(Relecture) La trilogie d’Arkandias, d’Eric Boisset (Magnard, 1997)

Exercice risqué, mais ô combien délicieux : je me lance dans la relecture de...
LA TRILOGIE D'ARKANDIAS

15 ans de librairie, 350 000 exemplaires vendus, et une adaptation cinématographique en 2014 ; aujourd'hui, qui ne connaît pas cette trilogie ?

(Relecture) La trilogie d’Arkandias, d’Eric Boisset (Magnard, 1997)

Elle a bercé mes jeunes années comme celles de ma nièce de 15 ans. (Relecture) La trilogie d’Arkandias, d’Eric Boisset (Magnard, 1997)Je ne compte plus le nombre de fois où je l'ai lue, ou toutes les recettes magiques que mon frère et moi avons inventées pour imiter celles du grimoire de Magie Rouge. C'était à qui trouverait l'ingrédient le plus loufoque, le plus dérangeant ou le plus désagréable. (Après tout, tout est bon pour faire passer le temps en voiture !)

Cette trilogie s'est peut-être trouvée un peu noyée avec la sortie presque simultanée d' Harry Potter, la pauvre.

Pour reprendre les codes du grimoire de Magie Rouge :

Fractionnez l'heure en centièmes, éteignez les lumières, prenez une barre de fantasy, une cuillère à soupe de policier et une pincée d'humour, mélangez dans un creuset et reculez avant de vous faire brûler les poils de nez par le feu d'artifice que la trilogie ne manquera pas de provoquer.

(Relecture) La trilogie d’Arkandias, d’Eric Boisset (Magnard, 1997)
    (Relecture) La trilogie d’Arkandias, d’Eric Boisset (Magnard, 1997)Le grimoire d'Arkandias
Théophile découvre un grimoire de magie rouge à la bibliothèque qui pique son imagination. Il décide avec l'aide de son meilleur ami Bonaventure de tenter la fabrication d'une bague d'invisibilité, mais un mystérieux monsieur aux ongles noirs, M. Arkandias, tente par tous les moyens de les en empêcher.
    (Relecture) La trilogie d’Arkandias, d’Eric Boisset (Magnard, 1997)Arkandias contre-attaque
Malheureusement, un ami s'est fait accuser à leur place d'un méfait commis dans le tome 1. Pour le sauver, Théophile et Bonaventure décident de fabriquer un nouvel objet du grimoire de magie rouge, le diadème de sujétion. Cependant, encore une fois, ils ne connaissent pas toutes les précautions à prendre...
    (Relecture) La trilogie d’Arkandias, d’Eric Boisset (Magnard, 1997)Le Sarcophage d'Outretemps
Théophile a oublié de fermer la fenêtre, laissant entrer un chat qui tue sa souris blanche et son poisson rouge. De nouveau, les deux amis décident de fabriquer un objet du grimoire de magie rouge, le sarcophage d'Outretemps, pour voyager dans le passé et sauver les animaux.

Alors voilà, à 26 ans passés, j'ai tenté l'aventure la plus risquée qu'une lectrice assidue, avide, boulimique puisse s'imaginer... J'ai relu une trilogie classée dans ma liste des " Ouah-c'est-dingue-lire-c'est-mieux-que-la-vraie-vie ".

Alors, Arkandias... c'est comment ? LES PLUS

J'ai retrouvé avec le même plaisir les héros Théophile et Bonaventure, certes traditionnels pour la fantasy jeunesse, mais sacrément bien construits ! Jeunes, ignorants de la magie rouge, issus de notre monde, ils s'affirment grâce à leurs idées innovantes (comment se procurer des ingrédients aussi incongrus que rares, leur ténacité, et la surprenante réussite de leurs recettes).

Le duo est très complémentaire, leur maturité plutôt précoce se révèle sur des aspects différents chez l'un et chez l'autre : Théophile est un littéraire plein d'imagination, son vocabulaire est d'une richesse extraordinaire alors que Bonaventure est un musicien doué et un cartésien, logique et rationnel. La cerise sur le gâteau : Théophile et Bonaventure ne sont pas parfaits pour un poil ! Ils sont emmerdeurs, désobéissent souvent (tout en se sentant quand même (un peu) coupables), parfois ils sont à côté de la plaque et comprennent rien à rien ; mais pour parvenir à réaliser les recettes, ils sont prêts à tout !

(Relecture) La trilogie d’Arkandias, d’Eric Boisset (Magnard, 1997)

Ah, ces (en)quêtes, en l'occurrence celles consistant à trouver les ingrédients nécessaires à la fabrication des recettes de magie rouge, qui occupent toujours une importante partie du roman ! Pour moi, c'est de la crème fouettée à l'état pur. Le vocabulaire de Boisset est d'une belle précision et chaque ingrédient offre sa petite scène délicieuse d'humour et de débrouillardise de la part des deux potes. Parce que franchement, vous sauriez où trouver un œuf punais, vous ? (Savez-vous seulement ce qu'est un œuf punais ? Moi, je ne le savais plus.)

LE HIC

Par contre, l'amer point de vue de l'adulte que je suis devenue est sans concession. Je ne me souvenais plus du tout que les trois tomes ne varient pas tant que ça. Enfant, j'ai peut-être aimé retrouver une structure si ressemblante (recette - quête des ingrédients - tentative ratée - sauver les pots cassés) ; adulte j'ai trouvé ces répétitions parfois un peu... lourdes.

(Relecture) La trilogie d’Arkandias, d’Eric Boisset (Magnard, 1997)

Cependant, la lecture des tomes suivants vaut quand même son pesant de cacahouètes ! L'alternance constance/variations permet tout de même de retrouver le plaisir procuré par le tome précédent tout en se délectant des nouveautés. D'ailleurs, Théophile et Bonaventure s'améliorent d'une recette à l'autre et les recettes magiques se compliquent, ce qui ne manque pas d'apporter un certain piment aux tomes 2 et 3.

In fine, le jeu en valait-il la chandelle ?

J'ai bien sûr retrouvé avec nostalgie ce qui m'avait tant plu, mais l'impitoyable regard d'adulte a définitivement descendu cet amour de jeunesse de son piédestal.

On s'identifie sans peine aux caractères affirmés et attachants de Théophile et Bonaventure. J'ai aussi adoré les petits détails de leurs quotidiens, les innombrables goûters, jus de myrtilles, coup de téléphone, autorisations parentales et autres pépites de l'enfance. L'humour de Boisset, sympathique et grinçant, fait un peu oublier les répétitions, mais quelles répétitions ! Pour un adulte qui lit les trois livres à la suite, elles sont comme un bouton d'acné au bout du pif, on ne voit que ça.

N'empêche, je les ai immédiatement filés à mon neveu pour qu'il nous suive, nous les plus grands, dans notre amour pour les recettes de magie saugrenues.

Bonne lecture

(Relecture) La trilogie d’Arkandias, d’Eric Boisset (Magnard, 1997) (Relecture) La trilogie d’Arkandias, d’Eric Boisset (Magnard, 1997)Note de Lupiot & Stern : Au moment de la sortie du film, en 2015, on se rappelle avoir vu l'affiche partout et avoir été aussitôt consternées par le white-washing du casting : Bonaventure, le meilleur ami du héros, que l'on présume être figuré par le petit gros aux longs cheveux blonds, vient normalement... des Antilles. (Or, on n'a déjà pas masse de petits héros de couleur dans la littérature jeunesse.) Quant à la fille pink-punk qui joue les Hermione Granger sur la droite, qui est-ce ? Il n'y a pas de fille dans le duo Théophile-Bonaventure. Bref, ce mélange de racisme latent mêlé de consensualisme marketing nous a fait écarquiller les yeux très grand, passer notre chemin, et choisir de nous replonger dans la trilogie plutôt que dans le visionnage de ce film qui, indépendamment de nos opinions de grandes personnes toutes neuves, est peut-être correk (le doute nous habite), mais vraisemblablement pas très fidèle au livre. (Mais il aura au moins eu le mérite de faire découvrir cette série délicieuse à un nouveau public !)

wallpaper-1019588
Son agenda Mortelle Adèle
wallpaper-1019588
Maestro de Thibault Prugne, François Morel, et Jean-Pierre Jolieard
wallpaper-1019588
Son agenda Mortelle Adèle
wallpaper-1019588
Tsipora et le vengeur de sang
wallpaper-1019588
Belle et sebastien
wallpaper-1019588
Avec toi, je suis moi | Mily Black
wallpaper-1019588
No direction – Emmanuel Moynot
wallpaper-1019588
Embarquement immédiat pour relation agitée de Déborah Guérand