Le Beffroi

Chronique « Le beffroi (Tome 1) »

Scénario de Simon Spurrier, dessin de Jef Stokely, couleurs de André May,

Public conseillé : Adultes / adolescents,

Style : S.F., Aventure post-apocalyptique,
Paru aux éditions Akileos, le 14 septembre, 17 euros,
Share

L’Histoire

Le beffroi est un endroit étrange, une sorte de cité médiévale post-apocalyptique où Humains, sculptés (humains améliorés) et non humains cohabitent de manière plus ou moins pacifique. En effet, malgré les efforts du “Baron” pour maintenir une cohésion au sein de ses trois castes les tensions entre elles restent palpables.
C’est pourquoi lorsque sa fille Tavi, dont la vision des choses est toute autre que celle de son père, reprend le trône à sa mort les esprits vont s’embraser. C’est dans ce contexte difficile que Sha, une sculptée et surtout capitaine de la garde urbaine du Beffroi va devoir enquêter sur une série de meurtres atroces.

Ce que j’en pense

Dire que j’ai adoré “Le beffroi” serait un doux euphémisme ! Ce one shot a tout pour plaire de son ambiance noire à ses personnages tous plus charismatiques les uns que les autres. Mais commençons par le commencement en parlant du scénario. Dès les premières pages Simon Spurrier nous entraîne dans une histoire mélangeant habilement thriller politico-religieux et contexte post-apocalyptique. Le principe rappelle par moments “Total Recall” puisque humains et non-humains vivent dans un endroit coupé d’un monde extérieur, dont l’air est complètement irrespirable. Comme dans le film de Paul Verhoeven la cité possède donc un système de filtration afin que chacun puisse respirer normalement. Mais la comparaison s’arrête ici puisque “le beffroi” apporte un scénario assez novateur dans sa construction. L’auteur fait monter la pression graduellement chez ses lecteurs en alternant flash-backs sur la création du beffroi, scènes de meurtres explicites et mise en place de la cérémonie (sous haute tension) d’allégeance des peuples fédérés à la nouvelle baronne. De plus l’enquête, qui touche de près la famille royale, est vraiment bien menée et l’identité du meurtrier reste énigmatique jusqu’aux dernières planches. Mais ce n’est pas tout, un détail nous ramène à notre cruelle réalité puisqu’un groupuscule religieux, les Zoarims, sèment la haine et la terreur au nom d’un Dieu refusant de considérer les sculptés comme des humains à part entière.
Pour résumer, notre héroïne met les pieds dans un véritable sac de noeuds où chaque pas la conduit vers une nouvelle intrigue.
Justement parlons-en de ce formidable personnage qu’est Sha (habile transition) ! Les amateurs de mangas, dont je fais partie, pourront peut-être faire un rapprochement avec les héroïnes des années 90 comme Gally de “Gunnm” ou le major de “Ghost in the shell”. Comme elles, notre héroïne modifiée est aussi forte psychologiquement que physiquement.
L’autre personnage du comics est de loin Pug, le petit monstre volant au physique mi-foetus mi- alcoolique ! Un personnage qui sert avant tout à dédramatiser le scénario en intervenant de façon anarchique.
Passons maintenant au côté graphique de l’album. Là aussi le résultat est assez bluffant avec des planches très travaillées soutenues par des couleurs assez froides qui tranchent admirablement avec ces affreuses couleurs saturées dont les comics nous ont habitués depuis peu.
Pour conclure, “le beffroi” vaut vraiment la peine d’être découvert.

Le Beffroi


wallpaper-1019588
Yvon Paré nous parle de Claude-Andrée L’Espérance…
wallpaper-1019588
« Le cercle des plumes assassines », la première aventure de Dorothy
wallpaper-1019588
Là où les lumières se perdent · David Joy
wallpaper-1019588
Sous son emprise T2 - Délivrance - Aloïsia Nidhead
wallpaper-1019588
The blogger recognition award
wallpaper-1019588
Le cercle félin T1 de Suzanne Roy
wallpaper-1019588
Malcolm le sulfureux, Tome 2 : Malcolm + 1 – Katy Evans
wallpaper-1019588
Nés à minuit : Renaissance, tome 3 : Délivrance