierce personne qui sait tellement de choses que son avenir est tout tracé. Les langues se délient au fur et à mesure du récit et des indices sont trouvés dont certains... bizarrement. est-ce que tout est vrai ? Et si... Et si par le plus grand des hasards quelque chose de plus malsain encore se cachait dans l'ombre de la haie qui les séparent tous ? Ce meurtre chamboule tout, toutes les convictions, tous les secrets. La chute est toujours la plus rude, surtout lorsque nous sommes tout en haut de l'affiche. Le côté malsain est soutenu et nous nous demandons bien qui a bien pu tuer ce personnage. Ces derniers sont travaillés et leurs faiblesses les rendent humains et accessoirement monstrueux aussi. Si nous ne pouvons nous fier à personne, comment croire que même un prêtre pourrait nous aider ? Les gens de Chanzy se regardent de travers, parlent dans le dos et plantent des couteaux. Seules les mères font ce qu'ils peuvent pour sauver leurs petits, enfin pour la plupart. Le monde ne tourne pas rond et l'espèce humaine qui se croit forte risque de bien avoir un retournement de situation. L'impasse est un lieu où il ne fait pas bon vivre. Ce thriller nous balade allégrement dans plusieurs directions jusqu'à ce que la fin nous donne un coup de massue. Il n'y a pas qu'une vérité dans cette impasse et pour s'en sortir il faut être capable de tout, même de mentir. Chapeau pour le personnage de Benjamin !     En conclusion, j'ai passé un très bon moment de lecture. Une ville qui souffre autant que ses habitants, des familles qui n'ont pas eu le choix de rester dans ce qu'ils ont connus toute leur vie. Les secrets de famille sont nombreux, la rancune n'est pas juste un mot et les magouilles en tout genre sont bien implantés. Un coup de pied dans cette minière géante de la part d'un policier qui a vécu, mais qui ne les connait plus vraiment... Ces fameuses chaines en couverture ont besoin d'être brisées et parfois il suffit qu'un seul être disparaisse pour pouvoir enfin vivre... Libre. Mais pour cela, il ne faut pas se faire prendre.  

 Extrait choisi :  

« David décida d'éteindre le poste et de déjeuner dans le calme avant de rejoindre le commissariat. Il regarda par la fenêtre. Il lui semblait que le ciel avait disparu sous un épais manteau de grisaille anthracite. Le vent continuait à souffler des bourrasques sporadiques et violentes. Entre deux rafales, les sons paraissaient absorbés, feutrés. L'horizon était tout aussi bouché et incertain que cette enquête : une ordure telle que Mazoyer avait offert tant de mobiles possibles à son meurtre, les menteurs et les manipulateurs étaient légion, même la parole des serviteurs de Dieu n'était plus sûre. S'il était persuadé de ne jamais conclure cette enquête, David commençait à douter que quiconque y parvienne. Il partit de cette maison qu'il ne détestait plus désormais tant elle lui était devenue indifférente depuis l'appel de Prudence. !il sillonna les rues désertes et entra dans un commissariat dont l'effervescence tranchait avec le calme morbide du monde extérieur. Le voyant arriver, Paluire fonça sur lui en tendant une feuille. »

L'impasse (Estelle Tharreau)


Partager via Gmail


wallpaper-1019588
Endroll back, tome 3 (Dernier tome)
wallpaper-1019588
Une vie d'ado post-68 en chansons
wallpaper-1019588
PALM #73 - Décembre 2022
wallpaper-1019588
Calendrier de l’avent 2022