Tropiques toxiques : le scandale du chlordécone

Tropiques toxiques : le scandale du chlordécone

Tropiques toxiques : le scandale du chlordécone, de Jessica Oublié (scénario), Nicola Gobbi (dessin), Kathrine Avraam (couleur) et Vinciane Lebrun (photographie), Steinkis, « Les Escales », 2020, 240 pages.

L’histoire

La banane. L’un des principaux fleurons de l’économie des Antilles françaises, la Guadeloupe et la Martinique. Afin d’en assurer le rendement, un pesticide au nom particulier – le chlordécone – y a été utilisé très largement entre 1972 et 1993. Aujourd’hui, le cancer de la prostate s’y développe de façon exponentielle. Et la molécule est présente dans les corps des 800 000 personnes qui y vivent. Scandale environnemental ? Sanitaire ? Ou d’État ?

Les débats sur cette molécule passionnent et opposent régulièrement par voie de presse : politiques, producteurs de bananes, chercheurs, avocats et acteurs de la société civile. Si la question de la responsabilité doit encore être tranchée devant les tribunaux, les Antillais doivent eux résoudre une question tout aussi essentielle : comment vivre dans un environnement à jamais pollué ?

⭐⭐⭐⭐⭐

Note : 5 sur 5.

Mon humble avis

Ce livre était dans ma liste depuis sa sortie me semble-t-il, depuis mon écoute de l’épisode « Antilles empoisonnées : le scandale du chlordécone » du podcast Kiffe ta race où Grace Ly et Rokhaya Diallo s’entretiennent avec l’autrice du livre, Jessica Oublié. Je pense que c’est d’ailleurs grâce à cet épisode que j’ai découvert ce scandale et ses répercussions. Bref, avant même de le lire, Tropiques toxiques et son autrice avaient déjà été une mine de savoir pour moi ! Je n’ai donc pas hésité une seule seconde en le voyant dans la liste des livres disponibles pour la dernière Masse critique de Babelio. Et je remercie à la fois Babelio et les éditions Steinkis pour l’envoi de cette bande dessinée en échange d’une chronique honnête.

Tropiques toxiques retrace l’enquête que Jessica Oublié a menée à propos du chlordécone après avoir découvert l’effet qu’il a eu en Martinique. Mais pour bien comprendre l’étendu du problème et toutes ses implications, il est nécessaire de comprendre comment et pourquoi il a été utilisé. Pour cela, il faut savoir comment la culture de la banane, qui a fait l’objet de traitement au chlordécone, s’est imposée en Martinique. Cette bande dessinée documentaire est donc incroyablement complète et riche : plutôt que de traiter le sujet rapidement ou en surface, elle fait un état des lieux complet de la situation politique, historique et géographique de la Martinique et des Antilles. En effet, cet empoisonnement au chlordécone est ancré dans une logique capitaliste et un historique colonial qui est malheureusement loin d’être révolu.

Ce documentaire est dense car il met en scène l’intervention de divers spécialistes : histoire, chimie, géographie, sciences politiques, personnel de santé, etc. en plus de très nombreuses personnes vivant dans leur chair cet empoisonnement sur place. Jessica Oublié relate ainsi les différents échanges qui lui ont permis de mieux comprendre le situation, ainsi que les différentes lectures et recherches qu’elle a effectuées. Ainsi, elle nous amène à regarder bien plus loin que la Martinique : en France métropolitaine évidemment mais aussi au niveau de l’Union Européenne, et du contexte global avec notamment les États-Unis, pour mieux comprendre comment et pourquoi le chlordécone a autant été utilisé. Malgré la densité des échanges représentés, les mises en scène parviennent à rendre la lecture dynamique, comme ce match de tennis qui relate les auditions de la commission d’enquête parlementaire sur l’utilisation du chlordécone et du paraquat, où les différents intervenants se renvoient littéralement la balle… Un grand bravo donc aux personnes derrière le dessin, la couleur et les photos utilisées pour donner corps aux témoignant⋅es : Nicola Gobbi, Kathrine Avraam et Vinciane Lebrun.

La bande dessinée utilise la réalité augmentée avec ARGOplay : certaines pages peuvent être scannées avec l’application afin de faire apparaître divers documents auxquels il est fait référence : coupure de journaux, vidéo de JT télévisé, couverture de livres, etc. Si l’idée n’est pas mauvaise… dans la pratique c’est difficilement utilisable, surtout sur la quantité de pages concernées. Personnellement je n’ai jamais réussi à lancer une vidéo et la coupure de journal que j’ai vue était difficilement lisible. J’aurai préféré un simple QR code (voire même un lien) vers une bibliographie en ligne qui permette de retrouver toutes les références disponibles sur le web d’un seul clic. J’ai l’impression que ça illustre un des problèmes de l’édition numérique, quand les éditeurs veulent faire des choses un peu grandioses ou impressionnantes mais qu’au final, elles sont difficilement utilisables et assez « gadget ».

Mais cela n’enlève en rien à la BD et au contraire, montre que celle-ci peut se suffire à elle-même sans aucun problème, nul besoin de réalité augmentée. Je recommande très vivement sa lecture afin de s’informer, d’autant que le chlordécone ne sera pas le seul scandale sanitaire et qu’il faut lutter pour que ces situations ne se reproduisent plus. En tous cas, je vais garder précieusement Tropiques toxiques dans ma bibliothèque pour pouvoir le relire à l’occasion (il y a tellement de choses que c’est dur de tout intégrer en une seule lecture) mais aussi le prêter autour de moi autant que possible.

Pour information, en juin 2022 le tribunal administratif de Paris a reconnu l’État coupable de « négligences fautives » dans le scandale du chlordécone, mais rejeté les demandes d’indemnisation des victimes…


wallpaper-1019588
A walk through hell : une promenade en enfer chez black river
wallpaper-1019588
Audiolivre : Le bal des folles - Victoria Mas ****
wallpaper-1019588
Sortie de la semaine
wallpaper-1019588
La rentrée littéraire 2022 des polars