Le jour où la lune et le soleil se rencontrèrent (Stéphane Tarrade)

Le jour où la lune et le soleil se rencontrèrent (Stéphane Tarrade)

Auteur : Stéphane Tarrade
Éditions : Auto-édité
Parution le : 10 Décembre 2022
439 pages Thème : Fantasy

disponible sur Amazon

Sélène, la jeune bergère adoptée par les villageois du Valfée, a été découverte, sur le bord d'un étang, complètement amnésique. Elle n'a de cesse de rechercher le mystère de ses origines, mais il se dérobe toujours. Ne résiderait-il pas dans les étranges rêves qu'elle fait? Entre l'ombre et la lumière, la frontière est parfois ténue, la jeune femme ne cacherait-elle pas un terrible secret, un de ceux que l'on préfère oublier? Appolian, quant à lui, est l'apprenti de maître Isengrin, un alchimiste réputé. Ce dernier l'a lancé à la recherche de la mystérieuse pierre de lune, un joyau aux propriétés uniques, et cette quête ésotérique va le mener bien plus loin qu'il ne l'imaginait. Alors que les loups rôdent tout autour, qu'ils osent s'en prendre aux habitants et se comportent de manière surnaturelle, Sélène et Appolian vont comprendre qu'une terrible menace pèse sur tout le village et plus particulièrement sur eux. En quête de mystère alchimique ou d'identité, leurs destins vont se croiser pour les mener vers une incroyable révélation

Bonjour à tous et toutes !

Je remercie l'auteur pour m'avoir fait parvenir cette nouvelle histoire, qui change pas mal de ce qu'il a l'habitude d'écrire, même si nous restons dans la fantasy. Ici, Sélène est une bergère qui a été retrouvé un peu plus loin, amnésique et sans personne qui la recherche (sympathique à un point...) et Appolian, apprenti alchimiste qui n'a pas de parents (dis donc monsieur l'auteur, tu veux déjà faire pleurer dans les chaumières du départ ?) Deux êtres qui vivent tous deux dans le même village sans pour autant se côtoyer. Elle travaille en plus de la bergerie comme serveuse (tiens tiens...) dans une "auberge" tenue par une matrone (je sens comme un passif chez l'auteur bien lourd de ce côté, mdr). Lui est très doué pour récupérer de la matière pour créer de la "magie" et s'ils se connaissent de vue, le temps fait son œuvre et va les rapprocher d'une manière peu commune. Stéphane Tarrade aime créer des personnages qui ne nous montrent pas tout et dans cet unique opus, le monde crée peuplé de nombreux protagonistes nous entrainent dans une aventure hors du commun où tout ce que nous allons voir n'est peut-être pas le fruit de notre imagination, mais peut-être celui du cœur... (profitez-en, je parle bien là, non ? )


Si l'auteur nous donne quelques similitudes avec sa série sur Laeta (enfin ses séries), nous nous retrouvons rapidement dans un autre monde : celui de la lune, du soleil et de tout ce qui les entoure. Sélène est une jeune femme qui aime ce qu'elle fait et malgré tout, depuis 5 ans elle n'a de cesse de chercher pourquoi elle est là et surtout qui elle est. Les questions qu'elle pose dérange certains habitants sans pour autant qu'ils soient méchants avec elle. Le fait qu'un noble semble vouloir se l'approprier tel un objet ne la dérange pas et pour cause, tandis qu'Appolian a le poil qui se hérisse. Quelque chose dans l'air qui chagrine, gratte le moindre morceau de peau non couvert et ses énormes poils qui apparaissent par endroit semblent démontrer qu'il y a de la magie noire dans l'air. Notre apprenti alchimiste a quelques dons qui vont bien lui servir et surtout une noble âme qui va l'amener loin dans cette aventure auprès de notre bergère. Tous deux ne seront pas toujours sur le même chemin, parfois ensemble, parfois séparés, ils vont devoir apprendre à parcourir le trajet d'une manière ou d'une autre et contrer les plus vils personnages. Difficile d'en dire de trop, la découverte reste la meilleure dans ce genre d'histoire. Le récit est rempli de magie douce, de sombres desseins, d'envie de pouvoir et de quêtes nobles pour la plupart, égoïstes à d'autres.


Nous ressentons vivement les émotions de nos héros de ces temps éloignés. Difficile de ne pas avoir envie de prendre des mains une épée, un fourreau, un déguisement pour se fondre dans la masse et exiger qu'ils soient tranquille. Ce qu'ils ressentent passent derrière l'aventure et j'ai adoré les rebondissements que l'auteur nous offre. Si le début est un peu trop lent à mon gout, je sais, il faut mettre en place les pions de cet immense échiquier pour avoir une chance de comprendre qui sera le fou sacrifié pour et par le roi, la suite des événements ne laisse pas indifférent. Nous les suivons l'un après l'autre, dan cette forêt où des dangers guettent, où des loups semblent avoir élus domicile. Des créatures immenses qui sont toutes sauf des loups comme ils existent réellement. Nous comprenons qu'il s'agit d'autre chose, des loups-garous surement, mais qui sont les humains derrière tout cela ? Enfin si nous pouvons appeler des humains des hommes ou des femmes qui se transforment, à moins que ce ne soit l'inverse, qui sait ? Des bêtes particulières en plus des loups ? Oui, nous allons tomber sur certaines et Medusa n'aura qu'à bien se tenir, même elle pourrait bien se faire croquer, ou pétrifier, peu importe. Si vous n'aimez pas les bestioles, prenez un plaid, une couverture, de quoi vous camoufler, car par moment vous risquez d'avoir des "beurk"s en comprenant ce que c'est. J'en ai encore quelques frissons sur les bras rien que de les imaginer glisser, grimper et ouvrir grands leurs mâchoires ! L'auteur s'amuse avec nos nerfs par moment, et lorsque nous avons un des héros obligé de se battre, les frissons deviennent des morceaux d'ongles rongés à l'idée des potentielles blessures qui seraient mortelles (car nul doute que l'auteur est capable d'en faire mourir quelques uns pour la bonne cause, bah voyons !)

Sélène peut être vu comme fragile, inconstante, jouant un double-jeu. Mais c'est faux ! Le fait d'avoir le point de vue d'Appolian et d'elle-même nous démontre qu'il y a des forces obscures à l'œuvre et que même un esprit fort a du mal à se défaire d'une telle emprise. Une quête de vérité bien difficile à obtenir, une quête de reconnaissance également. Chacun des personnages que nous suivons, découvrons au gré du récit nous apporte un petit quelque chose : une aide providentielle, des crocs acérés, un parfum de liberté ou au contraire une cage pour enferme. La plume est douce, entraînante, laissant cette magie s'imprégner dans nos esprits, et surtout elle nous bouleverse par le nombre de retournement de situations que nous pouvons avoir. Faites attention, vous pensiez tout savoir ? Un instant T de ma lecture, j'imaginais bien la suite, les retrouvailles, les choix, les fuites, les combats et puis... perdue ! Ô nous allons avoir tout cela, mais pas comme nous pourrions le croire, non, bien sur que non. L'auteur s'amuse avec ses personnages et le lecteur pour nous leurrer un peu plus encore et j'en redemande. De nombreuses péripéties attendent nos héros, les chemins se croisent, se font et se défont. Les certitudes s'effritent, le questionnement n'a de cesse et puis les lieux sont là, sous nos yeux. Il faut enlever les œillères pour comprendre d'où Sélène vient, comment le monde tourne rond ou carré et même lorsque le voile se soulève de nombreuses questions cherchent réponses afin de ne pas laisser le lecteur dans l'embarras. De ce côté, je crois que nous savons tout, ou presque tout. Intriguant, le récit nous montre les épreuves que nous avons à traverser afin d'obtenir un peu de bonheur, de paix, de magie.

L'espoir, c'est le moteur des personnages principaux et même de certains secondaires. Bons ou mauvais, ils ont tous l'espoir de gagner cette bataille, le combat contre l'autre, de réussir à avoir le pouvoir, la connaissance. Cette soif de tout connaitre, de tenir dans son poing l'âme de l'autre, la manière de travailler apporte de l'eau au moulin que nous n'avons pas ici. Un conte avec beaucoup de descriptions des lieux, des paysages, de la végétation, des créatures qui la peuplent et des autres qui la détruire. L'équilibre est fragile, il suffit d'un petit rien, d'un grain de sable, d'une coquille d'huitre ou s'en approchant pour bloquer le mécanisme. C'est très "vert", très nature, entre les animaux (brebis, loups et autres bestioles imaginaires ou non), les personnages qui pourraient être tout droit sortis de Brocéliande, des cousins peut être ? Nous sommes entourés de bienveillance, de nature profonde et nous respirons (merci les arbres et le vent pour ces instants de plénitude) Des chevaliers, des princesses, des hommes de valeurs et d'autres beaucoup moins, sans nous en rendre compte nous entrons en terres médiévales. Comme le cheminement que nous suivons sans nous en rendre compte pour nous trouver en pleine quête de pierre, d'une en particulier, celle décrite par un livre, comment ? Comment avons-nous fait pour nous retrouver entre des pages d'un livre ? Bien entendu, la noirceur de certains lieux proviennent de ceux qui y habitent, ou plutôt qui ont pris le terrain comme le sien sans demander. Se servir étant une mauvaise deuxième nature. Pas de bien sans mal, pas de mal sans bien, mais lorsque la noirceur prend trop de place, il faut de la lumière, blanche ou jaune, peu importe, mais elle se doit d'être présente.

En conclusion, le jour où la lune et le soleil se rencontrèrent est un moment magique où tout est permis. Les personnages vont devoir se battre pour obtenir ce qu'ils désirent plus que tout. La liberté a un prix, celle des souvenirs aussi et lorsqu'un malotru (trahison, trahisonne pas mdr oui je conjugue ce qui n'est pas un verbe) décide de prendre tout pour lui-même, les risques de se perdre sont bien plus grand. Le récit nous emporte dans un monde crée de toutes pièces où la magie fait partie intégrante des lieux et des protagonistes. Nous sommes entrainés aux côtés de notre apprenti alchimiste qui va découvrir tout son potentiel, suivre les pas de cette jeune femme en quête d'identité et prenons part à de terribles combats. Une histoire où la magie entre les lignes nous touchent en plein cœur, car il suffit de notre bras, de nos pensées, de nos besoins de combattre afin de dignement dire : j'ai réussi, pour le meilleur, maintenant que le pire est derrière. Si vous débutez en fantasy, vus entrez dans ce monde tranquillement sans vous en rendre compte et pour ceux comme moi qui aiment déjà ce thème, n'hésitez pas : vous risquez de rêver de Solune une fois que le mot fin apparait.

" - Probablement. Un peu tous à vrai dire. Je suis très attaché à la nature, comme mon épouse, Lobélia. Je suis né, ici, entre les mondes, ces murs sont en quelque sorte un héritage.
- Entre les mondes ? Je suis en train de rêver n'est-ce pas ?
- Là où nous sommes, il n'y a pas de distinction entre le songe et la réalité. Ces bois sont profonds, très profonds, ils s'ouvrent sur des contrées insoupçonnées et c'est toujours un plaisir de les visiter ou d'en accueillir les habitants. Même si, dans ton cas... "

Le jour où la lune et le soleil se rencontrèrent (Stéphane Tarrade)

wallpaper-1019588
Superman chronicles 1987 volume 2 : qui est superman ?
wallpaper-1019588
Actu Period Drama #36 Les sorties de films et séries historiques
wallpaper-1019588
Diabolo Fraise, Sabrina Bensalah
wallpaper-1019588
La fiancée du Dieu de la Mer – Axie Oh