54 minutes de Marieke Nijkamp

54 minutes de Marieke Nijkamp

« Il n’y a pas de mot en cet instant fugace entre espoir et savoir. Il n’y a aucun moyen d’exprimer la façon dont un cœur peut exploser et se briser en même temps, dont le soleil peut se frayer un chemin dans l’obscurité mais projeter des ombres partout. » 

Lorsque que j’ai vu la première et la quatrième de couverture de ce roman à la librairie, j’ai tout de suite su que j’allais lire ce roman. 54 minutes raconte l’histoire d’un drame qui a eu lieu dans un lycée, une fusillade qui a duré 54 minutes.

C’est une histoire forte, un sujet poignant, et vraiment grave. Je n’en lis pas beaucoup des comme ça, j’en ai lu seulement un Hate List de Jennifer Brown dont je vous met la chronique juste ici, pour ceux que ça intéresse. C’est un livre qui fait parti de mes préférés, que j’avais tellement aimé avec la même thématique. C’est pourquoi je redoutais un peu la lecture de 54 minutes parce que j’avais peur qu’il soit décevant, pas à la hauteur.

Cela dit, je n’avais aucune raison d’avoir peur puisque ce livre a été le coup de cœur que j’attendais depuis fort longtemps.

Cette histoire est raconté par quatre points de vues différents, quatre personnages clé. Tout d’abord il y a Claire, jeune fille membre de l’équipe d’athlétisme du lycée, qui s’entraîne à l’extérieur du lycée avec son meilleur ami Chris. Ensuite il y a Autumn et Sylvia, deux meilleures amies, présentes sur le lieu du drame. Et enfin, il y a Thomas, le frère de Sylvia, qui déambule dans les couloirs du lycée avec son ami Farid. Et au cœur de cette histoire, il y a Tyler, frère d’Autumn, ex de Claire, et auteur d’une fusillade dans l’auditorium de son lycée.

J’ai adoré tous les personnages de ce récit. J’ai eu une préférence pour Claire, c’est elle qui m’a le plus touché, peut-être parce que c’est elle qui me ressemblait le plus. Mais évidemment je n’ai pas pu rester insensible aux autres personnages. Surtout face à Autumn, la sœur de Tyler, qui se retrouve déchiré par des sentiments contradictoires : l’amour pour son frère et le dégoût pour les actes qu’il commet sous ses yeux. Sa situation était juste horrible. En ce qui concerne Sylvia, sa meilleure amie, c’est un personnage qui m’a laissé dubitative. Elle reste assez mystérieuse même si l’on apprend plein de chose au cours de notre lecture qui peuvent la rendre touchante. En fait, tous les personnages ont quelque chose de touchant en eux et c’est la raison pour laquelle je les ai adorés. Ils sont super bien fait, claire comme l’eau de roche, très bien construit. En ce qui concerne Tyler, parce que je veux dire un mot sur lui, c’est un personnage que je n’ai pas réussi à aimer. En même temps, on ne peut pas aimer un personnage qui fait autant de mort. Cependant, Tyler m’a beaucoup ému dans sa détresse. Son histoire est aussi émouvante que celle des autres même s’il a fait des choses horribles et ça c’est fort.

Au niveau de l’émotion,c’était un peu l’apothéose. Quand j’ai commencé ma lecture, je savais que ça allait mal finir, mais je ne pleurais pas. Je n’ai pas pleuré pendant un très long moment mais j’étais mal, je me sentais mal, j’avais des frissons , la chair de poule, le cœur bizarre tout ce que vous voulez. Ce n’est qu’une fois arrivé à la fin que j’ai pleuré et encore ce mot est faible. En somme au niveau de l’émotion, c’était juste parfait.

Comparé à Hate List qui m’avait vraiment bouleversé, 54 minutes était assez différent, très intense. Pendant ma lecture, j’avais vraiment l’impression d’être là, au milieu de la fusillade. Je ne pleurais pas mais je retenais mon souffle. Là où 54 minutes diffère vraiment de Hate List c’est que contrairement à ce dernier qui est tourné vers l’après, 54 minutes est centré sur le moment. C’est ce qui le rend si intense et si fort.

Pour ce qui est de la surprise, c’est très simple, il n’y en a pas. Mais ce n’est pas un problème parce que ce livre n’est pas fait pour être surprenant. En revanche, il est fait pour être émouvant, poignant, bouleversant, prenant et complètement addictif. Pour faire simple, je l’ai lu en deux fois. J’ai interrompu ma lecture seulement pour manger parce que je faisais le ramadan et que c’était l’heure. Autrement je l’aurais lu d’une traite.

Pour conclure 54 minutes est un de ces romans dont vous avez du mal à vous en remettre. Un livre parfait, un très beau thriller que bien évidemment je vous recommande.

Ma note : 10/10


wallpaper-1019588
De vengeance
wallpaper-1019588
Universcomics le mag' #32 fevrier 2023 : the many crisis of dc comics
wallpaper-1019588
Les parutions BD qui me font de l’œil (février 2023)
wallpaper-1019588
Hiver à Sokcho de Elisa Shua Dusapin