Je t'aime - Barbara Abel *****

Je t'aime        -    Barbara Abel

Je t'aime
Belfond
Parution le 03/05/2018
Pages : 464
EAN : 9782714476333
Prix : 19.50 €
Présentation de l'éditeur
Rien n'est plus proche de l'amour que la haine.
Après un divorce difficile, Maude rencontre le grand amour en la personne de Simon. Un homme dont la fille, Alice, lui mène hélas une guerre au quotidien. Lorsque Maude découvre l’adolescente en train de fumer du cannabis dans sa chambre, celle-ci la supplie de ne rien dire à son père et jure de ne jamais recommencer. Maude hésite, mais voit là l’occasion de tisser un lien avec elle et d’apaiser les tensions au sein de sa famille recomposée.
Six mois plus tard, Alice fume toujours en cachette et son addiction provoque un accident mortel. Maude devient malgré elle sa complice et fait en sorte que Simon n’apprenne pas qu’elle était au courant. Mais toute à sa crainte de le décevoir, elle est loin d’imaginer les effets destructeurs de son petit mensonge par omission…
Ceci n’est pas exactement une histoire d’amour, même si l’influence qu’il va exercer sur les héros de ce roman est capitale. Autant d’hommes et de femmes dont les routes vont se croiser au gré de leur façon d’aimer parfois, de haïr souvent.
Parce que dans les livres de Barbara Abel, comme dans la vie, rien n’est plus proche de l’amour que la haine…
L'auteure nous en parle




Mon avis

C'est avec plaisir que je retrouve la plume de ma compatriote Barbara Abel qui comme à l'habitude a le chic de mettre en scène des gens tout à fait ordinaires, comme vous et moi, à qui il arrive des choses extraordinaires.  Il suffit d'un tout petit grain de sable pour que le système se bloque et que l'on bascule dans l'horreur.
Elle s'attaque ici comme le sous-entend le titre à la notion de l'amour sous toutes ses formes : le premier amour, l'amour filial, paternel, entre ados, parental mais aussi l'amour-haine car au final la frontière est si mince.  Ne ressent-on pas la même chose ou presque lorsque l'on aime ou déteste une personne, elle est continuellement dans vos pensées, une accélération du rythme cardiaque lorsqu'elle apparaît dans votre entourage, et ce picotement sur le coeur, cette tension, cette angoisse.
Barbara Abel aborde la faille recomposée.  L'amour est-il le même pour ses enfants que pour ceux de son conjoint ? Est-ce valable également à double sens ?  Pas évident.  Il faut trouver sa place, ne pas remplacer le parent de l'autre, pas simple.  Protège-t-on les enfants de la même façon ?  Pas toujours simple lorsqu'il faut faire des choix.
Un autre regard sans doute au terme de ce roman. Les personnages sont bien ficelés.  Il s'agit d'une petite brique mais on ne s'en rend pas compte car les pages tournent très rapidement.
Plantons le décor.
Trois femmes, trois mères, trois types de famille qui à priori n'auraient pas dû s'affronter, des destins bouleversés.
  • Maude dans la famille recomposée, j'en parle de suite
  • Nicole (54 ans) greffière, mère célibataire  (celle de Bruno)
  • Solange (46 ans) agent immobilier, couple classique, mère de Thibaut 7 ans.
Maude est artiste portraitiste, c'est la maman de Suzie (11) et Arthur (15), elle vit dans sa maison avec Simon (chirurgien) le père d 'Alice (18 ans).  Alice va connaître son premier amour (Bruno).  Les relations ne sont pas toujours faciles avec Maude, et lorsque celle-ci va la surprendre à fumer un joint dans sa chambre, elle ne dira rien à Simon suite aux supplications d'Alice.  Cela les rapprochera un peu mais Maude se sent coupable de n'avoir rien dit à Simon.  Ce silence va être déterminant et faire basculer l'histoire.
Je ne vous en dis pas plus, leurs destins vont se croiser, s'entrechoquer.  Il faudra faire des choix.
La tension est bien décrite et palpable.  La lecture est addictive.  Barbara Abel comme à chaque fois nous écrit le quotidien ordinaire, la vie quoi mais soudain tout bascule dans l'horreur.
C'est super bien mené, l'écriture est entraînante. Un super moment, un bon cru.
Ma note : 9/10
Les jolies phrases
Devenir parent modifie à jamais deux émotions : l'amour et la peur.
Nicole sait qu'un joli minois peut cacher un tempérament pervers.  L'amour rend aveugle, dit-on.  C'est à elle à présent de dessiller les yeux de son fils, malgré lui s'il le faut.  C'est son devoir de mère de protéger son enfant des prédateurs et autres nuisibles capables de le mener à sa perte.
Une famille recomposée, c'est comme une greffe : on ne sait jamais si ça va prendre.  
L'ex mari, c'est le meilleur ennemi de la famille recomposée.  Celui qui va tout faire pour que ça ne fonctionne pas.
Suzie se console en se disant que s'ils se détestent autant, c'est qu'ils vont s'aimer beaucoup.  Il y a trois semaines, une analyse de texte en cours de français lui avait fait considérer la chose sous un angle plus complexe : "Ah ! Je l'ai trop aimé pour ne point le haïr ! " déclamait Hermione dans Andromaque de Racine.
La force d'une haine est souvent à la mesure de l'amour qui nous anime.
L'amour est une bride dont les oeillères cachent l'essentiel.
A quoi sert la justice ?  Protéger, décider, sanctionner.
Du même auteur j'ai lu
En cliquant sur la couverture, lien vers mon article
Je t'aime  -  Barbara Abel  *****Je t'aime  -  Barbara Abel  *****
Je t'aime  -  Barbara Abel  *****

wallpaper-1019588
Son agenda Mortelle Adèle
wallpaper-1019588
Tsipora et le vengeur de sang
wallpaper-1019588
Maestro de Thibault Prugne, François Morel, et Jean-Pierre Jolieard
wallpaper-1019588
Son agenda Mortelle Adèle
wallpaper-1019588
Premières lignes #26 - 2019
wallpaper-1019588
Kemono incidents #1 • Shô Aimoto
wallpaper-1019588
Premières lignes #80 : Traverser les orages
wallpaper-1019588
Premières lignes #80 : Traverser les orages