Les Gardiennes du grenier, d’Oriane Lassus

Les Gardiennes du grenier, d’Oriane Lassus

Les Gardiennes du grenier, d’Oriane Lassus, Biscoto, 2020 (première publication en 2019-2020), 56 pages.

L’histoire

Plecota, une petite chauve-souris, vit paisiblement avec sa famille dans un grenier douillet… Mais l’hiver arrive. Toute la colonie s’envole pour rejoindre son refuge d’hibernation, Plecota se perd. Séparée des siens, elle est recueillie par de sympathiques musaraignes puis par les humains qui vivent dans son ancienne maison. Ce nouveau refuge est soudain menacé par la construction d’une route pour les gros camions ! Loin de sa famille et malgré sa petite taille, elle va devoir mener un dur combat et chercher du renfort autour d’elle.

⭐⭐⭐⭐⭐

Note : 5 sur 5.

Mon humble avis

Merci à Babelio et aux éditions Biscoto pour l’envoi de cette bande dessinée jeunesse en échange d’une chronique honnête !

C’est toujours un plaisir de découvrir ce qui se fait en littérature jeunesse, particulièrement quand ça parle de sujets qui m’intéressent que ce soit l’éducation non genrée, le féminisme ou encore les animaux. En plus, parmi tous les animaux non-humains j’ai un faible pour les chauve-souris !

Je m’attendais à une bande dessinée très documentaire mais je me suis rendue compte dès les premières pages que j’avais fait fausse route : il s’agit bien ici d’une histoire avec des chauve-souris comme protagonistes, qui jouent ensemble et qui se préparent pour l’hibernation. Ce que j’ai finalement le plus apprécié, c’est le fait que la pédagogie n’empiète pas sur l’histoire : bien sûr l’idée est de faire découvrir aux enfants le fonctionnement des chauve-souris et les enjeux de leurs préservation (et pour cela, de la préservation de leur habitat). Mais tous ces éléments sont subtilement intégrés à une histoire qui est également drôle, notamment quand les chauve-souris jouent et se font des farces, et elle peut être effrayante aussi quand l’habitat des chauve-souris est mis en danger.

Si l’histoire tourne autour de ces dernières, on découvre des personnages d’autres espèces également, des musaraignes, une chouette effraie et des humains. En effet, Les Gardiennes du grenier insiste sur le fait que si une espèce pâti d’un manque d’habitat convenable ou de ressources, l’impact se fait sur toutes les autres espèces qui l’entourent : sans chauve-souris ou musaraignes, les chouettes effraie et les chats n’auraient plus plus de quoi se nourrir.

Je trouve les illustrations sur les animaux vraiment très belles, mignonnes et assez arrondies. Ce ne devait pas être simple de trouver les couleurs qui permettraient de rendre à la fois la nuit sombre tout en distinguant les chauve-souris, mais c’est très réussi. Si j’aime moins la façon dont les humain⋅es sont dessiné⋅es, j’apprécie en revanche tout particulièrement la diversité présentée, notamment avec la spécialiste des chauve-souris qui est une femme racisée. De plus, les personnages d’enfants sont loin d’être passifs ici, et si les habitats des humains, chauve-souris et musaraignes sont sauvés, c’est grâce à elleux !

La bande dessinée se termine sur une double page qui permet d’en apprendre plus sur les chauve-souris, cette fois-ci sous un format plus « documentaire » : notamment quoi faire si on trouve une chauve-souris, et les détails de leur anatomie.

Les Gardiennes du grenier a tout d’abord été prépublié dans le journal Biscoto, un mensuel indépendant pour enfants, sans publicité, et avec (entre autres) une recette végétale ! Bref, si vous avez des enfants en âge de lire autour de vous, je pense que ça vaut le coup d’œil, et je recommande cette bande dessinée qui me semble parfaite pour sensibiliser les enfants aux enjeux écologiques et environnementaux de façon tout à fait ludique avec une jolie histoire.


wallpaper-1019588
Wild Bikers
wallpaper-1019588
L'Étrange Histoire de Benjamin Button
wallpaper-1019588
Haute Alchimie – Marie Meyer
wallpaper-1019588
Sinbad le marin et les géants farceurs (Melegari, Milani, Pratt) – Editions Altaya – 12,99€