Mon coup d'amour pour Changer l'eau des fleurs de Valérie Perrin

Mon coup d'amour pour Changer l'eau des fleurs de Valérie Perrin

Changer l'eau des fleurs de Valérie Perrin

Parution le 28 février 2018

Violette Toussaint est garde-cimetière dans une petite ville de Bourgogne. Les gens de passage et les habitués passent se réchauffer dans sa loge où rires et larmes se mélangent au café qu'elle leur offre. Son quotidien est rythmé par les confidences des visiteurs et la joie des fossoyeurs. Un jour, parce qu'un homme et une femme ont décidé de reposer ensemble dans son carré de terre, tout bascule. Des liens qui unissent vivants et morts sont exhumés, et certaines âmes que l'on croyait noires, se révèlent lumineuses. Changer l'eau des fleurs est un hymne au merveilleux des choses simples. Après le succès des Oubliés du dimanche, Valérie Perrin, virtuose dans l'art d'explorer les sentiments, nous livre un deuxième roman bouleversant où suspense, sensibilité et justesse éclatent à chaque page.


Une seule page, une seule petite page aura suffit pour que je sache avec une certitude absolue que Changer l'eau des fleurs allait être un coup de cœur incommensurable. Je sais même pas si j'ai déjà eu un aussi grand coup de foudre pour un livre, ou en tout cas pas d'une manière aussi forte émotionnellement.
Dès les premières pensées de Violette Toussaint, j'ai aimé la douceur de son personnage, sa simplicité, sa fragilité, le regard apaisé qu'elle pose sur sa vie. Aussi belle de l'intérieur que de l'extérieur, cette femme discrète est comme un baume apaisant pour ceux qui l'entourent. Si il n'est pas d'une grande efficacité sur ceux qui partagent chaque heure de ses journées et de ses nuits, elle n'en adoucit pas moins leur repos éternel en accompagnant leurs survivants de mots discrets et de son empathie.
Violette Toussaint est garde-cimetière dans une petite ville Bourbonnaise où elle ne laisse personne indifférent. La peur de son métier atypique fait jaser les effrayés. Les visiteurs de ce lieu de recueillement qu'est le cimetière où elle travaille repartent parfois les yeux humides mais l'esprit apaisé de voir que leurs disparus sont autant chéris.
Derrière ses manteaux lugubres Violette cache une personnalité lumineuse qui a survécu aux violences de la vie. Une enfance passée dans les bras de plusieurs familles d'accueil a forgé son envie de fonder son propre foyer. Son mariage avec Philippe Toussaint a concrétisé son rêve tout en brisant la jeune femme qu'elle était alors...
Valérie Perrin nous raconte l'histoire de Violette entre les pages de son quotidien qu'elle partage avec ses collègues de travail et amis, les fossoyeurs, les propriétaires des pompes funèbres locales, le prêtre de l'église du coin. Je n'ai eu qu'à fermer les yeux pour découvrir derrière mes paupières closes cette hétéroclite cortège.
Pour le commun des mortels, la mort est un tabou mais les gens qui la côtoie au quotidien sont des êtres humains faits de chair et de sang, de sentiments et d'émotions. Derrière leurs habits sombres se cache des personnalités uniques qui méritent à être (re)connues.
Avec Changer l'eau des fleurs, Valérie Perrin signe un roman sensationnel qui puise sa force dans la sobriété de ses personnages. Unique et ô combien remarquable, Violette fait partie de ses femmes, héroïne littéraire, qui en étant simplement elle-même, vous chamboule à jamais.
Un merci adressé à l'auteure elle-même et à sa maison d'édition Albin Michel ne suffirait pas à exprimer ma gratitude pour l'écriture et la publication de ce livre que je ne vais chérir pendant très longtemps, pour ne pas dire toujours.

"Un seul être nous manque et tout est dépeuplé. Mes voisins de palier n'ont pas froid aux yeux. Ils n'ont pas de soucis, ne tombent pas amoureux, ne se rongent pas les ongles, ne croient pas au hasard, ne font pas de promesses, de bruit, n'ont pas de sécurité sociale, ne pleurent pas, ne cherchent pas leurs clés, leurs lunettes, la télécommande, leurs enfants, le bonheur. Ils ne lisent pas, ne payent pas d'impôts, ne font pas de régime, n'ont pas de préférences, ne changent pas d'avis, ne font pas leur lit, ne fument pas, ne font pas de listes, ne tournent pas sept fois leur langue dans la bouche avant de parler. Ils n'ont pas de remplaçants. Ils ne sont pas lèche-cul, ambitieux, rancuniers, coquets, mesquins, généreux, jaloux, négligés, propres, sublimes, drôles, accros, radins, souriants, malins, violents, amoureux, râleurs, hypocrites, doux, durs, mous, méchants, menteurs, voleurs, joueurs, courageux, feignants, croyants, vicelards, optimistes. Ils sont morts. La seule différence entre eux, c'est le bois de leur cercueil : chêne, pin ou acajou."

Mon coup d'amour pour Changer l'eau des fleurs de Valérie Perrin


wallpaper-1019588
Une aventure au Caire (Laury Benero)
wallpaper-1019588
Mon avis sur la série Bienvenue à Sanditon
wallpaper-1019588
Comics coups de cœur de la semaine du 02/07/2022
wallpaper-1019588
Dark Bane, tome 2 : La Règle des Deux - Drew Karpyshyn