Pablo : l’intégrale - Julie Birmant et Clément Oubrerie

Pablo : l’intégrale - Julie Birmant et Clément OubrerieLe petit Pablo d’avant le grand Picasso, c’est un jeune andalou court sur pattes qui découvre la France à 19 ans au moment de l’exposition universelle de 1900. Avec sa bande de copains et quelques muses rencontrées sur les bords de Seine, Pablo tire le diable par la queue dans des chambres de bonnes crasseuses. Indéfectible optimiste, il connaît un premier succès en 1901 lorsque ses œuvres sont exposées dans une galerie prestigieuse. Mais sous l’influence du poète Max Jacob, Picasso radicalise son œuvre et s’écarte volontairement des standards commerciaux, quitte à se retrouver sans le sou. Artiste maudit, il est hébergé quelques temps chez Jacob avant de retourner à Barcelone. Entre Paris et l’Espagne, on découvre à travers Picasso toute la fièvre créatrice de l’époque, dans un Montmartre où se côtoient Cézanne, Apollinaire, Matisse, le Douanier Rousseau et tant d’autres « célébrités ».Pablo : l’intégrale - Julie Birmant et Clément Oubrerie
La folie et le génie de l’artiste sont racontées par Fernande. Celle qui fut à la fois l’amante, le modèle et la victime du peintre porte sur lui un regard distancié et critique qui ne cède jamais à l’idolâtrie. Adulée, rejetée, séquestrée, malmenée, cette femme amoureuse restera jusqu’au bout le soutien indéfectible d’un homme sombrant peu à peu dans une violence picturale symbole de son esprit torturé.

Graphiquement, Clément Oubrerie a d’abord choisi de travailler au fusain sur de grands formats (chaque case est réalisée individuellement dans un format A4 !) avant d’ajouter l’encrage et l’aquarelle. Le résultat est superbe et surtout le dessinateur a su retranscrire à merveille le Paris du tout début du 20ème siècle.

350 pages pour retracer sept années (1900-1907) d’une fulgurante évolution artistique. Et 350 pages qui, au final, rendent davantage hommage à une femme remarquable qu’à son célébrissime compagnon.

Pablo : l’intégrale de Julie Birmant et Clément Oubrerie. Dargaud, 2022. 350 pages. 9,50 euros.


PS : Un mot sur cette édition que Dargaud propose dans le cadre d’une opération estivale intitulée « Emportez vos BD partout ». Une intégrale petit format (21x15 cm) à tout petit prix (moins de dix euros), en voilà une excellente idée. Une telle version de poche avec couverture brochée est parfaite à glisser dans un sac où une valise. Gros bémol cependant, le papier est un poil trop rigide et ce pavé de 350 pages doit s’ouvrir en grand pour déchiffrer les textes placés au bord de la pliure centrale, ce qui va inévitablement provoquer quelques « cassures » sur le dos de l’ouvrage. Sans compter que la reliure semble bien trop légère en colle, ce qui signifie qu’en l’ouvrant trop grand, on risque de se retrouver avec des pages volantes. Bref, l’idée est excellente mais l’objet-livre est à la fois fragile et peu pratique à manipuler. 


Pablo : l’intégrale - Julie Birmant et Clément Oubrerie

wallpaper-1019588
Térébenthine, Carole Fives
wallpaper-1019588
Derniers jours d'un monde oublié
wallpaper-1019588
Comics de la semaine : Amazing Spider-Man #7, Power Rangers #22, et plus
wallpaper-1019588
L’imprévu – Julia Paris