Les complexes

Cet article a été publié sur un autre blog, avant d'être transféré ici. Il date du 5 septembre 2017.

J’aimerais pouvoir dire que je ne suis pas complexée, que j’aime de la même façon toutes les parties de mon corps. Malheureusement, ce n’est pas le cas. Je ne dis pas que je suis pas bien dans ma peau, que je me trouve moche ou quoi, simplement j’ai ce qu’on appelle un complexe.

Je vous le dis en gros : je n’aime pas mes cheveux. Pour ceux que ça intéresse, j’ai les cheveux noires et crépus. Merci maman, merci papa. La raison pour laquelle je n’aime pas mes cheveux c’est parce que j’ai l’impression que je ne peux rien faire avec. En fait c’est pas tout à fait vrai, c’est même complètement faux. En effet, j’ai la possibilité de porter des perruques, des tissages, des mèches, de faux cheveux qui m’ouvriraient à une infinité de coupes différentes. Mais voilà, je suis une adepte du naturel, raison pour laquelle je veux porter mes vrais cheveux.

Du coup, il  ne me reste pas beaucoup d’options : le défrisage, les tresses ou ne rien faire du tout. Je les ai toutes essayées mais pour dire vrai, aucune ne me convient réellement. Le défrisage est beaucoup trop douloureux pour être régulièrement appliqué. Les tresses sont longues à faire et à défaire, sans parler du fait qu’elles me laissent un air d’enfant. Et ne rien faire du tout, c’est pas possible quand on a des cheveux comme les miens qui demandent beaucoup de soin.

Par conséquent, je suis constamment entrain de me demander qu’est-ce que je vais faire de mes cheveux ? Et puis, vous pouvez me faire des centaines de critiques sur mon physique, ou mon style vestimentaire, je  ne serais pas touché le moins du monde. Mais en ce qui concerne mes cheveux, je suis des plus susceptibles.

Cela dit, ça ne m’empêche pas vraiment d’avancer. Ce n’est pas parce que je n’aime pas mes cheveux, que je ne m’aime pas moi ou que je ne me trouve pas jolie. Ça n’atténue en rien ma confiance en moi et finalement j’ai appris à vivre avec. A défaut de les apprécier, j’ai fini par les accepter.

Je pense qu’on a tous des complexes plus ou moins gros. Et vous voulez que je vous dise ? C’est normal! On ne choisit pas le corps avec lequel on naît, alors forcément il y a bien des choses que l’on n’apprécie pas. Et ce n’est pas grave, parce que à côté il y a bien des choses que l’on apprécie. Moi par exemple, j’ai des hanches et j’adore ça.

Tout ça pour vous dire qu’on ne peut pas être complètement décomplexé, qu’il y aura toujours une partie de notre corps que l’on aime moins. Et finalement, ce n’est pas un problème, tant que ça ne vous empêche pas d’avancer, de vous aimez, et de croire en vous.

Si vous avez de forts complexes qui, selon vous, vous rendent moche et moins confiante, essayez de les oublier. Parce que lorsqu’on vous regarde, ce n’est pas ça ce qu’on voit. Ce ne sont pas ces petites imperfections qui vous définissent. C’est ce que vous êtes réellement au delà du corps, au delà des apparences. Ce sont vos qualités, vos défauts, votre personnalité, votre cœur. Votre essence même. Et je peux vous assurer qu’elle est belle, tout simplement parce qu’elle est unique.


wallpaper-1019588
Critiques de la semaine : les comics V.O. du 05/10/2022
wallpaper-1019588
Anthologie de Nouvelles Steampunk, tome 1 - Écologie & folie technologique
wallpaper-1019588
Albums jeunesse : Une maison pour Pippa la souris
wallpaper-1019588
A.X.E.: Judgment Day - les critiques (Partie 4)