BD : Queenie, la marraine de Harlem - Aurélie Lévy & Elisabeth Colomba (Anne Carrière)

BD : Queenie, la marraine de Harlem -  Aurélie Lévy &  Elisabeth Colomba (Anne Carrière)
Sérendipité : nom féminin. Selon Sylvie Catellin, c'est « l'art de découvrir ou d'inventer en prêtant attention à ce qui surprend et en imaginant une interprétation pertinente. »
On sait que l'on a de l'or entre les mains lorsque l'on s'aventure dans une œuvre qui parvient à nous captiver dès qu'elle prend vie. Un petit supplément d'âme qui donne ici une voix à ces pages imprimées, un musicalité fruit du parfait équilibre de talents à l’œuvre. 
Elisabeth Colomba maitrise l'utilisation de la photo référence et l'intègre parfaitement bien dans ses cases. J'aime beaucoup la composition de ses planches et on devine aisément le plaisir qu'elle a pris à les concevoir. Exemples avec les doubles pages "Comment faire tourner un business de paris illégaux" ou "la manière Schultz". Mais l'album de 165 pages regorge de ce genre de trouvailles narratives et d'autres, toutes aussi efficaces dans leur simplicité.
Je suis d'ailleurs curieux de savoir comment avec Aurélie Lévy, elles se sont distribuées le travail de découpage de l'histoire. Très envie de me pencher sur les peintures d'Elisabeth Colomba et sur les précédents écrits d'Aurélie Lévy.
Pour un premier album et ce qui semble être une première collaboration, le résultat est remarquable. Il mélange différentes saveurs et ingrédients, ramenant le lecteur dans ses meilleurs souvenirs et expériences cinématographiques, musicales et littéraires. Queenie, la marraine de Harlem devient de ce fait quasi instantanément un objet de la pop culture.
Comme toutes les bonnes choses, le meilleur moyen de vous convaincre que cette lecture est indispensable, c'est d'en faire l'expérience.
Je me suis procuré mon exemplaire à la Librairie la Petite Ourcq (Paris 19e) qui est un des coups de cœur de la libraire.
Quelques cases sont visible dans cette chronique de Laetitia Gayet pour France Info : ICI.
Foncez !
Présentation de l'éditeur :

Vous connaissez Al Capone, Lucky Luciano, Dutch Schultz... Mais dans la grande saga de la Mafia américaine, il y eut un autre gangster, qui amassa une fortune et mourut de vieillesse dans son lit.
Vous n'en avez jamais entendu parler.
Pourquoi ?
Parce que ce gangster était une femme et que cette femme était noire. Son nom ? Stéphanie St Clair. On l'appelait Queenie.
Ceci est son histoire.


Harlem, 1933. Une femme noire, tirée à quatre épingles, est relâchée de prison. Signes particuliers : un accent français prononcé et un don pour les chiffres.
Née dans la misère à la Martinique, la célèbre Queenie est à la tête de la loterie clandestine de Harlem. Avec l'aide d'une poignée de complices loyaux, elle a patiemment bâti un véritable empire criminel qui règne sur le quartier, tout en œuvrant pour les droits civiques de ses habitants. À présent que la prohibition touche à sa fin, Queenie est menacée par la Mafia italienne déterminée à prendre le contrôle de ses affaires. Pour sauver son territoire, ses compagnons et sa propre vie, elle n'a d'autre choix que de se lancer dans une guerre sans merci.

Queenie, la marraine de Harlem est un projet né sous le signe de la sérendipité. Tout comme son héroïne, l’artiste Elizabeth Colomba est d’origine martiniquaise et a immigré à Harlem pour se faire un nom. Devenue une peintre reconnue aux États-Unis, spécialisée en art postcolonial, elle a été fascinée par l’histoire de Stéphanie St Clair et a très vite décidé qu’elle essaierait de lui redonner une place dans l’Histoire. Elle a trouvé la coscénariste parfaite en la personne de sa meilleure amie, Aurélie Lévy. Celle-ci étant documentariste et fille d’immigré juif, les thèmes de l’exil et de l’adversité culturelle ne lui étaient pas étrangers. Les deux femmes s’étaient rencontrées à la fin des années 1990 à Hollywood, quand elles avaient vingt ans et chassaient toutes les deux leur part du rêve américain… comme Stéphanie avant elles.
Frédéric Fontès, www.4decouv.com


wallpaper-1019588
King’s game, tome 1 à 5 • Nobuaki Kanazawa et Hitori Renda
wallpaper-1019588
King’s game, tome 1 à 5 • Nobuaki Kanazawa et Hitori Renda
wallpaper-1019588
L'autre proposition de la PdM #79
wallpaper-1019588
Beta ray bill par daniel warren johnson : grand spectacle en grand format chez panini