Four Dead Queens, de Astrid Scholte

Keralie, la plus habile voleuse des quatre royaumes, vole un jour ce qu'elle n'aurait jamais dû voler. En touchant l'objet dérobé, elle voit ce qu'elle n'aurait pas dû voir : les quatre reines de Quadara ont été assassinées. Mais la jeune fille compte bien tirer profit des informations qu'elle possède en les échangeant contre une récompense au Palais... A condition d'y parvenir. De tromper Varin, le ténébreux (et séduisant) jeune Eonien auquel appartient l'objet volé. De semer Mackiel, le malfrat qui lui a tout appris avant de se retourner contre elle. Et surtout, d'arrêter le meurtrier. Une course contre la mort commence pour Keralie. Une intrigue royale dans la lignée de Game of Thrones.

Four Dead Queens, de Astrid Scholte
J'ai frôlé le coup de coeur et de très (très) près. Pour ça je remercie chaudement l'équipe de Babelio ainsi que les éditions Casterman !
Queer jusqu'à la pointe de ses pages, Four Dead Queens est un roman qui brille de par la représentativité qu'il offre, et pas seulement à la communauté LGBT ! Femmes noires, métisses..., femmes occupant des places de pouvoir au même titre que leurs homologues masculins... Four Dead Queens est un roman qui fait vraiment beaucoup de bien et nous rappel que même la littérature, au même titre que notre société, se doit d'évoluer et de représenter les minorités opprimées et gommées de nos histoires... 
Et si seulement il n'y avait que ça de bon !
Car Four Dead Queens, c'est également un roman qui tient ses promesses : vendu comme étant celui dont on ne peut deviner la fin, j'ai bien peur de devoir vous annoncer que tout ceci... Est vrai. Il est absolument impossible de deviner à l'avance le dénouement de cette histoire ! Impossible. C'est un condensé de surprises et d'escarmouches à en perdre la tête ! Et ce n'est certainement pas la chronologie et la gestion des chapitres qui vont faire naître le moindre ennui ni nous apporter le moindre indice : car du début à la fin Astrid va user d'une tentaculaire ingéniosité pour mieux nous surprendre, à l'aide de chapitres à voix multiples dont le déroulement et l'espace temps s'entre-mêle avec celui de notre protagoniste.
Parfois, nous échouons parce qu’il était écrit que nous ne devions pas réussir.

Et en parlant de protagoniste ! Keralie, notre jeune et imparfaite héroine va osciller longuement entre les bonnes et les mauvaises intentions, tiraillée par de nombreux remords et de mauvaises fréquentations. Très touchante, mais un peu distante, il est néanmoins facile de se glisser à ses côtés et de se sentir affectée par ce qui lui arrive... 
Au final, je n'ai été confrontée qu'à un seul réel problème durant cette lecture... Un problème récurrent dans le genre : la romance. Elle était inutile. Totalement inutile, parce qu'une histoire n'a pas obligatoirement besoin d'une romance pour être excellente. Le personnage de Varin est charmant mais il n'apporte rien à l'intrigue, soyons clair. Il facilite seulement certaines situations et prises de conscience à Keralie. Rien de plus. Si je devais imager Varin, ce serait une jolie petite plante verte... !
J'émets également une grosse réserve sur la comparaison avec Games of Thrones, il me paraît un peu (beaucoup, énormément) gros de comparer ce one-shot, certes bien brodé et assez bien écrit, avec ce monument, ce mastodonte de la littérature fantasy... ;)
En somme, ce livre est une merveilleuse découverture, et je remercie encore une fois l'équipe de Babelio et les éditions Casterman pour cette lecture ! Four Dead Queens est un livre magnifique qui apporte un véritable vent de fraîcheur dans le rayon de la fantasy !
Ingénieux et inclusif, il charmera sans conteste les lecteurs et les lectrices.
Place des Libraires/Icon/button
Four Dead Queens, de Astrid Scholte

wallpaper-1019588
Pomélo+Co, des soins naturels pour vos cheveux
wallpaper-1019588
Comics de la semaine : Nightwing #92, Power Rangers #19, et plus
wallpaper-1019588
La trilogie Angie s'achève de façon trépidante
wallpaper-1019588
Donald, le chevalier déjanté T1 (Ambrosio, Gatti, Pesce, L. et A. Pastrovicchio, Canglialosi) – Unique Heritage Editions – 9,95€