L'homme sans talent - Yoshiharu Tsuge

L'homme sans talent  -   Yoshiharu Tsuge

L'homme sans talent -  Yoshiharu Tsuge
Atrabile
Parution : novembre 2018
Traduction de Kaoru Sekizumi et Frédéric Boilet.
Adaptation graphique de Frédéric Boilet.
Pages : 224
ISBN 978-2-88923-073-0
Prix : 22 €
Présentation de l'éditeur
Chef d’œuvre : voilà un mot bien galvaudé, mais amplement mérité par ce magnifique joyau noir qu’est L’Homme sans talent. Initialement publié dans les années 80 au Japon, traduit en français par ego comme x en 2004, cette œuvre emblématique du watakushi manga («bande dessinée du moi») n’était plus disponible depuis de nombreuses années. Les éditions Atrabile sont incroyablement fières et heureuses de pouvoir donner une nouvelle vie à ce livre qui mérite d’être lu et relu. Le personnage central en est un auteur de manga, intègre et jusqu’au-boutiste, qui refuse les compromis et les travaux de commande; face aux vicissitudes de l’existence, il semble décidé à faire de sa vie une étrange ode à l’échec, en vendant des cailloux piochés dans la rivière, dont personne ne semble vouloir. Lentement mais sûrement, il se met lui-même au ban d’une société qui ne l’intéresse plus, comme un laissé pour compte volontaire. Ne répondant que mollement aux injonctions répétées de sa femme, qui le conjure de trouver une solution à leur situation et donner enfin une vie digne à sa petite famille, cet «homme sans talent» persévère, bricole et s’enfonce lentement dans la précarité et une certaine misère sociale… Au fil des pages, Yoshiharu Tsuge transforme ce ratage annoncé en un poème lancinant, un véritable éloge de la fuite et une belle invitation à célébrer l’immanence des choses, le tout porté par une touche d’humour et d’ironie salvatrice. Figure emblématique du manga d’auteur, malgré tout peu connu chez nous, Yoshiharu Tsuge est un des auteurs les plus respectés, révérés et étudiés au Japon.
L’Homme sans talent, dans sa précédente édition, avait été nommé en 2005 au 32e Festival d’Angoulême pour le prix du Meilleur album de l’année; il avait également remporté un succès aussi bien public que critique. Pas loin de quinze ans après sa première apparition chez nous, gageons que ce titre mythique devrait à nouveau conquérir bien des lecteurs…
Traduction de Kaoru Sekizumi et Frédéric Boilet.
Adaptation graphique de Frédéric Boilet.
Préface de Stéphane Beaujean.et Léopold Dahan.
L'homme sans talent -  Yoshiharu Tsuge
Yoshiharu Tsuge
L'homme sans talent -  Yoshiharu Tsuge
Yoshiharu Tsuge naît en 1937 à Tôkyô. Il est élevé par sa mère dans des conditions difficiles, en l'absence d'un père prématurément disparu. Après l'école primaire, il doit travailler et exerce différents petits métiers (distributeur de journaux, livreur de nouilles...). Tsuge est un adolescent perturbé, mal dans sa peau. À 14 ans, il s'embarque clandestinement dans un cargo à destination des États-Unis, mais il est découvert par les garde-côtes, avant même sa sortie des eaux territoriales. À 16 ans, il fait ses débuts dessinant pour des librairies de prêt, marché parallèle à la grande édition mais qui disparaît dans la décade suivante et le laisse sans emploi. Comme la plupart des japonais de cette génération, il a souffert du désastre économique après la 2e guerre mondiale mais sa situation fut à l'extrême car il a dû vendre son propre sang pour survivre. Balançant ainsi constamment entre pauvreté et dépression, il fit une tentative de suicide. C'est Garo, magazine qui tirera la bande dessinée du carcan de la publication pour enfants et se portera à l'avant-garde de la bande dessinée des années soixante, qui lui donne une nouvelle chance. Dans le numéro de 1965, l'éditeur lui lance un appel : "Monsieur Tsuge Yoshiharu, veuillez nous contacter". Dès lors, c'est dans ces pages qu'il présentera les bandes dessinées que la critique portera au rang de chefs-d'œuvre. Tsuge cherchait le moyen de s'affranchir de la structure narrative généralement de mise, c'est-à -dire celle établie après-guerre par Tezuka Osamu, et reposant sur l'impératif explicite d'une introduction, d'un développement et de son dénouement. Il y parvient avec la réalisation du Marais, récit de treize planches sans véritable intrigue. En fait, le sens que l'on pourra trouver dans la plupart de ses bandes dessinées ne s'affiche pas simplement dans la relation entre les faits relatés. Il se noue plutôt dans celle qui lie un personnage à son environnement. De 1966 à 1976, Tsuge voyage à travers le Japon. Il affectionne les lieux aux dimensions réduites, certains quartiers urbains peu habités, faubourgs, villages de montagne, petits ports de pêche ou stations thermales inconnues des guides touristiques. C'est là qu'il puise la matière de ses récits. Ses personnages confrontés à des événements plus ou moins insolites évoluent dans des cadres en tout point semblables à ceux de la société japonaise. Il arrive qu'ils s'y sentent étrangers ou bien à leur aise mais leur espace n'est pas un décor gratuit. Les bandes dessinées de Tsuge ont été divisées en trois catégories : les unes relèvent de ce que l'auteur appelle lui-même "les récits de voyage" et qui regroupent celles retraçant des rencontres en quelques lieux de l'archipel. Il en va ainsi pour certaines qui ont fait ses premiers succès mais on pourrait aussi bien citer Hatsutake gari [La cueillette des champignons] (Garo, avril 1966) ou Tsuya [La veillée funèbre] (Garo, mars 1967). Viennent ensuite celles qui sont nées des rêves de l'auteur et dont l'atmosphère est assez surréaliste. Outre La vis, Gensenkan shujin [Le patron du Gensenkan] (Garo, juillet 1968) en fournit aussi un bon exemple. Enfin, il y a les bandes dessinées publiées dans les années 70 et 80, au caractère autobiographique prononcé, telles que Ô ba denki mekki kôgyôsho [L'usine d'étamage d'âba] (Manga Story, avril 1973) ou Shônen [Jeunesse] (Custom Comic, juillet 1981). La carrière de TSUGE a souvent été interrompue à cause de sa dépression. Il a néanmoins rédigé des recueils de ses rêves et illustré des ouvrages sur ses voyages à travers le Japon. Actuellement, il ne dessine quasiment plus. Néanmoins son œuvre connaît une grande postérité. TSUGE n'est certes pas un auteur grand public, mais dès 1968, ses histoires ont été publiées en recueils et sont constamment rééditées depuis. Son œuvre touche sans cesse de nouvelles générations de lecteurs et de créateurs, et la critique est unanime sur son inestimable importance. Deux de ses histoires ont été portées à l'écran pour le cinéma. Munô no Hito (L'Homme sans talent, publié en 1985), a notamment été réalisé en 1991 par Takenaka Naoto et a reçu le prix de l'Association internationale des critiques au festival du cinéma. Au japon, Tsuge est invariablement présenté dans les médias avec le mot Ishoku, qui signifie "unique", ou Kisai, qui peut se traduire par "génie singulier"...
Texte © Ego comme X
Source : BD Gest
Mon avis
C'est un WATAKUSHI MANGA, entendez par là un manga autobiographique que nous propose Yoshiharu Tsuge.  Sa parution au Japon date des années 80.  C'est la maison d'éditions suisse ATRABILE qui nous propose une réédition de ce manga qui était dans la sélection du meilleur album à Angoulême en 2005.
On suit Sukezo qui a décidé de vivre d'un commerce de pierres, de cailloux qu'il ramasse un peu partout.  C'est facile, c'est gratuit...  Oui mais, qui achèterait ces pierres ?, S'il suffit de s'arrêter et de se baisser pour les ramasser...
C'est son choix, sa philosophie de vie...
Avant cela il était tour à tour réparateur d'appareils photos, amateur d'oiseaux chanteurs.  Son talent car il en possède un est le dessin, dessinateur de manga.  Il a tout laissé tomber pour suivre un autre chemin.Sa femme lui dit que c'est une larve.  Pauvre vision pour son fils qui est l'élément positif, un personnage aimé, qui le rattache à l'humanité. 
Tout quitter, toucher le fond, une philosophie de vie qui relate sans doute le passage dépressif du grand mangaka Yoshiharu Tsuge, une remise en question complète.
Il soulève ici une angoisse.  C'est quoi réussir dans la vie ?  Un refus de productivité, un refus de l'argent,  l'essentiel n'est-il pas ailleurs ?
Un récit qui questionne et ne laisse pas indifférent.
Ma note : 8/10
L'homme sans talent -  Yoshiharu Tsuge
L'homme sans talent -  Yoshiharu Tsuge

wallpaper-1019588
Son agenda Mortelle Adèle
wallpaper-1019588
Marvel dans les annees 90 : l'x-plosion mutante
wallpaper-1019588
Tsipora et le vengeur de sang
wallpaper-1019588
Le Bal des folles, Victoria Mas
wallpaper-1019588
Le Prieuré de l’Oranger
wallpaper-1019588
Télécharger Gratuit Soul Hero: Epic Fighting Action RPG APK MOD (Astuce)
wallpaper-1019588
Agents et associés T4 : Double objectif de Layla Reyne
wallpaper-1019588
Nul si découvert