Résine d’Ane Riel

Pour écrire cette chronique, j’ai cherché des synonymes de glauque car c’est un mot que je n’aime pas et en même temps c’est celui qui résume le mieux l’atmosphère qui se dégage de Résine de l’auteure danoise Ane Riel.

Résine d'Ane Riel (éditions Seuil)

Résine d’Ane Riel (éditions Seuil)

On peut aussi qualifier ce roman noir de sordide, sinistre, morbide ou lugubre si vous préférez mais finalement l’esthétisme des mots ne suffira pas à atténuer le malaise que l’on ressent à la lecture de ce huis-clos familial qui réunit un père atteint de syllogomanie, ou syndrome de l’accumulation compulsive, une mère qui noie son mal-être dans la nourriture, au point de devenir tellement obèse qu’elle ne parvient plus à s’extraire de son lit et leur fille dont le jeune âge n’a pas suffit à préserver son innocence.

Cette petite famille complètement dysfonctionnelle vit dans une ferme reculée, sur une presqu’île au nord du Danemark. Les habitants du village voisin n’ont que peu de contacts avec les Haarder, ce qui suffit à alimenter bien des fantasmes. Pourtant, les pauvres bougres sont encore très loin du compte car ce qui se passe dans la ferme des Haarder dépasse tout ce que l’on peut imaginer.

Le monde de Jens Haarder n’était pas gouverné par les règles auxquelles obéissaient la plupart des gens. Il ignorait ce qu’étaient le classement et l’organisation. Il ne connaissait que les sentiments et les souvenirs. Une lime ne devait pas forcément être rangée à côté d’une autre lime. Si on l’avait trouvée sur une décharge, elle avait sa place à côté de la lampe à pétrole et de la vareuse provenant de la même décharge. Il y avait à cela une certaine logique.
Si la faux était accrochée près de la grande carte de l’île suspendue au-dessus de l’établi, c’était parce que Jens lui trouvait une ressemblance avec le bras de terre qui s’étendait au nord-est de Korsted. La carte était cachée là. C’était le plus important.

Entre amour et folie, autodestruction et instinct de survie, les trois membres de cette famille avancent tant bien que mal jusqu’au moment où il n’est pas plus possible de faire un pas de plus.

J’ai vécu ce roman en trois temps : au début, ma lecture a été assez laborieuse, je me voyais difficilement poursuivre comme cela et puis passées les 80 premières pages, le rythme s’est accéléré et je suis restée scotchée à cette histoire, comme sous perfusion. Hélas, cela n’a pas duré jusqu’au bout, le soufflé est à nouveau retombé sur les derniers chapitres. Ces cassures répétées ont légèrement douché mon enthousiasme mais je reste malgré tout sur une bonne impression générale. C’est un roman que je conseillerais aux amateurs de littérature noire avec un penchant malsain mais pas aux autres car il y a de quoi heurter sérieusement certaines sensibilités.


Vente de pochettes livre


L’ESSENTIEL

Couverture de Résine d'Ane Riel

Couverture de Résine d’Ane Riel

Résine
Ane RIEL
Editions Seuil
Sorti le 04/03/2021 en GF
304 pages

Genre : roman noir
Plaisir de lecture : ❤❤❤❤
Personnages : la famille Haarder
Recommandation : oui mais seulement si vous avez le coeur bien accroché
Lectures complémentaires : Les démoniaques de Mattias Köping, La cave aux poupées de Magali Collet, My absolute darling de Gabriel Tallent

RÉSUMÉ DE L’ÉDITEUR

Une presqu’île, aux confins d’un pays du Nord. C’est là que vit la famille Haarder, dans un isolement total. Jens a hérité de son père la passion des arbres, et surtout du liquide précieux qui coule dans leurs veines – la résine, aux capacités de préservation étonnantes. Alors que le malheur ne cesse de frapper à la porte des Haarder, Jens, obsédé par l’idée de protéger sa famille contre le monde extérieur qui n’est pour lui que danger et hostilité, va peu à peu se barricader, bâtir autour de la maison une véritable forteresse, composée d’un capharnaüm d’objets trouvés ou mis au rebut, et séquestrer sa femme et sa fille. Du fond de la benne où il l’a confinée, Liv observe son père sombrer dans la folie – mais l’amour aveugle qu’elle lui porte va faire d’elle la complice de ses actes de plus en plus barbares, jusqu’au point de non-retour.

« Aussi terrifiant et bouleversant que les meilleurs thrillers de Stephen King. » Daily Telegraph


TOUJOURS PAS CONVAINCU ?

3 raisons de lire Résine

  1. Si vous cherchez un livre dont vous tournerez les pages avec attirance et dégoût
  2. Si vous cherchez une histoire singulière dans le genre noir
  3. Si vous voulez vous extraire des codes classiques du thriller

3 raisons de ne pas lire Résine

  1. Si vous êtes maniaque (ce livre sera une véritable torture pour vous)
  2. Si vous cherchez un livre lumineux
  3. Si vous tournez de l’oeil à la moindre vue d’une goutte de sang

L’article Résine d’Ane Riel est apparu en premier sur Lettres & caractères.


wallpaper-1019588
I fell in love after School T02 de Haruka Mitsui
wallpaper-1019588
Comics coups de cœur de la semaine du 15/05/2021
wallpaper-1019588
Les Prélats de Faneas, tome 2 : Le soulèvement des fiefs - Charlotte Abécassis Weigel
wallpaper-1019588
Dark Protectors T4 : Jordan de Rebecca Zanetti