Le monde à l’envers de Ludovic Metzker

Bonjour,

D’abord merci à Ludovic pour ce service presse ❤ ! Voilà j’ai écrit la phrase facile de cette chronique 😛 .

Cet article va être le plus dur que j’ai eu à écrire depuis que je tiens mon blog. Pourquoi ? J’ai eu beaucoup de mal à finir cette histoire pourtant je voyais passer essentiellement des avis positifs … je me suis demandé si je passais à côté de quelque chose. Je ne sais pas mais le fait est que je n’ai pas accroché.

Normalement, lorsque j’ai un avis négatif sur un roman je donne un droit de « réponse » à l’auteur. Mais là, vu l’amitié (virtuelle) qui me lie à l’auteur, j’ai choisi de ne pas le faire (par manque d’objectivité), j’ai pris l’option de partager avec vous, en plus de mon avis, celui d’une de ses bêta-lectrices, Sarah Auger qui, elle, a adoré le livre (cf fin d’article)

Allez je me lance ! 😉

Le monde à l’envers de Ludovic Metzker

4ème de couverture

Reste-t-il une place pour l’homme dans un monde où les animaux ont pris le pouvoir ?

Je m’appelle Paul Dokan.
L’histoire que je vais vous raconter est celle du changement et de ma renaissance !

Afrique du Sud, bien des années plus tard…
Paul raconte à ses cinq filles cette incroyable aventure :
celle où Bonanza lui a sauvé la vie !

Mon avis

Soyons clair, j’ai adoré le booktrailer, même si je le trouve « trompeur »

Je m’attendais un peu à un roman du genre Et si demain n’existait plus ? Avec une vraie guerre sanglante entre les animaux qui se révoltent et les hommes … Du coup la surprise fut grande vu que cette bataille doit durer une dizaine de pages.

Autre chose à laquelle je m’attendais c’est une plus grande présence de Bonanza (le gorille). Alors même si l’on ressent sa présence en filigrane tout au long du livre, il ne prend pas assez de place.

Au final, ce roman pourrait être comparé à un livre de Paolo Coelho avec des « vérités » sur la nature humaine et beaucoup de Morale. Personnellement je trouve ça pesant, peut-être qu’entre 15 et 20 ans j’aurais apprécié mais à 40 les poncifs sur la nature humaine passent mal, quand à « m’expliquer » ce qu’il faudrait faire ben …. pas pour moi ! 😦

En conclusion, un livre qui m’a paru long, sans vraiment d’actions et avec beaucoup trop de leçons de « vie » !

Et là vous vous dîtes pas « glop » le livre… Mais ceci est vraiment un avis très personnel, d’ailleurs, sur facebook les retours ont été plus que positifs. Je vous laisse découvrir celui de Sarah Auger (avec son accord) qui est plus que positif !

Vous pensez bien connaître notre monde ? Votre vie est elle vraiment telle que vous la voulez ? Vous pensez que rien ne peut ni ne doit changer, que votre confort est un dû ? Il vous en faut toujours plus ? Après tout, si nous sommes là c’est bien pour profiter de ce qui nous est offert. Et si vous vous trompiez ? Si nous avions tout faux? Si tout venait à changer du jour au lendemain suite à un événement aussi improbable qu’inexpliqué ? Et si la nature tenait sa revanche ? Que ferions nous ? Cette histoire n’est pas celle d’une révolte animale, si vous attendez un remake de zoo ou la planète des singes passez votre chemin. Non, ce livre c’est l’histoire d’un homme qui vivait sa petite vie peinard. Il pourrait être n’importe lequel d’entre nous. Quand tout s’effondre, il perd tout ses repères, tout ce qui faisait sa vie et va avoir un choix difficile à faire. Il est aidé en cela par un ami hors du commun, un gorille qui par son hatitude m’a fait penser à Nelson Mandela,oppressé et enfermé une partie de sa vie, il a su tendre une main et faire table rase du passé pour construire ensemble un monde meilleur. Cette rencontre va changer sa vie de façon radicale. Ses certitudes sont caduques, il vit une vraie prise de conscience qu’il raconte à ses filles et à nous par la même occasion. Mais a t’il vraiment tout perdu ? Cette histoire ouvre la porte à un questionnement profond sur des sujets qu’on occulte habituellement, volontairement ou non. Au delà de l’homme et de l’animal, si je ne devais retenir qu’une chose primordiale ce serait qu’on est rien tant qu’on a pas rencontré l’amitié, la vraie, désintéressée, celle qui n’attend rien de nous en retour, celle qui vous ouvre les yeux et vous aide à avancer. Cette histoire pourrait se résumer à cela, le bien que nous devrions tous garder précieusement et ne jamais laisser faner c’est l’amitié. On a tous besoin d’un meilleur ami.

Bonne lecture ! ❤ 😉



wallpaper-1019588
Son agenda Mortelle Adèle
wallpaper-1019588
Son agenda Mortelle Adèle
wallpaper-1019588
Maestro de Thibault Prugne, François Morel, et Jean-Pierre Jolieard
wallpaper-1019588
Tsipora et le vengeur de sang
wallpaper-1019588
Lucette à bicyclette – Christine Naumann-Villemin et Soufie Régani
wallpaper-1019588
Le pont de Florent Bussy
wallpaper-1019588
Le Bouquinovore en chiffres
wallpaper-1019588
The Hartigans 1 – Qu’est-ce qu’elle a ma gueule – Avery Flynn