Timothy Blake : la mort en héritage (Bridget Page)

timothy Blake : la mort en héritage (Bridget Page)

En vente sur Amazon

Timothy Blake : la mort en héritage (Bridget Page)

Auteur : Bridget Page

Editeur : Auto-édité  

paru le : 10 Juillet 2017

465 pages numérique (epub)

Thème : Thriller

  *******

Résumé :

« Gildas Gabin, est un flic expert en criminologie, spécialisé dans les tueurs en série. Ses connaissances, conjuguées à des capacités sensorielles hors norme, lui ont permis de se bâtir une réputation qui dépasse largement l’hexagone.
C’est dans ce cadre qu'il débarque à La Rochelle, une ville reliée au pire de ses souvenirs et au plus cuisant de ses échecs.
Timothy Blake tient de son père un lourd héritage qu’il s’efforce de perpétuer, y travaillant sans relâche depuis bientôt dix ans.
Désormais, il se sent prêt à voler de ses propres ailes, à se dédouaner des consignes paternelles, à surfer sur les vagues de la décadence, à repousser les limites de la cruauté, mais aussi celles de sa propre jubilation. Il nous entraîne au cœur de sa sordide passion.
Gildas Gabin s’efforce de débusquer l’« artiste » et de stopper l’hémorragie mais, privé de ses aptitudes si particulières et hanté par un spectre qui obscurcit son jugement, il lui faudra résoudre l’énigme de son passé pour mettre le point final à la série sanglante qui terrorise la Ville Blanche.
Entre haine et fascination, les deux hommes se lancent dans une course-poursuite qui les mènera au plus intime secret de l’autre, les faisant basculer dans un affrontement dont la mort pourrait s’avérer l’ultime issue. »

La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

timothy Blake : la mort en héritage (Bridget Page)

 

Un grand merci à l'auteur, Bridget Page que j'ai "rencontré" sur le site Simplement. Suite à sa demande, j'ai accepté avec plaisir la lecture de son livre et une fois terminé, je dois avouer que je suis sur un petit nuage. D’accord, il s'agit d'un thriller mais il y a tellement de bonnes choses que je vais tenter d'ordonner tout cela. J'adore la couverture, elle reflète parfaitement le livre. Et le résumé en dit largement assez sans que je ne fasse un léger discours dessus.

« Pour comprendre Timothy Blake, pour l’arrêter, il me fallait évoluer dans ce monde, au risque de m’y égarer. Mais j’ai fait bien plus que m’y perdre. L’homme que j’étais y a péri et ne reviendra jamais d’entre les morts.  »

Deux hommes s'affrontent. Le tueur et le flic. Timothy Blake est à sa quatrième œuvre lorsque la police décide d'appeler Gildas Gabin, criminologue sur Paris. Entre les deux, un jeu de chat et de la souris s'instaure. Ils ont tous les deux un passé qui les hante. Timothy qui veut faire honneur à un père qui était plus absent que présent dans sa vie. Gildas a une sœur disparue, sans laisser de traces depuis 10 longues années. Du départ nous savons qui est le tueur, un épisode de Columbo paraît bien pale en comparaison de cette histoire. Pourtant on débute de la même manière. Nous voyons l'assassin s'amuser avec sa victime. Au flic de trouver qui est le coupable avec les indices laissés. Oups, pas de bol, notre tueur est méticuleux. Pas le moindre poil d'ADN qui traîne, rien. Normal il s'est longuement exercé et avant cela il a eu de qui tenir.

« Je n’arrive pas à décider s’il est préférable qu’elle soit vivante, victime de privations, de violence physique et d’abus sexuels depuis une décennie ou bien qu’elle ait connu une mort violente, mais rapide, au détour d’une mauvaise rencontre. Finalement, le pire dans tous ces scénarios, est de ne pas savoir. Faut-il faire un travail de deuil ou se préparer à voir réapparaître une femme que nous ne reconnaîtrons plus, tant ces années de détention et de servitude, l’auront changée à jamais ?
— En fait, t’es une sorte de profiler, comme dans « Esprits Criminels » ? s’extasie Benji.
Je souris. Je ne suis pas à proprement parler un profileur. Après une licence de droit, j’ai été admis à l’Institut de criminologie de l’Université Paris-II où j’ai obtenu un certificat de Sciences Criminologiques. C’est ensuite que j’ai intégré la police... »

Entre les deux, une relation froide s'installe. Timothy veut un adversaire à sa taille. Il trouve Gildas bien en dessous de ce qu'il pensait. Pourtant ce dernier a un panel de bons résultats sur Paris. C'est une pointure. Un homme qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. Il est tacticien, fouineur, ne travaille pas comme n'importe qui et "voit" des choses que d'autres trouveraient normal. Mais ici, dans cette affaire, il devient aveugle. Gildas n'arrive pas à faire la part des choses et lorsqu'un cinquième corps fait son apparition, il en devient fou. Il sait que c'est ce Timothy Blake qui est le coupable, son instinct le lui crie, mais sans preuves que peut-il faire ? Pas de quiproquo, ni de justification. Il le sent dans la moindre de ses fibres épidermique. Timothy va en jouer. Il est parfait en tout point, réussissant à montrer un visage aimable, sachant jouer la comédie à la perfection, jusqu'à ce qu'un infime détail fasse tiquer le flic. Une lueur dans ses yeux. Qui peut dire si elle est bien réelle ou non ? Car Gildas est le seul à la voir, à croire non à être sur que c'est lui.

Un duel où chacun va y laisser des plumes et bien plus que cela. Timothy est vraiment très doué. Dire qu'il vit à La Rochelle (là où se passe l'histoire) depuis... sa naissance ? Personne ne peut le soupçonner. Il a crée une vie que tout homme normalement constitué rêverait. Une femme, un boulot qui lui plait, une maison avec sa barrière blanche (bon ok j’exagère avec la barrière), mais il montre un côté pile qui plaît. Côté face, il est celui qui crée des œuvres d'art avec le corps de femmes. Il se plaît à se nommer lui-même un artiste. Alors que tout ce qu'il fait n'est que donner la mort. Son esprit terrible et sa façon de s'adonner à son plaisir malsain le rend encore plus dangereux. Il a un pouvoir sur ceux qui l'entoure qui fait frémir sans compter sur le fait qu'il se croit invincible.

« Beau travail les gars, vous vous améliorez !
Je note pour moi-même de trouver un autre stratagème pour la prochaine fois. Le nouveau flic, Gildas Gabin, serait un spécialiste des « meurtres en série ». Ils pensent visiblement que je suis un de ces putains de serial killers qui font frémir le petit peuple à la télévision : moitié Dexter Morgan, moitié Hannibal Lecter.
Quelle grossière erreur de jugement : je suis simplement un artiste. Ni plus, ni moins. »

J'ai adoré suivre les deux côtés de l'enquête, celle du tueur et celle du flic. Timothy nous immerge totalement dans son quotidien, dans son cercle très limité qui peut approcher de son antre. Il est sombre, parle à la première personne du singulier nous montrant ainsi ce qu'il voit, ce qu'il ressent, ce qu'il fait dans les moindres détails. Attention, il n'est pas du genre à être un éventreur ou même à ensanglanter ses victimes. Il reste soft dans sa manière de les terminer. Jusqu'à ce qu'arrive un certain moment où nous découvrons qu'il est capable de tout pour asseoir sa position et montrer sa toute puissance à la police en place. Gildas, que nous suivons de la même manière à la première personne du singulier, nous fait ressentir son don, sa manière de procéder, la façon dont il gère ses échecs. Car il a beau être doué dans son domaine, les meurtres continuent de montrer le bout de son nez.

Une vie pour une vie. La loi du Talion. Rien n'est aussi vrai que ce qui se trame dans l'ombre. Les deux hommes s'affrontent violemment. Les journalistes donnent un petit nom bien sympathique "Le charpentier". Ils aiment donner des noms, donner des détails sans penser à ce qui pourrait se passer par la suite, sans chercher à savoir si c'est la vérité. Par moment nous voyons Timothy qui se lâche sans oublier la prudence élémentaire : ne pas laisser la moindre empreinte. Il est très vaniteux, un air de suffisance se plaque parfois sur son visage.

Les personnages secondaires ont leur importance. J'ai adoré Jeanne, la femme de Gildas. Elle est douce, aimante, amoureuse, une mère de famille qui ferait n'importe quoi pour ses enfants, son mari. Elle a une force de caractère en elle et un courage exemplaire. Cette femme est tout pour Gildas, ils sont complémentaires. Elle le ressource lorsqu'il le faut. Grace à elle, il est capable de soulever des montagnes et de voir autre chose que le côté malsain de son boulot. Il y a également Benji et Blaise, sans oublier le légiste. Chacun apporte un élément, une idée, un petit peu d'humour dont on a besoin à des moment précis. Ou au contraire ce stress qui nous angoisse.

« Encore que je ne « visualise » plus grand-chose, depuis mon arrivée à La Rochelle. Je m’apparente à une sorte de Superman cloué au sol, un Dr Who sans sa cabine de police bleue. Ma kryptonite à moi, c’est cette cité millénaire, capitale historique de l’Aunis, une ville dans laquelle il fait bon vivre et qui m’a néanmoins volé ma jeune sœur, de la plus atroce des manières. La Rochelle, c’est mon enfer personnel. Je suis condamné à y souffrir mille morts jusqu’à ce que j’aie expié l’ensemble de mes péchés. »

J'ai adoré découvrir La Rochelle sous un autre jour. Celui où la ville n'est pas si tranquille que cela. L'écriture est fluide, intense, prête à vous sauter dessus. Un élément était couru d'avance (oui, j'ai un esprit tordu et je voyais bien une situation ainsi avec le dernier emplacement de Timothy) mais l'auteur avait laissé des miettes, des indices qui m'ont mis plus que la puce à l'oreille. J'ai adoré la fin également, je ne la voyais pas autrement et j'aurais adoré pouvoir être là pour voir cela ! (Quand je vous dis que je suis tordue...)

En conclusion, il s'agit d'un thriller à rebondissements dont il est extrêmement difficile de sortir. Ressentir des frissons de froid de la fameuse table, sentir les remous sous nos pieds et plonger au cœur du récit devient nécessaire. L'auteur a su admirablement maîtriser la psychologie de ses personnages et permettre à ces derniers de ne s'arrêter de cette course poursuite qu'à son terme. Un immense coup de cœur !

 PS : La lecture des petits carnets est vraiment flippante !    

Défis sur Fb Logo Livraddict babelio Vous pouvez me retrouver : Vous pouvez me retrouver :

  #défi2018 #challenge2018 #challengealphabétique2018


Partager via Gmail


wallpaper-1019588
C'est lundi que lisez-vous ?
wallpaper-1019588
Hors-série : Simone de Beauvoir, La Femme rompue (1967)
wallpaper-1019588
Superman american alien : un portrait fort juste de max landis
wallpaper-1019588
L’homme de Grand Soleil
wallpaper-1019588
Si c’est ça l’amour · Bronwen Wallace
wallpaper-1019588
Fête des mères : Faites lui plaisir, offrez lui un livre
wallpaper-1019588
Swimming-pool – Sarah Crossan
wallpaper-1019588
La Saison des feux - Celeste Ng