Le Maître du Mont Xîn

Le Maître du Mont Xîn

En deux mots
Soyindâ et Yarmâ sont deux amies qui rêvent d'évasion. Intrépides, elles partent pour Melgôr où elles espèrent que leur talent de danseuses séduiront le Prince. Elles ne sont qu'au début d'un périple qui va les séparer et conduire Soyindâ autour du monde en quête de liberté et du secret du Maître du Mont Xîn.

Ma chronique

Il aura fallu près de dix ans à Gérard Adam pour mettre un point final à ce roman de plus de 600 pages, sans doute l'œuvre de sa vie pour cet écrivain-éditeur qui nous entraîne dans n pays imaginaire sur les pas d'une jeune fille en quête d'émancipation. Un parcours initiatique qui est aussi un cheminement spirituel.

"Moins austère que ses deux vis-à-vis qui masquent au loin le Tara-Mayâm, point culminant et mont sacré de Melgôr, le Mont Xîn héberge le Maître qui, de son ermitage, veille sur l'harmonie de l'univers." C'est là que vit Soyindâ, petite fille solitaire qui préfère courir la montagne avec ses chèvres que se mêler aux villageois. Curieuse et intrépide, elle va s'amuser à imiter un insecte et se découvrir un don pour la danse qu'elle va partager avec Yarmâ, sa grande amie qui lui fait découvrir tout ce qu'on lui enseigne. Bien vite, les deux inséparables jeunes filles ont envie d'évasion et se mettent en route vers Melgôr où elles espèrent danser pour le Prince, mais sans savoir comment attirer son attention. Leur périple va d'abord les conduire chez l'oncle Badjô qui voit dans leur passion le moyen de faire fructifier son commerce très lucratif. Il les exhibe devant des débauchés dans son soi-disant temple jusqu'au jour où elles sont arrêtées puis emprisonnées.
Mais le Prince a été informé de leurs talents et les réclame à la cour. "Par des voies tortueuses, le rêve qui les a aspirées à Melgôr devient réalité, alors qu'il n'a plus de sens".
Elles ne vont cependant pas seulement divertir la cour mais aussi suivre ses déplacements. C'est ainsi que Soyindâ et Yarmâ vont se retrouver dans leur village natal. Loin d'un retour triomphal, ce sera d'abord l'occasion pour Soyindâ d'accompagner les dernières heures de sa mère et de faire la connaissance de Maud de Bareuil, une ethnologue venue "recueillir le récit fondateur transmis de génération en génération". Elle en fera ensuite un best-seller traduit dans de nombreuses langues et révélant "au monde l'existence d'un culte sur le Mont Xîn, qui faisait de l'érotisme une voie spirituelle".
Maud va proposer à l'orpheline de la suivre dans sa tournée de présentation dans les universités. Elle va accepter et découvrir l'avion, le passeport et l'autre côté du monde, très à l'ouest.
C'est durant ce périple dans un pays ressemblant fort aux États-Unis - le parti-pris de l'auteur étant de recréer un monde sans mention de ville sou pays existants - qu'elle va aller de découverte en découverte avant de se joindre à un groupe de jeunes très flower power, avec lequel elle va pouvoir mettre son talent au service d'une nouvelle musique. Leur groupe "ColomboPhil" va assez vite connaître la notoriété, ce qui n'est pas forcément une bonne nouvelle pour Soyindâ dont le passeport est échu. Elle finira par être arrêtée, incarcérée, jugée et expulsée.
Mais un nouvel ange protecteur viendra à son secours. Un producteur qui croit en elle et la conduira via son yacht dans son hacienda. C'est là que Soyindâ va comprendre "que sa route, dès le départ, s'est écartée de celle que foulent la plupart des femmes de tous les continents. Elle dispose d'une absolue maîtrise de son corps, elle peut exprimer, par le geste et le mouvement, le plus infime frémissement de son être au sein de l'univers, mais des émotions les plus simples elle a tout à apprendre".
Le parcours initiatique se poursuit pour la danseuse qui va apprendre à intégrer un ballet, tourner dans un film, entamer une longue tournée. "La danseuse cosmique s'est haussée au rang d'un art sacré universel, a célébré la critique. (...) Les plus grands noms de la danse ont exprimé leur admiration".
On pourrait penser désormais Soyindâ au faîte de sa gloire, heureuse et épanouie, mais ce serait oublier le moteur de toute son existence, la quête spirituelle qui va la ramener sur les flancs du Mont Xîn.
Gérard Adam, qui a mis presque une décennie pour écrire ce pavé de plus de 600 pages, donne ici la pleine mesure de son talent. À son goût de l'aventure, sans doute acquis au fil de ses nombreux voyages et affectations en tant que médecin militaire, vient ici s'ajouter la quête de spiritualité. Sans doute un besoin, au soir de sa vie, de donner au lecteur un viatique sur le chemin escarpé de l'existence. Que l'on se rassure toutefois, il n'est pas ici question de morale - ce serait même plutôt l'inverse - mais bien davantage de perspectives qui donnent envie de partir à son tour en exploration, de se nourrir du savoir des autres, de chercher sa propre voie. Une belle philosophie, une leçon de vie.

Le Maître du Mont Xîn
Gérard Adam
Éditions M.E.O.
Roman
624 p., 29 €
EAN 9782807003507
Paru le 6/10/2022

Ce qu'en dit l'éditeur
Deux femmes gravissent les pentes du Mont Xîn, où, au XIIe siècle, un couple d'amants philosophes a institué un rite faisant de l'érotisme une voie spirituelle. L'une est novice dans un monastère qui le perpétue sous la houlette d'un Maître vivant en solitaire dans son ermitage. L'autre, Soyindâ, est à chaque étape assaillie par les souvenirs. Enfant "ânaturelleâ", pauvre, solitaire, ostracisée, elle a découvert la danse interdite aux femmes en imitant des animaux, le vent dans les branches, les remous du lac...
Elle a fugué, est devenue danseuse dans un faux temple voué aux ébats de riches débauchés, s'est faite moniale pour suivre son amie d'enfance, puis, défroquée, s'est lancée dans une brillante carrière de danseuse. Avant de se retirer dans l'anonymat, elle vient saluer une dernière fois le vieux Maître dont les jours sont comptés. Roman d'aventure, de quête intérieure et de réflexion. Sur l'art, l'authenticité et ses dévoiements, la sexualité humaine, la spiritualité, l'emprise délétère des religions et des systèmes de pensée, l'inévitable sclérose de toute institution, la relativité de toute morale...
Adam est un auteur qui ne se place ni au centre ni devant le monde, il se poste en bordure de celui-ci, comme on s'aventure au bord d'un gouffre, au risque d'y choir [...] [Il] fait à tout moment ressortir cette violence latente qui sous-tend la vie quotidienne [...] [une] attention sans complaisance, [une] objectivité sans froideur... (Jacques De Decker, Le Soir.)


Willy Lefèvre s'entretient avec Gérard Adam à propos de son roman Le Maître du Mont Xîn © Production Willy Lefèvre

Les premières pages du livre
" Des ronces écartées révèlent une sente naturelle. Comme pour lui barrer le passage, une épine s'accroche à la robe de Soyindâ. Vingt pas encore jusqu'à la roche plate où le vieux cèdre se penche sur le lac. Elle se dégage et encourage Singhâ. La novice marque une hésitation, d'évidence elle ignore ce lieu, puis se faufile à sa suite. Sur une branche ployée en dais, une alouette les accueille, gorge rousse et plumage d'argent.
Tant d'arbres ont jalonné sa voie. Le grand pîpàllâ de Melgôr, l'arbre-à-savoir de Tawana et Flor, la glycine de l'Hacienda Ramos, les avocatiers du Convento. Et tant d'oiseaux, les passereaux de la vallée supérieure, le souimanga de Tyran, le colibri de sa terrasse, dont la disparition a préfiguré la débâcle... Émanations de ce vieux cèdre et de son alouette, dont la descendante, éperdument, la salue de son trille.

Comme à cet appel, une flèche de nacre fend la masse opaque des monts Karâm et Fu-tôg. Un trait fuse dans la pointe du V qui les sépare, semblable à ces cavaliers dont la fougueuse avant-garde annonçait jadis au peuple de Bâ-tan que lui venait le Prince d'Airain.

Les monts peu à peu se découpent. Entre eux paraît l'éblouissante voussure que les deux femmes, leur fardeau posé, accueillent paupières closes, bras ouverts, paumes tournées vers l'astre. En contrebas sonnent les cloches. Les tuiles chatoient, une poudre d'argent essaime à la surface du lac.

Dans une fine brise aux senteurs balsamiques, la vallée sort de l'ombre.

Soyindâ peine à reconnaître. La Demeure converse a disparu, de même que la maison de Sathô et la masure qu'il leur concédait, accrochée à son flanc comme une verrue. À leur place, des cubes de béton. D'autres écrasent les habitations polychromes et leur foison de paraboles, envahissent les rives, grignotent les cultures potagères et les orges dorées. Seuls leur résistent au pied des monts la forêt de bambous et le vert luxuriant des plantations de thé.

Les plus grands, aux lisières du bourg, cachent des manufactures où les enfants de Bâ-tan s'usent les yeux et voûtent le dos à fignoler de leurs doigts lestes ces futilités dont " là-bas " est avide, grommelait hier dans l'autocar sa voisine de banquette.

Depuis la nuit des temps, sitôt qu'ils tiennent debout, les rejetons pauvres de Bâ-tan participent au labeur, y acquérant force, habileté, courage. Mais plus rien n'est pareil, se lamentait la femme, ils minent aujourd'hui leur vie à gagner le riz qu'apportent les camions et qui a supplanté notre fungwa d'orge...

Pauvre parmi les pauvres, Soyindâ n'y a pas échappé. Dès qu'elle l'a vue ferme sur ses petites jambes, sa mère ne l'a plus prise aux plantations de thé où les bébés restaient emmaillotés à même le sol. Elle a mené paître leurs deux chèvres, Sauvageonne et la Douce, inestimables présents de Sathô, seul homme de sa maisonnée, entouré de cinq sœurs et nièces. Elle les attelait à une charrette abandonnée que le presque vieillard avait rafistolée pour elle. Au-delà des potagers, elle attachait ses bêtes à un arbre et coupait des joncs dans les criques du lac. Sa besogne achevée, elle dansait, dansait, à voler par-dessus les cimes, à se dissoudre dans la lumière. Quand elle revenait de ce côté du monde, elle reprenait souffle en serrant les chèvres dans ses bras, puis les réattelait et ramenait à la nuit tombante le produit de son labeur, emplie d'une sensation exquise dont elle ne savait pas qu'elle s'appelait solitude.

La danse - un mot qu'elle ignorait - l'a saisie un matin d'été, pour autant qu'il y ait des saisons à Bâ-tan, vallée des Cinq Printemps. Le nez dans l'herbe de la rive, elle débusque un grillon qui, percevant l'intruse, réintègre son trou. Elle reste sans bouger, souffle en suspens. Deux antennes pointent. La tête émerge, puis le corps. La petite bête fait volte-face, présente un croupion qu'elle se met à tortiller. La fillette retient son fou rire. Deux élytres alors se déploient, le cri-cri emplit l'air chargé de senteurs âcres. Traversée d'une joie fulgurante, l'enfant se redresse pour, frénétique, piétiner l'herbe, dandinant son popotin, faisant voleter sa jupette, mimant des lèvres et de la langue. Tellement à son jeu qu'elle ne voit pas s'approcher Korâkh, le petit-neveu de Sathô. Elle revient à elle en entendant ses quolibets, Hou l'ardiyâ, hou la gourgandine ! Il la singe à dix pas, les yeux dardés. Puis il fait mine de baisser sa culotte. Elle se met à hurler. On accourt. Le garnement s'enfuit.

Elle en retient que reproduire l'activité d'un insecte est source d'un bonheur répréhensible. Elle ignore avoir dansé, la langue de Bâ-tan ne connaît pas ce terme et l'unique spectacle qui en tient lieu, le nan-gô, est réservé aux mâles.

Dès lors, bravant les récits qui les peuplent d'êtres maléfiques, la fillette s'imposera de longues marches vers les criques envasées en amont des orges, là où les joncs croissent dru. Et Sauvageonne comme la Douce traîneront leur fardeau sans jamais rechigner. Loin de tout regard, elle se coulera dans chaque bête aperçue, filant dans le ciel, fondue aux vents, bras déployés, poitrine gonflée, chevelure affolée, se glissera dans les craquelures de la terre, la dureté de la roche, le friselis des vagues, le bruissement des feuilles, les festons de lumière qui nimbent les nues.

Au printemps suivant, par une aube où le soleil filtre à travers une mousseline de brume, un spectacle étonnant l'accueille. De partout, pris de folie, surgissent des crapauds qui s'agglutinent, se grimpent sur le râble, tentent de s'en faire choir et repartent à l'assaut. La masse grouille en direction du lac où elle s'immerge.

Elle n'aime pas ces animaux gluants et balourds, au contraire des grenouilles dont les bonds déliés l'inspirent. Allongée sur la rive, elle observe avec fascination autant que répugnance le monstrueux accouplement, grappes de mâles sur une seule femelle, âpres batailles pour déloger celui qui parvient à la chevaucher. Celle-ci s'abandonne, cuisses ouvertes, pattes avant battant l'eau avec mollesse.

Un déclic propulse la fillette. Elle se courbe et se met, avec un frisson inconnu, à les imiter, interminablement, jusqu'à ce qu'épuisée elle s'abatte sur la berge et sombre dans un sommeil peuplé d'étranges sensations. À son réveil, les crapauds ont disparu. Subsistent de troubles réminiscences.

Elle a six ans quand sa mère la surprend dans ses jeux au retour de la plantation où elle cueille le thé blanc pour un riche propriétaire de Melgôr. Elle la morigène, ce sont là tentations de puissances malveillantes qui possèdent l'esprit des filles afin de les emporter dans leurs grottes et les transformer en ardiyâ, qui envoûtent les hommes, les arrachent à leur foyer. Si la petite n'a pas de père, c'est que l'une de ces démones l'a entraîné avant qu'il ait pu épouser la femme qu'il avait séduite.

Ardiyâ ! Le terme employé par Korâkh, avec celui de gourgandine, quand il l'avait surprise à imiter le grillon !

Soyindâ se mure en elle-même. Et sa mère, désespérée, comprend que menaces et supplications seront vaines, que sa fille porte dans son sang la tare paternelle. Qu'y faire ? La cueillette du thé rapporte à peine de quoi se cuire une crêpe d'orge ou de la fungwa, jeter un piment dans une poêlée de fèves. Sans mari, si l'on veut boire un bol de lait ou compléter le repas d'une cuiller de caillé, il faut bien couper des joncs et mener paître les chèvres.

Le chant sacré s'élève tandis que sonnent les cloches. Conduite par Mâa Yarmâ, la file des moniales franchit le portail du temple et ondule à flanc de mont vers le monastère des hommes, sur l'autre face de la saillie rocheuse. On est veille de pleine lune. Tout le jour, ils et elles vont chanter, puis méditer la nuit entière. Et à la prochaine aube, par la Sublime Communion, pour que l'univers soit en ordre, fusionneront les essences mâle et femelle.

Il en va de même à chaque lunaison, de l'équinoxe au solstice. Et du solstice à l'équinoxe, les moines feront la route inverse.

Au moins, cela n'a pas changé. Sinon que la file est moins longue.

Beaucoup moins longue...

Soyindâ, ces jours-là, quittait la masure aux dernières étoiles. Chaque bras au cou d'une chèvre, elle suivait la pérégrination des moines en toge grenat ou des moniales en robe safran, une fleur d'hibiscus piquée dans leurs cheveux. Elle tremblait d'exaltation devant les mystères interdits. Et quand se refermait le portail, la danse la saisissait.

Ainsi, par un de ces matins, le plus limpide que Bâ-tan ait vécu, elle s'harmonise au chant et au tintement des cloches. Les oiseaux pétrifiés d'harmonie retiennent leur gazouillis.

Quand elle reprend haleine, une fillette inconnue la contemple.

Entre Yarmâ et Soyindâ, l'amitié jaillit comme source du roc.

Les néons cessent de clignoter aux abords de l'ex-caravansérail mué en gare routière. Une moto fracasse le charme, un camion klaxonne, l'autocar pour Melgôr s'ébranle en pétaradant. Les enfants, jupe ou short marine, chemise blanche et cartable au dos, convergent vers le cube qui a remplacé la Demeure converse où vivaient moines et moniales qui avaient failli à la maîtrise du corps ou au détachement du cœur. Leur communauté cultivait des champs qui approvisionnaient les deux monastères, s'adonnait à l'artisanat et veillait sur la progéniture dont la survenue les avait menés là. Elle y tenait aussi un lazaret, enseignait lecture, écriture et calcul aux rejetons des familles aisées, garçons un jour et rares filles le lendemain. Yarmâ en faisait partie, Soyindâ n'avait pas cette chance. Mais lorsqu'elles se retrouvaient, son amie lui transmettait ce qu'elle savait et apprenait d'elle à danser.

La Demeure menaçait ruine, expliquait hier Mâa Yarmâ, devenue supérieure, Tara-Mâa, du monastère des femmes, quand Soyindâ lui a exposé son vœu de monter saluer le Maître avant de disparaître à jamais sur sa route. De toute façon, converses et convers la désertaient, lassés de vivre dans un confort spartiate et les contraintes de la vie collective, et profitant de la levée, par le nouveau régime, de l'interdiction de quitter la vallée. Dans l'enfance des deux amies, quelques rares déjà parvenaient à s'enfuir, affrontant seuls pour gagner Melgôr la traversée périlleuse des montagnes. À présent, lettrés et habiles de leurs mains, ceux qui restent à Bâ-tan s'installent en couples ou petites communautés. Certains se font guides pour les touristes qu'allèche une foison de livres, des plus érudits aux plus farfelus, sur le culte du Mont Xîn. Les veilles de pleine lune, ils embarquent à Melgôr dans des pullmans climatisés pour découvrir la procession à l'aube, visitent le musée où l'on a transféré la frise de la façade et les sculptures de la Chambre secrète, déjeunent au bord du lac et s'en retournent, moisson faite de films et de photos. Des routards empruntent la ligne régulière, passent quelques nuits dans un des motels qui se sont multipliés, mais ne s'attardent guère après avoir constaté que rien dans le bourg n'évoque la tradition qu'ils sont venus chercher, hormis le Sanctuaire de la Sublime Communion, devant la gare routière, qui a remplacé la Maison de la Joie et où des gourgandines - ce vocable désuet qu'a choisi l'ethnologue Maud de Bareuil pour traduire le terme local désignant les prostituées - prétendent initier au rite.

On a installé les derniers convers dans un home de retraite et le nouveau régime leur a concédé une pension chiche en échange de l'antique édifice qu'il a fait abattre après en avoir sauvé les statues, pour ériger une école à sa place. Mâa Yarmâ ne contestait pas cette décision, encore moins qu'on ait rendu l'enseignement obligatoire, même si cette obligation reste lettre morte pour les familles pauvres dont le travail des enfants assure la survie. Elle déplorait par contre cette verrue au cœur de Bâ-tan. Il en allait de même pour toutes les constructions neuves, hôtel de ville, poste, gare routière, hôpital, musée, manufactures. Seules s'en distinguaient par leur kitsch les villas des hauts fonctionnaires et les résidences d'été que se faisaient bâtir sur les rives du lac les dirigeants de Melgôr enrichis par le commerce du thé.

Notre pauvreté n'était pas misère, a soupiré la Tara-Mâa. Ta mère n'avait pas le sou et la mienne jouissait d'une pension décente, mais nos vies ne différaient guère. Avant notre fugue à Melgôr, nous n'avions aucune idée de ce que signifiait l'opulence. Quand le Prince venait au printemps, son équipage et sa Cour appartenaient au domaine des légendes. Nous dansions, jouions de la flûte et nous sentions libres. Il aura fallu pour que je le comprenne que ce mot n'ait plus d'importance à mes yeux : nous étions heureuses.

Jadis, dans la vallée, on eût lapidé une femme séduite et abandonnée. Les mœurs s'étaient adoucies, mais on n'adressait pas la parole à la mère de Soyindâ. On la craignait, elle avait troublé l'ordre et tout chaos attire le malheur. Les commères boursouflées par les grossesses redoutaient que l'esseulée en mal d'amour tourne la tête à leur mari. D'autant que, dans son infortune, elle restait la plus belle femme du bourg. Les voisines interdisaient à Korâkh et aux autres de la maisonnée de jouer avec " la fille de l'ardiyâ ". Solitaire et heureuse de l'être jusqu'à la venue de Yarmâ, Soyindâ était à Bâ-tan l'unique enfant sans géniteur. Sitôt qu'elles surprenaient la présence de la fillette, les mégères d'à côté se taisaient avec des indignations de vieilles chattes délogées. Mais, par-dessus la palissade, la gamine grappillait des bribes de récit, perles qu'enfilait son imagination en une parure de reine.

Grâce à sa nouvelle amie, dont la maman raffolait des ragots, elle a su que Sathô était l'oncle de son père putatif. Les hautaines voisines se révélaient dès lors grand-mère, grand-tantes et tantes, le vaurien de Korâkh petit-cousin. Sathô avait longtemps été le maître du nan-gô, fonction honorée, bien rémunérée. Voué à sa passion, il ne s'était pas marié, mais il avait pris sous son aile son neveu, fils de son frère tôt disparu, qui avait hérité de ses dons. Il en avait fait l'étoile de la troupe et le préparait à lui succéder. Bien des femmes espéraient pour gendre cet homme de belle prestance, au visage avenant. La fille d'un modeste bourrelier, dont la mère était morte en couches, aussi jolie fût-elle, n'avait pu le séduire qu'à l'aide de sortilèges. Qui se sont retournés contre elle quand, épouvantable scandale, elle s'est retrouvée enceinte. Pressé par Sathô, le suborneur a promis de l'épouser.

À chaque équinoxe de printemps, le Prince rendait visite aux monastères du Mont Xîn, s'enquérant des besoins, ordonnant réparations et travaux d'entretien, agréant comme novices les postulantes et postulants admis durant l'année. Ses gens dressaient aux marges du bourg un camp de tentes à ses couleurs. Les autochtones l'y honoraient par un festin et un spectacle nan-gô. Cette année-là, après la prestation collective, le futur père avait exécuté seul une chorégraphie de son cru.

Le lendemain, quand la suite était repartie, on n'avait plus trouvé le jeune homme. Un cavalier de l'arrière-garde avait laissé entendre que le Prince l'avait prié de le suivre, lui promettant honneur et fortune à sa Cour. Un autre, qu'une suivante s'était éprise de lui et que le Prince avait agréé leur union.

Voilà pourquoi Sathô, honteux de la désertion de son neveu, avait cédé à la jeune fille cette ancienne remise où une converse l'avait accouchée. Pourquoi il avait offert les deux chèvres et parfois, en cachette, glissait à Soyindâ les seules friandises qu'ait connues son enfance. Nul n'avait revu le suborneur. Des caravaniers avaient colporté que le monarque d'Oulôr-Kasâa, en visite à Melgôr, l'avait tellement admiré qu'il avait prié son hôte de le laisser venir à sa propre Cour. Il y aurait trouvé la mort. On évoquait succès féminins, jalousie, poison.

Quant au bourrelier, il avait répudié sa fille scandaleuse et n'a jamais voulu voir sa petite-fille. Sans Yarmâ, Soyindâ n'aurait pas su que cet homme, qu'elle apercevait au marché de loin en loin, était son grand-père.

Près d'un an avant Soyindâ, Yarmâ était née à Melgôr. Un flûtiste de l'orchestre princier s'était épris d'une jeune fille de Bâ-tan pendant la visite annuelle, et le Prince avait accepté qu'elle le suive à la capitale. Yarmâ était le fruit de cette union. Elle avait huit ans lorsqu'une fièvre avait emporté son père. Sa mère était revenue dans sa vallée natale, vivre d'une pension trop maigre pour Melgôr, mais confortable ici. Yarmâ se sentait étrangère. Les dialectes différaient, ses compagnes à l'école de la Demeure converse riaient de son accent. Il lui eût fallu, pour être admise, faire bloc avec elles dans leurs engouements et leurs exclusions. Mais, d'avoir grandi au milieu d'artistes, elle exécrait la vulgarité. Le rejet de Soyindâ l'avait heurtée.

Elle venait de naître lorsqu'au printemps suivant la Cour était revenue à Bâ-tan. Longtemps après, son père exaltait encore la prestation merveilleuse d'un jeune homme. On n'avait jamais rien admiré de semblable, il ne s'agissait plus de nan-gô, on eût dit que le ciel, les monts, le lac se transfiguraient en lui. Après l'avoir gratifié, le Prince l'avait prié d'intégrer sa troupe et il avait fait route avec eux. Il n'était pas question de suivante. Yarmâ se souvenait confusément qu'un soir cet homme, devenu fameux, leur avait rendu visite. Elle conservait des réminiscences de son père jouant de la flûte et de l'invité dansant. Mais sa mère avait maintes fois évoqué cette visite et Yarmâ avait pu se construire ces images à partir des récits maternels. Ou ceux-ci les avaient-ils maintenues à fleur de mémoire ? L'hôte, en tout cas, n'était pas revenu.

Mais quand, dissimulée dans l'ombre d'un bosquet, elle avait admiré Soyindâ, les ravissements de ce lointain soir étaient remontés, de même que la mouvance d'un banc de poissons soulève la vase entre deux eaux.

Ainsi Soyindâ a-t-elle découvert que son jeu, dans la langue de Melgôr, s'appelait danse. "

Extraits
" Moins austère que ses deux vis-à-vis qui masquent au loin le Tara-Mayâm, point culminant et mont sacré de Melgôr, le Mont Xîn héberge le Maître qui, de son ermitage, veille sur l'harmonie de l'univers. Ses monastères, accrochés aux flancs d'un éperon et cachés l'un à l'autre, sont visibles de toute la cité dont leurs cloches rythment la vie. Ainsi, de sorte que moines et moniales s'ignorent, mais en permanence rayonnent sur le peuple, en décida jadis le Fondateur. Ainsi le confirma le Prince d'Airain qui vivait en ces temps de légende.
Le lac de Bâ-tan, étiré entre le Mont Xîn au couchant, les monts Karim et Fu-tôg au levant, a donc une berge profane et une sacrée. À hauteur de l'éperon les relie une passerelle qu'empruntent moines et moniales pour procéder aux rites.
Nul autre ne la franchit sans autorisation.
L'ethnologue Maud de Bareuil, lors de son premier séjour à Bâ-tan, a recueilli le récit fondateur transmis de génération en génération. Dans un ouvrage traduit en de multiples langues, elle a révélé au monde l'existence d'un culte sur le Mont Xîn, qui faisait de l'érotisme une voie spirituelle. " p. 18

" Soyindâ comprend que sa route, dès le départ, s'est écartée de celle que foulent la plupart des femmes de tous les continents. Elle dispose d'une absolue maîtrise de son corps, elle peut exprimer, par le geste et le mouvement, le plus infime frémissement de son être au sein de l'univers, mais des émotions les plus simples elle a tout à apprendre. " p. 264-265

" La danseuse cosmique s'est haussée au rang d'un art sacré universel", a célébré la critique. D'immenses foules, "sentant qu'une fêlure s'entrouvrait vers elles ne savaient quoi ", l'ont plébiscitée au point qu'elle a prolongé de deux ans l'habituelle tournée. Les plus grands noms de la danse ont exprimé leur admiration. Au journaliste qui lui demandait ce qu'il pensait de son ex-partenaire, Gil a déclaré que Madame Soyindâ était au-delà du stade où comprendre a un sens. Quelques sectes obnubilées par sa nudité ont vainement vitupéré. Vitupérations d'autant plus stupides que le corps féminin s'exhibait partout pour vendre n'importe quoi. " p. 505-506

À propos de l'auteur
Le Maître du Mont XînGérard Adam © Photo DR

Gérard Adam est né à Onhaye, petit village près de Dinant, le 1er janvier 1946 à 21 heures. Ce qui fait de lui "un capricorne ascendant lion".
Hanté par le monde dès ses premiers jeux d'enfant et la lecture de Tintin, il a l'opportunité de concrétiser ses rêves lorsque, avec sa mère et ses deux frères (un quatrième viendra compléter la famille par la suite), il rejoint au Congo son père qui bétonne le barrage de Zongo. Interne à Léopoldville, Gérard Adam est fasciné par un instituteur qui lit à ses élèves Romain Rolland. C'est à ce moment qu'il décide de sa vocation d'écrivain.
Malheureusement, une tuberculose de son père met fin à l'épisode colonial. Ses parents sont rapatriés pour trois ans de sanatorium. La famille dispersée, Gérard Adam vit à Beauraing, chez son grand-père qui a épousé en secondes noces une femme énergique et maternelle, qui comptera beaucoup pour lui. La famille se retrouve ensuite à Wandre, corons miniers, et des copains sont issus d'une immigration bigarrée.
Latin-mathématiques à l'Athénée d'Herstal où il est bon élève, ballotté entre les hypothénuses et les déclinaisons. Après les grèves de 60 (où il assiste en spectateur bouleversé à l'attaque de la grand-poste), son père perd son emploi de clicheur à La Wallonie et se recase comme ouvrier dans une petite entreprise métallurgique. Suite aux difficultés matérielles, Gérard Adam entre alors à l'École des Cadets, où, pour supporter la réclusion, (il) se plonge dans l'étude et lit dans le désordre tout ce qui lui passe sous les yeux. Premiers poèmes, enrobés d'un fatras d'adolescence. Pour une revue qu'il a lui-même fondée, La Pince à Linge, il écrit à une jeune fille dont il a lu un poème dans Le Soir; il rencontre ainsi sa future femme, la peintre et poétesse Monique Thomassettie. Candidatures en médecine accomplies à Liège pour le compte de l'armée. Mariage en 1967 puis doctorat à l'U.L.B.
En mai 1968, flirte avec la contestation. Vélléités d'écriture de plus en plus éphémères. Médecin militaire, il découvre que le mélange d'action et d'humanisme impliqué par cette profession ne lui convient pas trop mal: deux années en Allemagne, puis le Zaïre, Kitona, Kinshasa. Voyage en Amérique latine, Opération Kolwezi en 1978. Expériences intenses qui lui fourniront la matière de L'arbre blanc dans la forêt noire dont la rédaction s'étalera de 1978 à 1984. Une somme manuscrite de 850 pages élaguée et réduite finalement à 450 pages.
En 1979, il est muté à l'École Royale Militaire dont il deviendra le médecin-chef. Naissance d'une fille, Véronique, en 1980.
Parution à l'automne 1988 du premier roman, dans l'indifférence quasi générale, avant que l'ouvrage n'obtienne le prix NCR 1989. Après Le mess des officiers, recueil de nouvelles, les éditions de la Longue Vue abandonnent la fiction. Les livres suivants paraîtront chez Luce Wilquin éditrice : La lumière de l'archange est finaliste du prix Rossel 1993. Oostbrœk et Prométhée, une nouvelle du recueil Le chemin de Sainte-Eulaire est finaliste du Prix "Radio-France Internationale 1993" ... la semaine de la publication du livre, et doit donc être mise hors concours pour le tour final.
En 1994, Gérard Adam séjourne quatre mois et demi en Bosnie avec les Casques bleus. À la demande de Pierre Mertens, il publie son carnet de bord La chronique de Santici, puis des nouvelles inspirées par cette expérience La route est claire sur la Bosnie. Son roman Marco et Ngalula (1996) sera le premier d'une série d'une vingtaine de romans et recueils de nouvelles. Également traducteur du bosno-croate, Gérard Adam est titulaire de plusieurs prix littéraires et a obtenu le prix international Naji Naaman pour l'ensemble de son œuvre. Il préside aujourd'hui les éditions M.E.O.

Site internet de l'auteur
Page Wikipédia de l'auteur
Page Facebook de l'auteur
Compte LinkedIn de l'auteur

Maître Mont
Le Maître du Mont Xîn
Le Maître du Mont Xîn

Tags
#lemaitredumontxin #GerardAdam #editionsMEO #hcdahlem #roman #RentréeLittéraire2022 #litteraturefrancaise #litteraturecontemporaine #Belgique #VendrediLecture #RentreeLitteraire22 #rentreelitteraire #rentree2022 #RL2022 #RentreeLitteraire22 #livre #lecture #books #blog #littérature #auteurs #bloglitteraire #lecture #jaimelire #lecturedumoment #lire #bouquin #bouquiner #livresaddict #lectrice #lecteurs #livresque #lectureaddict #litterature #instalivre #livrestagram #unLivreunePage #writer #reading #bookoftheday #instabook #litterature #bookstagram #book #bookobsessed #bookshelf #booklover #bookaddict #reading #bibliophile #bookstagrammer #bookblogger #readersofinstagram #bookcommunity #reader #bloglitteraire #aupouvoirdesmots


wallpaper-1019588
Normal people de Sally Rooney
wallpaper-1019588
Parfum d’osmose
wallpaper-1019588
Parfum d’osmose
wallpaper-1019588
Marilou 1 - La magie de la campagne !