Le Bal des folles, Victoria Mas

Depuis sa sortie en septembre, Le bal des Folles, premier roman de Victoria Mas fait grand bruit. En effet, difficile de rester de marbre devant un tel sujet : l’internement abusif des femmes durant la seconde moitié du XIXe. Edité chez Albin Michel, maison chère à mon cœur, le roman a déjà reçu le prix Renaudot des lycéens et fut en lice pour sa version adulte.

edf

LE BAL DES FOLLES

1885, à Paris. Personne n’a envie d’être à la Salpêtrière, l’hôpital des folles. Pourtant, trois femmes et une aide-soignante y vivent. Certaines pour « hystérie », d’autres pour avoir été trop libres. Il faut dire que le XIXe n’est pas la période la plus aimante des femmes où chaque parole, chaque geste peut être un aller simple vers ce lieu de tristesse et de folie. Les avancées grandissantes de la science auront eu raison des femmes… Bêtes de foires, objet de désir, le statut de ces aliénés est particulier.

VOUS VOUS PRÉTENDEZ SOIGNANTS…AVEZ-VOUS SEULEMENT VU VOS CRÉTINS EN BLANC DERRIÈRE, QUI DEPUIS TOUT A L’HEURE NOUS LORGNENT COMME SI NOUS ÉTIONS DE LA VIANDE ! VOUS ÊTES MÉPRISABLES !

Pour Eugénie, Louise ou encore Thérèse, l’hôpital est leur monde. Derrière la tristesse, le mal-être et l’abandon, Victoria Mas montre la douceur et la bienveillance. À l’image de Thérèse qui inlassablement tricote des plaids pour les internées afin de faire oublier l’horreur des traumatismes. J’étais surprise au début de voir que le roman puisse être si court. Allait-il tenir ses promesses dans si peu de pages pour un sujet aussi dur et complexe ? Totalement ! Lire le Bal des folles, c’est retenir sa respiration et être outré du traitement fait aux femmes à la fin du XIXe (et qui s’est poursuivi jusqu’au milieu des années 50). Majoritairement, elles sont toutes saines d’esprit et on subit des traumatismes qui nécessitent de la compassion, non un internement définitif. Je pense surtout à Louise qui fut violée par son propre oncle et qui ne fut même pas soutenue par sa tante, mais qui a préféré la solution facile : l’Asile.

A mon sens, le premier roman de Victoria Mas transcende ses femmes pour montrer un état général de la condition féminine et du manque d’humanité d’un siècle violent avec elles. Roman qui prouve qu’il suffit d’un simple événement politique pour revenir à une époque rétrograde. Le Bal des folles aura été une lecture passionnante, bouleversante et qui, derrière l’horreur, montre une sororité qui se soutient.

Un roman à découvrir pour mieux comprendre la psychiatrie, la naissance de ce terme abjecte fourre-tout qu’est « l’hystérie » et la condition féminine du XIXe siècle.

Pour rester dans le même « univers », j’ai également La salle de bal d’Anna Hope qui devrait prochainement sortir de la pile.


couv19789278

Le Bal des folles, écrit par Victoria Mas

Récompensé par le Prix Renaudot des lycéens 2019 

Edition Albin Michel 

250 pages


Signature uranie blog

éèé

wallpaper-1019588
Son agenda Mortelle Adèle
wallpaper-1019588
Tsipora et le vengeur de sang
wallpaper-1019588
Le Bal des folles, Victoria Mas
wallpaper-1019588
Marvel dans les annees 90 : l'x-plosion mutante
wallpaper-1019588
Book Haul de Novembre
wallpaper-1019588
"L'amiversaire" de Nathalie Minne
wallpaper-1019588
Honeydukes : un livre à gratter et à sentir
wallpaper-1019588
Soif, Amélie Nothomb | Rentrée littéraire 19