Am stram gram… – M. J. Arlidge

Am stram gram… – M. J. ArlidgeAm stram gram… – M. J. Arlidge

Deux jeunes gens sont enlevés et séquestrés au fond d’une piscine vide dont il est impossible de s’échapper. À côté d’eux, un pistolet chargé d’une unique balle et un téléphone portable avec suffisamment de batterie pour délivrer un terrible message : « Vous devez tuer pour vivre. » Les jours passent, la faim et la soif s’intensifient, l’angoisse monte. Jusqu’à l’issue fatale.

Les enlèvements se répètent. Ce sont les crimes les plus pervers auxquels le commandant Helen Grace ait été confrontée. Si elle n’avait pas parlé avec les survivants traumatisés, elle ne pourrait pas y croire.

Helen connaît les côtés sombres de la nature humaine, y compris la sienne ; pourtant, cette affaire et ces victimes apparemment sans lien entre elles la laissent perplexe.

Rien ne sera plus terrifiant que la vérité.

Am stram gram… – M. J. Arlidge

Je ne me rappelle pas la première fois que j’ai vu mon père frapper ma mère. Je ne me rappelle pas vraiment ce que je vois de toute façon. C’est les bruits dont je me souviens le mieux. Le bruit d’un poing sur un visage. D’un coup qui vient s’écraser sur la table de la cuisine. D’un crâne qui percute un mur. Les gémissements. Les cris. Les injures à la chaîne.Am stram gram… – M. J. Arlidge

J’ai tout de suite été attirée par le titre de ce roman. Quand j’ai lu son résumé, il m’a beaucoup fait penser à SAW. J’ai adoré cette histoire palpitante.

Le commandant Helen Grace est une femme impressionnante. À la fois dure, téméraire et courageuse, elle se bat jour et nuit pour la justice. Un jour, elle doit faire face à une enquête complexe. En effet, à chaque fois, deux personnes sont enlevées et séquestrées dans un lieu isolé, sans eau, ni nourriture. Leur échappatoire ? Un pistolet chargé d’une seule balle. Pour que l’un des deux soit sauvé, l’autre doit mourir. Les enlèvements se multiplient et Helen a une mauvaise sensation, elle pense que ces meurtres sont liés à elle d’une manière ou d’une autre.

J’ai été captivée par cette histoire. Les chapitres sont courts est l’intrigue est présente en continue. On s’attache facilement aux personnages et on a l’impression d’être avec eux dans leur cauchemar. J’ai été plus d’une fois secouée par les atrocités auxquelles doivent faire face les personnes enlevées. Le meurtrier n’épargne personne, et ce, même si les deux victimes ont un lien de parenté.

Le personnage d’Helen Grace était très mystérieux. On découvre qu’elle a un côté BDSM, car c’est une femme qui éprouve le besoin d’être fouettée jusqu’au sang. Je me suis doutée que ce comportement malsain devait être certainement dû à un choc. Certains chapitres écrits en italique révèlent le passé d’une adolescente qui est juste horrible à découvrir. Le chapitre 66 m’a brisé le coeur et m’a beaucoup touché. À mon grand étonnement, plus j’avançais dans le récit et plus je comprenais que ces événements n’étaient pas forcément le passé d’Helen, mais peut-être celui du meurtrier.

C’est une histoire stressante, car il s’agit d’une course contre la montre pour empêcher le criminel de continuer à torturer ses victimes. En effet, même si une personne survie, elle doit vivre avec le fardeau d’avoir tué quelqu’un pour y arriver. C’est une expérience qui change une personne pour toujours et certaines ne s’en remettent jamais.

J’ai vraiment adoré cette histoire qui m’a tenue en haleine du début à la fin. J’ai plus d’une fois stressé pour les victimes tout en ayant de l’empathie pour les atrocités qu’elles vivaient. C’est un thriller palpitant dont l’issue finale est renversante.Am stram gram… – M. J. ArlidgeAm stram gram… – M. J. Arlidge


wallpaper-1019588
22/11/63 de Stephen King
wallpaper-1019588
La femme au manteau violet • Clarisse Sabard
wallpaper-1019588
Universcomics le mag' #9 : les annees 90
wallpaper-1019588
L’Expo Enki Bilal comme si vous y étiez …
wallpaper-1019588
Ainsi parlait ma mère - Rachid Benzine
wallpaper-1019588
Hide out