Les Classiques de Priscilla – Le Comte de Monte-Cristo (Tome II) d’Alexandre Dumas

Les Classiques de Priscilla – Le Comte de Monte-Cristo (Tome II) d’Alexandre Dumas

A peine sur la route des vacances, je me suis jetée dans le tome II des aventures d'Edmond Dantès, et je l'ai terminé hier soir ! Dans son intégralité, le roman fait 1400 pages mais ce sont 1400 pages de pur bonheur, qu'on soit amateur ou non des classiques et des pavés. Vous trouverez d'ailleurs ma chronique du premier tome ici.

Les Classiques de Priscilla – Le Comte de Monte-Cristo (Tome II) d’Alexandre DumasNous retrouvons donc le Comte de Monte-Cristo à Paris, en pleine construction d'une triple vengeance qui n'aura pas de limites, autres que celles qu'Edmond Dantès lui-même s'est fixé, guidé, croit-il par la main de Dieu. Il s'introduit ainsi dans les maisons de ses trois ennemis : Danglars, qui avait écrit la lettre responsable de son emprisonnement ; Fernand, se faisant appeler M. de Morcerf, qui l'avait envoyée et avait ensuite épousé Mercédès ; de Villefort qui avait fait enfermer Edmond parce qu'il risquait de nuire à la réputation de son père et à son futur mariage avec Melle de Saint-Méran. Le temps a passé : beaucoup d'entre eux, en plus de la richesse, ont eu le bonheur de se marier et d'avoir des enfants. C'est là que les choses se compliquent, car même si la parole divine annonce que les coupables paieront jusqu'à plusieurs générations, Monte-Cristo a du mal à faire souffrir ces individus innocents.

C'est ce que j'ai trouvé très intéressant dans ce second tome. A la haine et la colère succède le doute. On retrouve des passages dignes de la " Tempête sous un crâne " de Jean Valjean. Cela rend encore plus attachant le personnage principal qui, sans cela, deviendrait presque inhumain tant son entreprise l'obsède. Edmond Dantès, à l'instar d'Alexandre Dumas, est tout simplement un génie : son argent lui permet d'avoir accès à toutes les informations, de déployer tous les stratagèmes et sincèrement, sa vengeance est extrêmement vicieuse. Il ne s'agit pas seulement de tuer ou de ruiner, il s'agit de priver l'ennemi de tout ce dont il l'a privé lui-même plusieurs années auparavant. Franchement, je ne pense pas que l'on puisse se détacher de ce très beau texte avant d'en connaître la fin.

Au-delà de l'histoire (vous devinerez que je reste très vague pour ne rien dévoiler), j'ai beaucoup aimé suivre l'évolution de la relation entre Mercédès et Edmond. Bien sûr, on comprend rapidement qu'elle est la première à l'avoir reconnue et on se demande tout au long du roman ce qu'ils finiront par se dire. Mais non, le temps a passé : s'il reste des traces du premier Amour, elles sont rapidement effacées par l'amour maternel d'une part, par la colère d'autre part. L'ultime soubresaut de Monte-Cristo est touchant, parce que très réaliste. La place d'Haydée est également essentielle : l'inconnue, que l'on savait esclave du comte, devient l'équivalent d'une fille et cet amour pur tend à se présenter comme la seule source d'un éventuel bonheur futur pour ce comte, dont, rappelons-le, la moitié de la vie s'est passée en prison et la deuxième dans la vengeance.

Beaucoup de personnages secondaires, apparemment, revêtent un caractère fort, symbolique et deviennent de vrais points d'accroche dans ce roman que l'on pourrait qualifier de roman-fleuve. Maximilien Morrel bien sûr, dont la droiture, la loyauté et l'amitié en font le digne héritier de son père ; Valentine, deuxième être prodigieusement pur du texte ; Albert de Morcerf, l'âme déchirée entre son sens de l'honneur et la réputation de sa famille ; Beauchamp ; Eugénie Danglars... Même les personnages mauvais ont leur charme : je pense notamment à Caderousse ou à Benedetto.

Bref, ce fut un réel bonheur de découvrir ce roman et de découvrir Dumas par la même occasion. Autant vous dire que maintenant, il me tarde de me lancer dans Les Trois Mousquetaires. Si vous ne connaissez pas l'auteur, mais que vous aimez l'aventure, les histoires finement construites, le beau style (celui qui ne tombe ni dans la vulgarité, ni dans l'excès de descriptions ou d'effets de style justement), les personnages fins, complexes et réalistes, ne vous laissez pas rebuter par le nombre de pages. Sincèrement, ce roman est en passe de devenir mon préféré, c'est un monument de notre littérature française qui m'a laissée sans voix. Alors, je vous ai donné envie, j'espère ?

Priscilla (@Priss0904, @litterapriscilla, Page Facebook)


wallpaper-1019588
Son agenda Mortelle Adèle
wallpaper-1019588
Son agenda Mortelle Adèle
wallpaper-1019588
Marvel dans les annees 90 : l'x-plosion mutante
wallpaper-1019588
Le Bal des folles, Victoria Mas
wallpaper-1019588
Un bonheur imparfait • Colleen Hoover
wallpaper-1019588
Une indéfectible amitié - Colette Frère
wallpaper-1019588
L’île des oubliés de Victoria Hislop
wallpaper-1019588
{Cinéma} Film : Flocons d’Amour – @Bookscritics