Izana, La Voleuse de visage - Daruma Matsuura

Izana, La Voleuse de visage - Daruma Matsuura

Izana, La Voleuse de visage - Daruma Matsuura

Titre : Izana, La Voleuse de visage

Izana, La Voleuse de visage - Daruma MatsuuraIzana, La Voleuse de visage - Daruma Matsuura

Je continue mon objectif de lire des romans de ma PAL qui y sont depuis trop longtemps. Aujourd'hui je viens donc vous parler d'Izana, la voleuse de visage, acheté lors du salon en 2017. Il était grand temps de l'en sortir !

A l'époque, je ne savais pas que cette histoire était liée à un manga. Du coup, je me suis juste laissée tenter par cette couverture et son résumé. La légende raconte que tout enfant né laid lors de l'année du cheval, sera tué sur le champ pour ne pas subir le malheur par la suite. Izana a été épargnée à sa naissance par Chigusa, l'infirmière qui n'a pas pu se résoudre à cet acte. Depuis, elle vit chez elle, recluse, cachée de tous. Mais Izana commence à vouloir comprendre pourquoi elle ne sort jamais, ne va pas à l'école. Alors qu'elle profite de l'absence de Chigusa, Izana sort et son destin va prendre une toute autre tournure.


Lorsque j'ai commencé ma lecture, j'étais vraiment curieuse de voir de quoi il retournait. Je ne connaissais pas cette légende japonaise et encore moins sa signification. Clairement, c'est assez horrible de partir sur le constat que la beauté ou la laideur en l'occurrence soit à la base d'une décision aussi brutale que celle-ci. J'étais donc vraiment intriguée de savoir dans quoi l'auteur allait nous embarquer.

Concrètement, si Izana est censée nous émouvoir et nous pousser à avoir de l'empathie pour elle vu sa solitude, son destin déjà tout tracé à la naissance, je n'ai absolument pas accroché à ce personnage. Et d'autant plus que très vite elle devient assez agaçante et même pire que ça, un monstre. Dans ces conditions il est clairement difficile d'apprécier sa lecture.

Pour tout vous dire, à peine cent pages de lues que je me demandais si j'allais poursuivre. Le roman était assez fin (300 pages) et la police d'écriture assez grosse, je suis allée au bout de celle-ci mais c'était vraiment pour ne pas finir cette lecture sur un abandon et dans l'espoir que la suite se révèlerait plus prenante.

Ca n'a malheureusement pas été le cas. Il faut dire que je n'ai pas trouvé le style de l'auteur, ou sa traduction très fluide. Le roman souffre de problème de rythme avec une bonne moitié où il ne se passe rien de spécial. Plus j'avançais dans ma lecture et moins j'avais l'envie de continuer ma lecture.

Ajouté à cela qu'au final, l'opposition entre beauté et laideur n'est pas traitée comme je m'y attendais, à savoir que la beauté intérieure est plus importante que la beauté extérieure et ça a été de désillusions en désillusions.

Enfin, la fin, tant espérée pour relever le niveau m'a laissé totalement perplexe. Je me suis faite la réflexion de : tout ça, pour ça ? Elle m'a paru assez floue, sans être vraiment développée et "facile" pour les questions restée en suspens.

En conclusion, je suis vraiment déçue de cette lecture. Je n'ai à vrai dire rien apprécier de celle-ci et en ressort sans trop quoi en penser. Je pense que les fans du manga y trouveront surement leur compte mais pour ma part, ça n'a pas fonctionné.

Izana, La Voleuse de visage - Daruma Matsuura


wallpaper-1019588
Ash Princess • Laura Sebastian
wallpaper-1019588
D'ici là, porte-toi bien de Carène Ponte
wallpaper-1019588
Six Belges et neuf Français et demi dans les 282 candidats au prix Astrid Lindgren 2022
wallpaper-1019588
Mortel Virus de Gérard Neyret