Julia Kerninon – Une activité respectable ****

Julia Kerninon – Une activité respectable ****

Éditeur : Le Rouergue - Date de parution : - pages

*

" ... allongée dans ma chambre sur le lit, un livre posé légèrement sur le nombril, en me sentant tellement à ma place, tellement complète. "

Julia Kerninon revient sur la façon dont est né son amour des livres et de la littérature. Tout a commencé grâce à ses parents, deux lecteurs fous des mots, accros aux livres. Surtout sa mère-léopard qui l'emmène dès ses premières années à Paris, déambuler chez Shakespeare & Compagnie. La romancière rend hommage à l'enfance livresque que ses parents lui ont ainsi donné. Ce petit cercle familial empreint de lecture. Leur maison pleine de livres, avec un pêcher dans le jardin.

L'écriture de Julia Kerninon s'écoule lentement, mot après mot - elle est à la fois sinueuse et fluide. Avec talent, elle inscrit des mots sur son amour des lettres. J'ai aimé ses réflexions et ses souvenirs : ses lectures compulsives, les conseils de sa mère, cette figure incontournable dans sa vie d'écrivain, qui l'a poussée dans les bras de la littérature et lui a donné sa vocation. Sa mère qui lisait tout ce qui lui tombait sous la main et sous les yeux.

Je découvre une voix forte et déterminée, qui me plaît tout de suite. Comment n'ai-je pas lu cette auteure avant ?! Autobiographie littéraire et livre-témoignage essentiel à tout amoureux des livres, hérissé de post-it, ce bouquin fera certainement l'objet de nombreuses relectures... ❤

Julia Kerninon – Une activité respectable ****

***

" Nous avions beaucoup, beaucoup de chance, me disait-elle, parce que nous avions les livres et que dans les livres les phrases étaient éternelles, noir sur blanc, solides, crédibles - elles n'étaient pas en l'air, elles ne venaient pas de n'importe qui (...) et elles nous livraient le monde entier, le monde accéléré, perfectionné, lavé de ses scories, sans temps mort, un cours d'eau pur et bondissant, un monde dans lequel nous pouvions nous échapper chaque fois que le monde réel cessait d'être intéressant, ce qui arrivait beaucoup trop souvent quand quelqu'un venait nous parler. "


wallpaper-1019588
Comment tu parles de ton père
wallpaper-1019588
Un bel Atlas du monde illustré
wallpaper-1019588
Tokoyo - Le tombeau du serpent de mer
wallpaper-1019588
Top 5 : Mes lectures scolaires catastrophiques !
wallpaper-1019588
Interview Andréa Golden
wallpaper-1019588
Héritiers des larmes 1 - L’épouse ennemie
wallpaper-1019588
Mémé dans les orties – Aurélie VALOGNES
wallpaper-1019588
Mon père est une femme comme les autres