Peau d'homme

Peau d'homme


De Hubert (scénario) et Zanzime (illustrations) - Editions Glénat - 160 pages - 27 €


Résumé : Dans l’Italie de la Renaissance, Bianca, demoiselle de bonne famille, est en âge de se marier. Ses parents lui trouvent un fiancé à leur goût : Giovanni, un riche marchand, jeune et plaisant. Le mariage semble devoir se dérouler sous les meilleurs auspices même si Bianca ne peut cacher sa déception de devoir épouser un homme dont elle ignore tout. Mais c’était sans connaître le secret détenu et légué par les femmes de sa famille depuis des générations : une « peau d’homme » ! En la revêtant, Bianca devient Lorenzo et bénéficie de tous les attributs d’un jeune homme à la beauté stupéfiante. Elle peut désormais visiter incognito le monde des hommes et apprendre à connaître son fiancé dans son milieu naturel. Mais dans sa peau d’homme, Bianca s'affranchit des limites imposées aux femmes et découvre l'amour et la sexualité.

TW : Sexe (plusieurs scènes) 

Peau d'homme, c'est une BD qui a reçu un grand nombre de prix littéraires, qui fait partie du palmarès du festival d'Angoulême et qui  semble avoir conquis l'entièreté de la blogosphère. Dur de ne pas en avoir entendu parler et même si l'engouement médiatique autour des livres a tendance à me repousser un peu, je me suis laissée tenter ici. Et quelle claque : je ne regrette absolument pas de m'être lancée dans cette BD qui est mon premier coup de cœur de 2021 ! 


Peau d'hommeVous actuellement, derrière votre écran :

Dans cette BD, les auteurs nous projettent dans la Renaissance italienne où on suit une famille riche dont les femmes partagent un secret : elle possède une peau d'homme appelée Lorenzo. Une fois le vêtement revêtu, elles deviennent un jeune homme d'une grande beauté et nul ne peut deviner qu'elles n'en sont pas un. Cela leur permet de voyager dans le monde dont elles sont exclues incognito. C'est par le biais cet accessoire pour le moins atypique que les auteurs abordent de manière intéressante la place de la femme dans la société, sa découverte de la sexualité et sa liberté. Tout est fait de manière très subtile dans Peau d'homme, et c'est une des choses qui m'a beaucoup plu. Je m'attendais à une simple BD d'aventure et je me suis retrouvée avec un récit riche et complexe entre les mains, ce qui ne m'a pas empêchée d'être happée dans l'histoire. 

J'ai un corps et je n'en ai pas honte. En soi, il n'est ni bon ni mauvais. Ce n'est pas lui le problème : c'est ton regard qui est sale ! Pourquoi crois-tu que la vue d'un corps nu puisse faire perdre aux femmes leur tempérance ? Parce que tu les crois semblables à toi !  Si tu étais aussi sain que tu le prétends, tu ne craindrais pas la vue d'un corps, même celui d'une femme nue ! C'est ta concupiscence qui te fait voir les femmes comme des tentatrices lubriques. C'est parce que tu es obnubilé par ton propre désir que tu les veux couvertes de la tête aux pieds.   

Mais, la condition féminine est loin d'être la seule thématique abordée dans cette BD. Sa plus grande force est sans aucun doute de porter un œil moderne et progressiste sur la société de la Renaissance par le prisme de problématiques sociales du XXIe siècle. Peau d'homme c'est une ode à la liberté sexuelle qui montre les failles du mariage arrangé et les problématique de couple par le biais de l'histoire entre Giovanni, Lorenzo et Bianca. L'auteur nous livre ici un récit intimiste avec un certain nombres de scènes de sexe. Je ne suis pas particulièrement fan de ça et pourtant, ça ne m'a pas du tout dérangée ici. 

Peau d'homme

Je ne m'attendais pas non plu à voir la question de la religion abordée dans ce récit. Sur ce point, les auteurs sont sans filtre et naviguent entre sérieux et cynisme pour nous montrer les dérives du fanatisme religieux par le biais du frère de Bianca (qui n'est pas sans me rappeler l'Inquisiteur de Kaamelott par ailleurs). On a droit aussi à une critique acerbe des interdictions du port du voile et de la vision de la femme poussée à ses extrêmes. Même en abordant des sujets très sensibles tant ils sont brûlants d'actualité, la BD parvient à faire rire le lecteur avec finesse. 

J'ai adoré le personnage de Bianca, une femme forte qui n'accepte pas sa position. Elle est aussi très intelligente et a des principes qu'elle défend activement. Je l'ai également aimé sous ses atours de Lorenzo, surtout de part les découvertes qu'elle va faire sur le monde des hommes et les remarques bien sexistes qui s'y prononce. L'histoire d'amour qu'elle va vivre est vraiment touchante et m'a beaucoup émue et confère à sa personnalité une forme de fragilité ainsi que davantage de complexité. Le troisième personnage de ce trio, Giovanni, m'a surtout plu pour son évolution. Au début arrogant et vraiment horripilant, il va vraiment changer au contact de Lorenzo et devenir bien plus touchant. 

Peau d'homme

Pour finir cette chronique (je suis désolée, ça doit être super long à lire pour vous XD), la narration est  vraiment au top. Avec Hubert, auteur de la magnifique BD Les ogres-dieux au scénario, je savais qu'on allait avoir le droit à de très beaux dialogues, des répliques poignantes, mais surtout une intrigue soigneusement élaborée. Pour le coup, j'avais un peu plus peur du style graphique de Zanzime qui m'avait semblé à première vue un peu brouillon. Mais, c'est loin d'être le cas : la palette de couleurs est absolument sublime, le trait est précis, incisif. Le décor de la Renaissance italienne est parfaitement campé, on s'y croit totalement. D'ailleurs,  l'imagerie graphique rappelle un peu le style des icônes, vitraux et autres tableaux de cette période historique. 

Peau d'homme

*****

En conclusion, cette BD est un vrai coup de cœur. (je pense que ça se voit à la taille de la chronique) Je l'ai  d'une traite tellement elle est passionnante et qualitative tant dans les sujets qu'elle défend (acceptation de soi, féminisme, sexualité) que dans sa narration et la personnalité de l'héroïne. Tout est fait avec une grande subtilité teintée de cynisme qui avait tout pour me plaire. En bref : un chef d'oeuvre à lire absolument. Elle est un peu chère, mais elle en vaut la peine croyez-moi ! 

Ma note : ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ 


wallpaper-1019588
Mortel Virus de Gérard Neyret
wallpaper-1019588
{Découverte} Hokusai : à la découverte du Japon, Giuseppe Latanza & Francesco Matteuzzi – @Bookscritics
wallpaper-1019588
Robert Wauthy : Et la mort elle-même ne peut rien contre moi
wallpaper-1019588
Le jeu de l’assassin