Les Runes de Sang, tome 1 : La sorcière d’Islande de Penny Watson-Webb

Les Runes de Sang, tome 1 : La sorcière d’Islande de Penny Watson-Webb
Résumé :Sous le règne d’Erik à la hache sanglante, roi de Norvège, certains clans vikings se soulèvent pour porter le prince Haakon sur le trône, et destituer le roi fratricide et sa lignée. Les jarls de Bergen organisent la fuite du prince en Islande afin de le protéger des assassins du roi et de trouver des renforts dans les colonies rebelles. À la tête de ces guerriers se trouve Raidho Gunnarsson, qui sait que leur voyage sera périlleux et leur survie incertaine. Mais les dieux mettent une sorcière sur son chemin pour les guider dans leur quête de liberté. Enfant trouvée de la mer et vivant parmi les farouches habitants de la baie des brumes, la sorcière de Reykjavik attend ces visiteurs, le cœur rempli de doute et d’inquiétude. Odin, roi des dieux, lui a parlé à travers les runes et elle doit suivre le chemin tracé malgré ses réticences et la crainte que lui inspirent ces exilés. Aegira est jeune, mais ses pouvoirs sont grands, elle porte la magie d’Asgard et les traditions de son clan. Raidho comprend vite que sans cette femme énigmatique, il ne pourra pas achever sa destinée.
Moi j'en dis :Une histoire riche et dense, complexe et précise.
Comme à son habitude, l’auteur tricote la grande Histoire pour nous raconter les événements qui ont entraîné l’exil d’une partie du peuple de Norvège vers la farouche Islande, leur installation et surtout l’instauration de leur politique profondément indépendantiste et participative, qui aujourd’hui encore est un modèle de démocratie.
La construction de son récit est minutieuse. Chaque détail compte. D’ailleurs, mettons-nous d’accord, il n’y a aucun détail dans cette histoire !
L’histoire c’est celle de Aegira, une enfant trouvée en bords de mer par la sorcière du clan de la baie des brumes qui voit dans son arrivée, la consécration d’une prophétie qui associe l’orpheline à l’avenir de l’Islande. Laissant passer quelques années de l’enfance, elle prend Aegira sous son aile, pour la former aux arts de la magie, des Dieux et des plantes. Malgré sa jeunesse, ses insécurités (même les sorcières connaissent le syndrome de l’imposteur ?) rapidement, l’étendue de son pouvoir ne fait plus aucun doute, elle deviendra la sorcière de Reykjavik ! Encore faut-il qu’elle parvienne à décrypter les présages qui s’annoncent dans ses rêves... Son destin serait lié à celui de Raidho, les runes le lui ont dit. Reste plus qu’à trouver de qui il s’agit.
L’intrigue est faite de manigances politiques, de conquête par la violence et soutenue par la magie.
Je n’en dis pas plus !
L’auteur en profite pour rappeler le rôle central, essentiel et vital de la sorcière, la force de l’intuition et de la confiance, le poids des dieux et des prophéties dans ces sociétés. La cosmogonie nordique ne m’a jamais paru aussi limpide que sous la plume de Penny Watson-Webb. J’ai déjà eu l’occasion de le dire, je suis une de ses groupies. Chaque roman me paraît entièrement maîtrisé. Le pouvoir d’évocation dans son écriture est magistral. Elle nous entraîne dans son histoire grâce à la précision de ses contextualisations. J’ai eu le plaisir de visiter l’Islande en septembre dernier, les descriptions de l’auteur m’ont permis d’y retourner le temps de ma lecture.
Verdict : Vivement la suite !
Les infos : Date de parution : 07/10/2019Editeur : Vfb EditionsNb. de page : 264 pagesPrix : 15.99€
Achat sur Place des libraires
N'oubliez pas, c'est mon avis : Aimez, détestez, peu importe respectez.Au plaisir.
Les Runes de Sang, tome 1 : La sorcière d’Islande de Penny Watson-Webb

wallpaper-1019588
Le Bal des folles, Victoria Mas
wallpaper-1019588
22/11/63 de Stephen King
wallpaper-1019588
Marvel dans les annees 90 : l'x-plosion mutante
wallpaper-1019588
Le podcast "le bulleur" présente : les entrailles de new-york
wallpaper-1019588
Dossiers froids : une enquête d’Isidore Lune
wallpaper-1019588
C'est lundi ! J'ai lu, je lis et je pense lire #6 - 2020
wallpaper-1019588
Bakhita de Véronique Olmi
wallpaper-1019588
Paul Morand : Tais-toi