Les Archives de Roshar, tome 8 - Rythme de guerre, deuxième partie

Les Archives de Roshar, tome 8 - Rythme de guerre, deuxième partie
Les Archives de Roshar, tome 8 - Rythme de guerre, deuxième partie
Les Radieux, à l’exception de Kaladin et Lift, sont plongés dans l’inconscience et la tour d’Urithiru est tombée dans les mains des Fusionnés. Navani, prisonnière de la Fusionnée Raboniel, mène avec l’aide du sprène de la tour des expériences pour percer les secrets de la lumière. Pendant ce temps, à Shadesmar, Adolin tente une manœuvre risquée pour rallier les sprènes d’honneur à ses côtés, en acceptant d’être jugé au nom de toute la race humaine pour les crimes anciens commis à l’encontre des sprènes. L’affrontement contre Abjection se précise, mais avant cela, l’humanité a besoin de soldats.
Les Archives de Roshar, tome 8 - Rythme de guerre, deuxième partie
Pourquoi ce livre ? Si vous suivez ce blog depuis un petit moment, vous savez d’ores et déjà que Brandon Sanderson est un de mes auteurs préférés et que sa saga des Archives de Roshar est en passe de devenir ma saga préférée. Si vous ne suivez pas ce blog, alors vous êtes prévenus que je lis cette série depuis le début en binôme avec une copinaute : on lit cent pages par jour et on s’échange nos impressions.
D’emblée, j’ai trouvé Rythme de guerre (incluant les deux moitiés) moins bien que Justicière, le précédent volume, et ce pour une seule raison : le rythme. Dans ce tome finalement de transition pour énormément de personnages, Brandon Sanderson fixe notre attention sur la science, sur Urithiru, la cité des Radieux, en excluant le vif de l’action une bonne partie du tome - qui compte tout de même plus de huit cents pages. Je me suis régalée par les révélations autour des Sprènes et des fabriaux, ces êtres et ces objets majeurs dans la science, mais je suis restée sur ma faim quant à l’émotion ressentie tout au long de l’intrigue. Je ne dis pas que je suis allée jusqu’à m’ennuyer, mais j’ai eu le sentiment d’une sorte de latence : pas forcément envie de me plonger dedans mais une fois dedans, je n’arrivais pas à m’arrêter. Cela dit, les cent voire deux cents dernières pages sont explosives et, à ce moment-là, j’aurai bien voulu enchaîner jusqu’à la fin tellement je me régalais. Une fois de plus, j’ai craint pour l’ensemble des personnages et, une fois de plus, j’ai pleuré comme une madeleine.
Au niveau des personnages, comme je le disais ci-dessus on est davantage dans un tome de transition, avec énormément d’introspection, de mutisme, de non-dit et de demi-mensonges si bien que je me suis autant régalée qu’inquiétée, et ce pour la plupart d’entre eux. Adieu le brillant Kaladin, place au ténébreux qui ne trouve pas sa place dans la société mais qui doit devenir le héros de tout le monde malgré ses choix et ses faiblesses. Shallan jongle entre plusieurs personnalités et se complait dans le mensonge jusqu’à comprendre certaines choses dans son passé. Et elle renaît, différente. Dalinar s’engage sur des chemins périlleux et je serre d’avance les fesses pour la suite. Je regrette que les éléments du Pont Quatre soient en retrait dans ce tome. Certains sont très présents, comme Sigzil ou Teft, les autres se font discrets. J’ai grandement apprécié le rôle de Navani dans Rythme de guerre. Elle est seule pour lutter contre l’invasion des Fusionnés à Urithiru, on devient alors témoin de son talentueux esprit de manipulation et de façonnage, et je trouve cela fou qu’elle se considère nulle en sciences, pas le mérite d’avoir le statut d’érudite, après l’ingéniosité de sa création au cours de cette partie. En parlant de Fusionnés, je me mets un point d’honneur à évoquer Raboniel, dont son but sera resté obscur et nébuleux tout au long de sa présence dans la tour, et Leshwi. Toutes deux font preuve d’honneur à leur manière et même si elles sont considérées comme des ennemies, elles m’ont réchauffé le cœur à un moment ou à un autre.
Si j’ai malgré moi boudé ce tome pour des questions personnelles, je ne cache pas que c’est toujours un plaisir de plonger dans le style, les idées de Brandon Sanderson, traduit par Mélanie Fazi. Malgré un univers et des rebondissements complexes, c’est d’une limpidité et d’une poésie exemplaire, c’est aussi pour cette raison que cette saga est en passe de devenir ma préférée en fantasy mature !
Les Archives de Roshar, tome 8 - Rythme de guerre, deuxième partie
Un tome dans l’ensemble moins bon, souffrant de sa position après l’excellent Justicière. Cela dit, il reste excellent et majeur dans ce cycle, avec la découverte et la compréhension de plusieurs notions importantes dans la science et le monde des Radieux, avec une étape supplémentaire franchie auprès d’Abjection, pour ce rebondissement chez les Radieux qui procure autant de plaisir que de souffrance. C’est un tome plus lent que les précédents, en excluant la toute fin, mais l’émotion reste présente et poignante. Malgré une note en baisse, ça reste excellent !
Les Archives de Roshar, tome 8 - Rythme de guerre, deuxième partie
18/20
Les Archives de Roshar, tome 8 - Rythme de guerre, deuxième partie
Les autres titres de la saga :
1. La Voie des Rois, première partie
2. La Voie des Rois, deuxième partie
3. Le Livre des Radieux, première partie
4. Le Livre des Radieux, deuxième partie
5. Justicière, première partie
6. Justicière, deuxième partie
7. Rythme de guerre, première partie
8. Rythme de guerre, deuxième partie
- saga en cours -

wallpaper-1019588
Les anges noirs de Berlin
wallpaper-1019588
Les anges noirs de Berlin
wallpaper-1019588
'Queen Bee' de Gaïa Alexia
wallpaper-1019588
La Quête du Temps - Temps 1 - Errances - Lise Barrow