Baba Segi, ses épouses, leurs secrets

Baba Segi, ses épouses, leurs secrets

Baba Segi, ses épouses, leurs secrets – Lola Shoneyin

Actes Sud (2016)
Traduit de l’anglais (Nigeria) par Isabelle Roy

Bolanle, une jeune nigériane éduquée a décidé de devenir la quatrième épouse de Baba Segi, de vingt ans son ainé, alors qu’elle aurait pu faire une brillante carrière et épouser un jeune homme de son niveau intellectuel. Quelles sont ses raisons ? 
Nous l’apprendrons au fur et à mesure de la lecture de ce roman de Lola Shoneyin, le premier d’une jeune poétesse de Lagos.
 

Lorsqu’elle se marie, Bolanle est pleine d’illusions au sujet du foyer de Baba Segi. Voulant bien faire, elle s’imagine qu’elle pourra instruire les trois autres épouses, qu’elle pourra aider les sept enfants de Baba Segi dans leurs études et n’a jamais envisagé qu’elle ne serait pas la bienvenue dans cette famille où chacun et chacune a déjà sa place bien établie. Certes, Iya Tope, la deuxième épouse est mieux disposée que les deux autres à l’encontre de Bolanle mais elle n’ira pas jusqu’à dévoiler à la jeune mariée le secret qu’elle partage avec Iya Segi et Iya Femi. Ce secret, Bolanle devra le découvrir par elle-même, plongeant à cette occasion la famille entière dans la confusion.
Après la lecture des romans de Chimamanda Ngozi Adichie, j’ai eu envie de découvrir d’autres voix de la littérature nigériane et j’ai commencé mon périple avec ce roman plein d’humour et pourtant très sérieux. En effet, dès le début, on comprend que l’arrivée de Bolanle dans le foyer polygame ne va pas aller de soi et on s’attend à des crêpages de chignons entre les épouses, à un déploiement de vexations et de basses manœuvres pour évincer la nouvelle venue. Mais les prises de parole successives des quatre femmes au cours du récit permettent de comprendre la motivation de chacune, de découvrir ce qui les a menées au côté de Baba Segi, ce que chacune attend de ce mariage, ce qu’elles sont prêtes à faire pour assurer leurs positions. Même si Bolanle est instruite, qu’elle ne n’accorde pas d’importance aux stratagèmes de ses co-épouses, elle aura bien du mal à se préserver, d’autant plus qu’elle peine à produire la protection suprême dans cette société qui exalte la maternité, l’enfant qu’elle n’arrive pas à concevoir.
Une lecture très dépaysante, à la fois distrayante parce qu’on découvre des modes de vie qui sont bien éloignés des nôtres et pleine d’enseignement sur la condition des femmes nigérianes et les freins dans l’acquisition de leur autonomie.
Extrait page 11 :
Donc oui. J’ai choisi cette maison. Pas pour la pension mensuelle, pas pour les tailleurs en dentelle ni pour les bracelets en corail. Ces choses-là n’ont aucune valeur à mes yeux. J’ai choisi cette famille afin de reprendre pied, de guérir dans l’anonymat. Et quand vous choisissez une famille, vous restez auprès d’elle. Vous restez auprès de votre époux même si vos amies le qualifient d’ogre polygame. Vous restez à ses côtés quand votre mère le traite d’orang-outang boulimique. Vous portez un regard différent sur lui et vous voyez une grande âme, bienveillante et généreuse.
D'autres avis chez Cuné, FemmesDeLettres et Le Suricate.

wallpaper-1019588
Tsipora et le vengeur de sang
wallpaper-1019588
Son agenda Mortelle Adèle
wallpaper-1019588
Marvel dans les annees 90 : l'x-plosion mutante
wallpaper-1019588
Le Bal des folles, Victoria Mas
wallpaper-1019588
Journal d'u Assasynth, tome 4 : Stratégie de sortie - Martha Wells
wallpaper-1019588
L'Ombre du renard - Nicolas Feuz
wallpaper-1019588
Guerriers de l’enfer – J. Patrick Lewis et Gary Kelley
wallpaper-1019588
Ceux qui partent