Broadway de Fabrice Caro

Après Le Discours, un roman étonnant et drôle, Fabrice Caro était forcément attendu au tournant avec son nouveau titre. Malheureusement Broadway n’est qu’une pâle copie de son aîné.

Broadway de Fabrice Caro (éditions audio Gallimard)

Broadway de Fabrice Caro (éditions audio Gallimard)

Il y a un an presque jour pour jour je faisais la connaissance d’Adrien et de son créateur, Fabrice Caro. Adrien c’était le pauvre gars largué par sa nana qui se retrouvait coincé dans un dîner de famille et venait d’apprendre qu’il allait devoir prononcer un discours au mariage de sa sœur. Adrien me faisait rire presque malgré lui, tandis que ses ébauches de discours s’entremêlaient à ses pensées obsessionnelles pour son ex et que ses associations d’idées tournaient à l’absurde. Adrien, c’était ce looser qui vous colle aux basques, le pauvre gars que l’on a peur de devenir, l’antihéros qu’on a envie d’étrangler et dont on préfère finalement se moquer gentiment parce que ça reste un brave type. Et puis, en version audio, Adrien c’était surtout la voix d’Alain Chabat parfaitement taillé pour le rôle. Qui mieux que Chabat pour jouer le rôle du pauvre gars qu’on a envie d’étrangler ? Le discours, c’était Adrien et Adrien c’était Alain Chabat dans mon esprit. L’interprétation a joué pour beaucoup dans mon coup de cœur pour ce roman.

Or cette année Fabrice Caro nous revient avec un nouveau roman intitulé Broadway. Ne vous fiez pas au titre, il est finalement assez éloigné du contenu de ce roman consacré à un pauvre gars (encore) embourbé cette fois dans des histoires dont seul lui a le secret sur fond de paddle à Biarritz et de détection du cancer colorectal. Vous ne voyez pas le rapport ? Lui si.

Si je devais établir une liste de mes vacances idéales, le paddle à Biarritz avec un couple d’amis n’apparaîtrait pas sur la feuille, ni au dos, ni dans le cahier tout entier. Le soir où il avait lancé cette idée, tout le monde était emballé, c’était l’idée du siècle, du paddle à Biarritz, youhou, champagne. Moi-même j’arborais un sourire franc pour ne pas détonner dans l’effervescence ambiante, un sourire de photo de mariage, sans même savoir ce que signifiait le mot paddle, quoique pressentant qu’il avait de bonnes raisons de ne pas faire partie de mon vocabulaire.

Foncièrement parano, Axel doit sacrément s’emmerder dans la vie pour avoir le temps de penser à des choses aussi insignifiantes que celles qu’il aborde dans ce roman. Ses pensées, sans queue ni tête, tournent là encore à l’obsession et à l’absurde. Axel pourrait être le frère d’Adrien. Axel pourrait être Adrien. Le ressort narratif est exactement le même : un mec paumé qui se joue des films, pousse le raisonnement jusqu’à la paranoïa la plus aigue. Sauf que… Sauf que ça sent méchamment le déjà vu. Quand on a lu Le discours, il n’y a plus aucune surprise à attendre de Broadway. On sait déjà que le personnage-narrateur va saisir au bond chaque sujet qui lui passe sous le nez puis qu’il va le triturer, tirer chaque fil jusqu’à ce qu’il perde son sens avant de saisir le sujet suivant et de le malmener de la même manière à coup de projections délirantes et d’associations d’idées fumeuses. Ca devient trop facile pour être encore drôle. L’humour a laissé place à la lourdeur, heureusement c’est assez court pour ne pas devenir totalement indigeste.

La pilule serait peut-être mieux passée si cette fois encore ça avait été Alain Chabat qui s’était glissé dans la peau de ce père de famille totalement siphonné. Mais non, c’est Benjamin Lavernhe qui a dû se farcir le névrosé de service. Hélas pour lui, il ne parvient pas à la cheville de Chabat dans ce rôle. Benjamin Lavernhe souffre d’une trop grande normalité pour parvenir à retranscrire toute la folie sous-jacente du personnage. La narration est donc tombée à plat, comme l’humour contenu dans ce roman finalement.


Intéressé par le livre audio Broadway ?

Si vous n’avez encore jamais été inscrit sur Audible, vous pouvez écouter gratuitement Broadway (ou n’importe quel autre titre de leur catalogue).

Broadway de Fabrice Caro


L’ESSENTIEL

Couverture de Broadway de Fabrice Caro

Couverture de Broadway de Fabrice Caro

Broadway
Fabrice CARO
Editions Gallimard
Sorti le 20/08/2020 en GF et en audio
208 pages (3h55 d’écoute)
Lu parBenjamin Lavernhe

Genre : comédie
Personnages : Axel et sa famille
Plaisir de lecture : ❤❤
Plaisir d’écoute : ❤❤❤
Recommandation : oui (seulement si vous n’avez pas lu Le discours)
Lectures complémentaires : Le discours du même auteur

RÉSUMÉ DE L’ÉDITEUR

La vie n’est pas une comédie musicale.

Une femme et deux enfants, un emploi, une maison dans un lotissement où s’organisent des barbecues sympas comme tout et des amis qui vous emmènent faire du paddle à Biarritz… Axel pourrait être heureux, mais fait le constat, à 46 ans, que rien ne ressemble jamais à ce qu’on avait espéré. Quand il reçoit un courrier suspect de l’Assurance maladie, le désenchantement tourne à l’angoisse.

Et s’il était temps pour lui de tout quitter ? De vivre enfin dans une comédie musicale de Broadway ?

Après Le Discours, Fabrice Caro confirme son talent unique de prince de l’humour absurde et mélancolique.


TOUJOURS PAS CONVAINCU ?

3 raisons de lire Broadway

  1. Si vous aimez les comédies qui se lisent d’une traite
  2. Si vous avez un faible pour les anti-héros
  3. Si vous n’avez pas encore lu Le discours

3 raisons de ne pas lire Broadway

  1. Si vous avez déjà lu Le discours, vous pouvez passer votre chemin, c’est la même chose en moins drôle
  2. Si les gens qui aiment se regarder le nombril vous horripilent
  3. Si vous avez envie d’un livre avec une vraie histoire et un peu de consistance

L’article Broadway de Fabrice Caro est apparu en premier sur Lettres & caractères.


wallpaper-1019588
La femme au manteau violet • Clarisse Sabard
wallpaper-1019588
Le podcast "le bulleur" présente : les entrailles de new-york
wallpaper-1019588
Le Secret de Ji, tome 2 - Le Serment orphelin
wallpaper-1019588
22/11/63 de Stephen King
wallpaper-1019588
Quelle Foire du livre à Bruxelles en 2021?
wallpaper-1019588
[INTERVIEW] Chrystel Duchamp
wallpaper-1019588
Ne jetez pas les morts au compost de Catherine Secq
wallpaper-1019588
Anatomie : Des poèmes qui vous font de l’œil (ou du pied)