Les ailes collées de Sophie de Baere

Certains romans peuvent être conseillés les yeux fermés, ils conviendront à la majorité des lecteurs. Les ailes collées de Sophie de Baere fait partie de cette catégorie. Une très belle plume, un thème fort aux accents dramatiques, une confusion des sentiments qui n’est pas sans rappeler le chef-d’oeuvre de Stefan Zweig, font que ce roman est difficilement critiquable.

Les ailes collées de Sophie de Baere (éditions JC Lattès)

Les ailes collées de Sophie de Baere (éditions JC Lattès)

Pourtant mon avis est un peu plus nuancé que la plupart des critiques lues depuis sa sortie. Si je reconnais bien à ce livre toutes les qualités énoncées précédemment, il m’a manqué un petit quelque chose tout à fait personnel. Bercée par les mots de Sophie de Baere, je crois que j’ai été à certains moments un peu endormie par la musicalité de ses phrases. L’alignement des mots savamment orchestré a suffit à mon plaisir jusqu’à ce que je me rende compte de trop nombreuses fois que je n’avais pas intégré ce que je venais de lire. Au détour d’une scène cléj’étais souvent obligée de faire machine arrière pour comprendre comment on en était arrivé là. Parfois un paragraphe à relire suffisait, parfois il me fallait reprendre plusieurs pages.

Paul veut croire qu’il y a une part de décision dans l’amour, une sorte de volonté qui fait qu’un jour on aime et que l’autre on n’aime plus.

Ca n’est pas la première fois qu’une plume me paraît trop évanescente pour moi. Et quand j’y suis confrontée, je ne parviens pas, malgré tous mes efforts, à rester concentrée sur l’histoire. Evidemment c’est très frustrant d’avoir affaire à un livre avec de belles qualités littéraires et de ne pas parvenir à en apprécier toutes les subtilités mais c’est ainsi. Il y a des plumes qui me happent et d’autres qui me laissent un peu au bord du chemin. Je retenterai l’expérience avec Les corps conjugaux que je viens d’acheter en poche, sait-on jamais si dans un autre contexte Sophie de Baere saura cette fois me prendre dans ses filets si délicats.


L’ESSENTIEL

Couverture de Les ailes collées de Sophie de Baere

Couverture de Les ailes collées de Sophie de Baere

Les ailes collées
Sophie de BAERE
Editions JC Lattès en GF
Sorti le 02/02/2022
384 pages

Genre : roman contemporain
Personnages : Ana et Paul, Joseph
Plaisir de lecture : ❤❤❤
Recommandation : oui
Lectures complémentaires : La confusion des sentiments de Stefan Zweig, Un homme accidentel de Philippe Besson, Quatre amours de Cristina Comencini, Mon maître et mon vainqueur de François-Henri Deserable

RÉSUMÉ DE L’ÉDITEUR

« Sa poésie à Paul, c’était Joseph.  Et Joseph n’était plus là. »

Suis-je passé à côté de ma vie ? C’est la question qui éclabousse Paul lorsque, le jour de son mariage,  il retrouve Joseph, un ami perdu de vue depuis vingt ans.
Et c’est l’été 1983 qui ressurgit soudain. Celui des débuts  flamboyants et des premiers renoncements. Avant que la violence des autres fonde sur lui et bouleverse à jamais son  existence et celle des siens.

Roman incandescent sur la complexité et la force des  liens filiaux et amoureux, Les ailes collées explore, avec une  sensibilité rare, ce qui aurait pu être et ce qui pourrait  renaître.


TOUJOURS PAS CONVAINCU ?

3 raisons de lire Les ailes collées

  1. ce roman a déjà ému des milliers de lecteurs
  2. cette ode à la tolérance mériterait d’être mise entre les mains d’un public adolescent ou jeune adulte
  3. la plume tout en délicatesse de Sophie de Baere a toutes les chances de vous séduire

3 raisons de ne pas lire Les ailes collées

  1. la fin est beaucoup trop téléphonée, quel dommage !
  2. il y a beaucoup de malheurs dans cette histoire, peut-être un peu trop pour être crédible
  3. si, comme moi, vous n’êtes pas sensibles à ce style d’écriture

L’article Les ailes collées de Sophie de Baere est apparu en premier sur Lettres & caractères.


wallpaper-1019588
Hors de lui - Nathan Delie
wallpaper-1019588
L’anomalie
wallpaper-1019588
Initiation with my dance teacher
wallpaper-1019588
Les étoiles de Noss Head, Tome 3 : Accomplissement – Sophie Jomain