Suzuran - Aki Shimazaki (enthousiaste au début ****, très déçue et douchée par la fin qui me dérange beaucoup **)

 Je pense que Suzuran a été le livre de trop, celui qui me dit "arrête-toi un temps sur l’œuvre de cette autrice parce que tu vas finir par ne plus apprécier.", malgré la douceur, malgré sa capacité à installer les ambiances, les humeurs, malgré la classe des personnages. 

Suzuran par Shimazaki

image issue du sire Babélio  

 

Cette fois-encore, on retrouve une mère célibataire avec son fiston (l'héroïne est divorcée, son ex-mari joue au père à distance). Décidée à ne pas rencontrer de suite quelqu'un (sa vie matrimoniale lui a laissé un goût amer et à mère), Anzu se consacre à la poterie, un art dont elle excelle et en a fait son métier. Elle expose ses œuvres, planifie son emploi du temps en fonction des cuissons. Sa vie est régulée par les visites de son garçon à son père, son travail, les rencontres avec ses parents. Elle a bien conscience de son manque amoureux que lui rappellent régulièrement sa grande copine (décidément bien indiscrète) et sa propre frangine, Kyôko, son opposée sentimentale (une femme libre et libérée de toute convention sociale, aussi délurée que sa sœur est chaste). Et justement, cette dernière annonce son futur mariage, à la surprise générale. 

Bien sûr, Suzuran s'inscrit dans l’œuvre d'Aki Shimazaki : il y a les secrets de familles ou personnels qui se dévoilent au cours de conversations, il y a des rencontres ou des souvenirs avec des hommes qui ont compté, il y a la découverte de cette sœur qui a caché pas mal de choses et s'est montrée particulièrement stratège et retors (sans le vouloir ou en le voulant) et puis il y a cette histoire amoureuse qui naît, qui se construit et qui s'achève de façon complètement artificielle (où là on flirte vraiment avec le Harlequin de base... et j'entends par là, le Harlequin des années 1970-1980, de la guimauve romanesque et quand même indigeste par des rebondissements qui se cumulent et s'accumulent... ) Oui, vous comprenez de suite que j'ai été complètement déçue par la fin parce que le reste m'avait bien cramponnée, je le reconnais. Je me demande comment on peut à ce point manquer la touche finale, comment on peut sortir une telle pirouette grossière. Je pense qu'il y avait d'autres moyens : là ce n'est ni crédible et même j'y trouve un côté moralement malsain.

Voilà, affirmer qu'Aki Shimazaki a raté Suzuran serait complétement injuste et intellectuellement malhonnête. Mais il est clair que Suzuran est le roman que j'ai le moins apprécié d'elle malgré une début et un milieu bien instruits et prometteurs (à la fois dans la description des scènes, des personnages, leur personnalité).

Édition Leméac

Emprunté à la bibliothèque.

De la même autrice :  

Hôzuki  (l'ombre du chardon #2)

Mitsuba

La série Le poids des secrets : #1, #2,  #3-4-5

 

Évasion musicale  : Minefields - Faouzia et John Legend   une splendeur tout simplement



wallpaper-1019588
Télécharger Karate Fighting Games: Kung Fu Roi Final Fight APK MOD (Astuce)
wallpaper-1019588
Code Triche Diablo Immortal APK MOD (Astuce)
wallpaper-1019588
Feu
wallpaper-1019588
Feu