Eloge de la séduction

En deux mots:
Voilà des décennies que le machisme ordinaire fait des ravages, avec en point d'orgue, la suite des affaires #MeToo. Désormais, les relations hommes-femmes ressemblent à une guerre de tranchées. Alors, le temps est venu de demander conseil à Casanova pour retrouver une générosité complice, à égalité.

Ma note:
★★★★ (j'ai adoré)

Ma chronique:

Un essai revigorant et riche pour bien commencer 2022. Avec David Medioni, qui veut redonner ses lettres de noblesse à la séduction, je vous souhaite la plus belle des années 2022, sous le signe de la générosité, de la fraternité et de l'égalité.

"Et si, au fond, la séduction et l'érotisme tels que nous les entendons n'étaient rien d'autre qu'une générosité complice où l'on donne autant que l'on reçoit, où l'on partage et où l'on ouvre l'ensemble de ses sens? Pour ressentir ensemble." C'est la thèse défendue par David Medioni qui, après Être en train, nous offre cet essai qui fait le constat d'un dérangement des relations entre hommes et femmes qui soit se joue sur le rôle agressif, chacun des sexes défendant son pré carré et s'arc-boutant sur ses conquêtes, soit sur un nouvel ordre amoureux qui donne aux femmes, après #MeToo, le rôle de juge des règles autorisées en matière de séduction. Ce qui pour l'hétérosexuel commun est plutôt paralysant. Et ne parlons pas de la crise sanitaire venue compliquer encore davantage les choses.
Le constat ne date pourtant pas d'hier. Déjà, il y a des décennies on vilipendait Romain Gary lorsqu'il affirmait que "le drame des hommes et des femmes, en dehors des situations d'amour, en dehors des situations d'attachement profond, est une sorte d'absence de fraternité. Tout cela est dû à des siècles et des siècles de préjugés qui font que l'homme doit conserver son image virile et supérieure, la femme son image féminine, douce et soumise et que finalement, l'égalité dans l'explication franche, ouverte et libre (y compris dans les questions sexuelles) est un tabou."
En critiquant cette "intoxication, cette infection virile" qui n'a que très peu de rapports authentiques avec la virilité ou ce qu'elle est réellement, le romancier était dans le vrai. On ne l'a pas écouté. Alors David Medioni, qui cherche à "tracer les lignes d'une masculinité pour le XXIe siècle a l'idée de partir pour Venise afin d'y rencontrer un maître en matière de séduction, le grand Casanova. Et le miracle se produit, assis dans une trattoria, il peut deviser avec l'auteur d'Histoire de ma vie, manuel inspirant pour tout séducteur et lui exposer son projet, "réinventer l'homme, pris dans un étau entre la performance patriarcale qui incombe - qu'on le veuille ou non - à chacun des hommes, et le nécessaire accueil des femmes dans l'égalité, C'est maintenant. Ou jamais."
Après un instant de sidération devant l'état des relations entre hommes et femmes aujourd'hui, le Vénitien ne tarde pas à reprendre la main et à donner raison à son interlocuteur, fervent amateur du badinage et même de l'amour galant. Car il s'agit bien plus d'avancer ensemble, de se découvrir dans un respect mutuel que de conquérir. La séduction n'est pas une bataille, mais un subtil besoin de découvrir l'autre, quitte à se découvrir soi-même. Reste la délicate question de la sexualité. Que David et son interlocuteur cernent, notamment avec les femmes et les réflexions de Belinda Cannone Belinda, Amandine Dhée, Anne Dufourmantelle ou encore Delphine Horvilleur (voir à ce propos la bibliographie éclairante ci-dessous).
"Recentrons nous. Ce que j'avançais était qu'en plus de se transformer en érotisme au moment où elle entre dans le champ charnel, la séduction mute aussi en une curiosité complice et égalitaire des deux êtres humains concernés. Toujours entre deux partenaires de jeux. C'est ainsi que la sexualité érotique, faite de séduction, de complicité et d'égalité, est peut-être le plus grand champ des possibles qui soit et, par la même occasion, un terreau fertile d'élaboration d'un nouvel ordre social où l'homme et la femme, suite aux jeux qu'ils ont explorés et auxquels ils ont gagné ensemble, trônent désormais sur le pied d'égalité le plus parfait."
Joli programme pour 2022!
Je vous souhaite à tous qui me faites l'honneur de me lire, de pouvoir partager la même émotion que Maria Casarès s'adressant à Albert Camus: "nous nous sommes rencontrés, nous nous sommes reconnus, nous nous sommes abandonnés l'un à l'autre, nous avons réussi un amour brûlant de cristal pur, te rends-tu compte de notre bonheur et de ce qui nous a été donné?"

Bibliographie proposée par l'auteur
Breton André, L'Amour fou, Paris, Gallimard, 1937. Camus Albert, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 2008.
Camus Albert, Casarès Maria, Correspondance (1944-1959), Paris, Gallimard, 2017.
Cannone Belinda, Petit éloge du désir, Paris, Gallimard, 2013.
Cannone Belinda, S'émerveiller, Paris, Stock, 2017.
Cannone Belinda, Le Nouveau Nom de l'amour, Paris, Stock, 2020.
Casanova Jacques, Histoire de ma vie, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 2015.
Char René, La Parole en archipel, Paris, Gallimard, 1962.
De Luca Erri, Impossible, Paris, Gallimard, 2020.
Dhée Amandine, À mains nues, Bègles, Le Castor Astral, 2020.
Dufourmantelle Anne, Blind date. Sexe et philosophie, Paris, Calmann-Lévy, 2003.
Dufourmantelle Anne, Éloge du risque, Paris, Payot et Rivages, 2011.
Dufourmantelle Anne, Puissance de la douceur, Paris, Payot et Rivages, 2013.
Emmanuelle Camille, Sexpowerment. Quand le sexe libère la femme et l'homme, Paris, Anne Carrière, 2016.
Flem Lydia, Casanova, l'homme qui aimait vraiment les femmes, Paris, Seuil, 2011.
Horvilleur Delphine, En tenue d'Ève. Féminin, pudeur et judaïsme, Paris, Grasset, 2013.
Kundera Milan, L'Insoutenable Légèreté de l'être, Paris, Gallimard, 1984.
Le Tellier Hervé, Assez parlé d'amour, Paris, JC Lattès, 2009.
Lipovetsky Gilles, Plaire et toucher. Essai sur la société de séduction, Paris, Gallimard, 2017.
Marcuse Herbert, Éros et civilisation, Paris, Minuit, 1955.
Mitterrand François, Lettres à Anne (1962-1995), Paris, Gallimard, 2016.
Nin Anaïs, La Séduction du Minotaure, Paris, Stock, 1958.
Nin Anaïs, Vénus Erotica, Paris, Le Livre de Poche, 1978.
Page Martin, Au-delà de la pénétration, Paris, Le Nouvel Attila, 2019.
Pépin Charles, La Rencontre. Une philosophie, Paris, Allary, 2021.
Sapienza Goliarda, L'Art de la joie, Paris, Viviane Hamy, 2005.
Sollers Philippe, Casanova l'admirable, Paris, Plon, 1998.
Thomas Chantal, Casanova. Un voyage libertin, Paris, Denoël, 1985,
Zeldin Théodore, De la conversation. Comment parler peut changer votre vie, Paris, Fayard, 2013.
Toute l'œuvre de Romain Gary, publiée chez Gallimard.

Éloge de la séduction
David Medioni
Éditions de L'Aube
Essai
160 p., 17 €
EAN 9782815943840
Paru le 3/12/2022

Ce qu'en dit l'éditeur
" Je vous écris de chez ces hommes qui se sont mis à douter, à s'interroger et à se dire qu'un changement était souhaitable. Je vous écris de chez ces hommes qui s'étonnèrent qu'aucun d'entre eux ne vienne prendre la parole et porter une voix aux côtés des femmes qui révélaient alors ce qu'elles avaient subi ou subissaient encore. Je vous écris de chez ces hommes qui exprimèrent alors la volonté et l'envie de se battre ensemble, femmes et hommes. Pour inventer du nouveau. [...] Par où commencer ce que l'on pourrait appeler un chemin de désir, une construction intime, voire la création d'un "mâle" ? "
Dans ce vif essai, David Medioni déconstruit la virilité, brosse les contours d'une séduction égalitaire entre les sexes et rêve de générosité.

Les premières pages du livre
" Introduction
Lettre d'un homme un peu perdu
Je suis un homme hétérosexuel de 41 ans. Je vous écris de chez les lourds, les porcs, les connards, les dragueurs, les manspreaders, les harceleurs, les lâches, les qui " ne rappellent pas après une nuit de sexe ", les qui ne se " rendent même pas compte que leur conception du monde est profondément machiste et genrée ", les mariés qui cachent leurs alliances, les visionneurs de YouPorn, les peine-à-jouir, les deux minutes douche comprise, les qui " s'endorment après l'amour ", les " qui se barrent au milieu de la nuit ", les qui " ont fait des listes de leurs nanas avec les copains ", les qui ne voient pas bien pourquoi c'est choquant de tenir la porte à une femme ou de lui proposer de porter sa valise, les qui ne trouvent pas choquant de dire " Mademoiselle " à une femme qui n'est pas mariée, les qui ont enterré leur vie de garçon avec une strip-teaseuse... Je vous écris de chez les hommes. De chez ces collabos du patriarcat qui oppresse les femmes. De chez ces hommes dont il ne faut plus " lire les livres ", " regarder les films ", " écouter les chansons ", et qu'il conviendrait de " détester ", voire " d'éliminer ".

Ça ne fait pas rêver. Et pourtant, convenons-en, si la barque est aussi chargée, c'est bien que quelque chose cloche. Profondément, intensément, structurellement. Un portrait ne peut pas être aussi négatif sans être basé sur des faits tangibles, sur un ras-le-bol, sur une souffrance intense, sur une forme de sentiment d'impuissance face au mur du patriarcat tellement consubstantiel à notre société que l'on ne le voit plus. Ce portrait, celui que certaines font des hommes, est légitime, nécessaire, mérité parfois, indispensable pour réinventer nos rapports. Pour qu'ils soient plus égalitaires, plus universels. Et pourtant, faut-il qu'il soit aussi violent, aussi peu nuancé, aussi à charge ?

Je vous écris aussi de chez les hommes qui ont ressenti un profond sentiment de sidération devant l'ampleur de la libération de la parole qu'a été le mouvement #MeToo. Dans cette sidération, il y avait à la fois le sentiment d'avoir peut-être été un jour le " porc " en étant un peu trop insistant dans la drague ; il y avait aussi le sentiment d'avoir été sourd, aveugle, et d'avoir profité allègrement et inconsciemment d'un privilège uniquement basé sur le sexe. Il y avait également l'interrogation de savoir si nos mères, nos femmes, nos sœurs, nos filles étaient elles aussi victimes de tout ce que #MeToo révélait. Je vous écris de chez ces hommes qui se sont mis à douter, à s'interroger et à se dire qu'un changement était souhaitable. Je vous écris de chez ces hommes qui s'étonnèrent qu'aucun d'entre eux ne vienne prendre la parole et porter une voix aux côtés des femmes qui révélaient alors ce qu'elles avaient subi ou subissaient encore. Je vous écris de chez ces hommes qui exprimèrent alors la volonté et l'envie de se battre ensemble, femmes et hommes. Pour inventer du nouveau. Je vous écris de chez ces hommes qui pensent qu'il faut encourager les colleuses d'affiches qui rappellent le massacre dont sont victimes les femmes, et qu'il convient aussi de ne plus jamais taire cette violence et lutter contre ceux qui voudraient le faire.
Je vous écris de chez ces hommes qui ont sincèrement cru que la déflagration serait telle qu'elle nous amènerait - collectivement - à construire de concert. Mais ce ne fut pas le cas. Les hommes ne furent globalement pas au rendez-vous. Se terrant dans le silence, se demandant comment agir, ou pis, critiquant la façon dont la parole s'exprimait. Puis, les fronts se divisèrent. Pour ou contre le " droit d'importuner ". Tu ne peux pas parler, toi, " actrice bourgeoise " tu es " has-been ", tu marques un but contre ton camp. Tu en as bien profité de l'époque, alors ne " viens pas maintenant salir notre combat et ce pourquoi nous nous battons ". Et toi, l'homme, tu restes un ennemi. Tu continues de nous oppresser, de ne pas comprendre, de nous payer 25 % de moins à compétences égales. Tu continues de ne pas vouloir que nous puissions accéder à la même visibilité dans l'espace public. Tu nous infliges des Polanski, des Darmanin, des " Ligue du LOL ", etc. Tu nous agaces avec ton male gaze ou tes porte-parole " masculinistes " qui viennent nous expliquer que nous sommes en train de vous " castrer ".

Je vous écris de chez les hommes qui ont vu ce débat passer d'un mouvement de société puissant, joyeux, nécessaire, indispensable, salutaire - pour les hommes comme pour les femmes - à une guerre de tranchées. Celle des féministes pro-sexe contre les autres, celles des intersectionnelles essentialistes contre les universalistes et celle, surtout, des femmes contre les hommes, alors tous mis dans le même sac.

C'est ainsi que nous en sommes arrivés à voir un homme barbu demander à un animateur télé qui lui donnait du " Monsieur " : " qui vous dit que je suis un homme ? ". C'est ainsi que l'on en est venu à lire des chroniques intitulées, dans des médias sérieux, " L'hétérosexualité est dangereuse1 ", à voir émerger des " lieux de débats ou des médias qui s'affirment non mixtes ", ouverts seulement aux femmes. C'est ainsi que lors d'un débat nauséabond sur la possibilité ou non d'adopter ou d'avoir des enfants pour un couple de lesbiennes on a pu entendre les propos suivants : " j'aimerais que l'on revienne sur la question de la référence paternelle. On peut arrêter deux minutes avec ça ? J'aimerais que l'on m'explique pourquoi il faut avoir une référence paternelle. Vous voulez faire sortir un peu des études sur le rôle des pères dans la société dans le monde entier ? Moi, j'attends hein, parce que personnellement, en tant que femme, ne pas avoir de mari m'expose plutôt à ne pas être violée, à ne pas être tuée, à ne pas être tabassée, et ça évite que mes enfants le soient aussi. " Ces mots sont terribles, caricaturaux certainement. Certes, ils viennent contredire des propos lamentables sur le fait que sans père, un enfant ne pourrait pas grandir normalement - les exemples inverses sont légion et ce n'est pas exactement le débat ici -, mais en les écoutant et en les réécoutant, une chose frappe : pourquoi ce ton guerrier, martial, péremptoire et définitif ?

Des mots et une tonalité qui font désormais partie de tout un discours militant qui n'a qu'un seul objectif : faire émerger un affrontement. Sinon, pourquoi n'est-il pas rare d'entendre des appels à l'élimination des hommes ? Pourquoi n'est-il pas rare de lire que l'imaginaire des hommes aurait conquis l'esprit des femmes ? "

Extraits
" Esprit de séduction et esprit critique, voilà deux outils que Casanova possède et qui nous seront certainement utiles pour interroger tous les dogmatismes d'aujourd'hui. Ils seront aussi un moyen pour tracer les lignes d'une masculinité pour le XXIe siècle, qui peut peut-être s'inspirer de la masculinité "casanovienne". Loin des schémas de la virilité de vestiaire, mais aussi loin des caricatures de l'homme comme ennemi. "Il faut réinventer l'amour", scandait Rimbaud. En le paraphrasant, disons qu'aujourd'hui, il faut réinventer l'homme, pris dans un étau entre la performance patriarcale qui incombe - qu'on le veuille ou non - à chacun des hommes, et le nécessaire accueil des femmes dans l'égalité, C'est maintenant. Ou jamais.
Et en général, pour se réinventer, il faut revenir aux racines. Non pas aux racines romaines, mais aux racines vénitiennes. Aux racines qui viennent du passé mais tendent clairement vers l'avenir.
Entre donc ici Casanova, avec ton cortège de mots, de sens, d'aventures. " p. 29

" le drame des hommes et des femmes, en dehors des situations d'amour, en dehors des situations d'attachement profond, est une sorte d'absence de fraternité. Tout cela est dû à des siècles et des siècles de préjugés qui font que l'homme doit conserver son image virile et supérieure, la femme son image féminine, douce et soumise et que finalement, l'égalité dans l'explication franche, ouverte et libre (y compris dans les questions sexuelles) est un tabou. Au moment de la parution du livre, Romain Gary est vilipendé. On l'accuse même de porter atteinte à la virilité des hommes et de vouloir mettre à mal l'ordre social. Chancel lui en parle. Il précise encore sa pensée. "Je ne critique pas l'homme, je critique deux mille ans de civilisation qui font peser sur l'homme une hypothèse de fausse virilité qui pèse sur la société et qui est catastrophique. Cette intoxication, cette infection virile, n'a que très peu de rapports authentiques avec la virilité ou ce qu'elle est réellement. " p. 44-45

" Recentrons nous. Ce que j'avançais était qu'en plus de se transformer en érotisme au moment où elle entre dans le champ charnel, la séduction mute aussi en une curiosité complice et égalitaire des deux êtres humains concernés. Toujours entre deux partenaires de jeux. C'est ainsi que la sexualité érotique, faite de séduction, de complicité et d'égalité, est peut-être le plus grand champ des possibles qui soit et, par la même occasion, un terreau fertile d'élaboration d'un nouvel ordre social où l'homme et la femme, suite aux jeux qu'ils ont explorés et auxquels ils ont gagné ensemble, trônent désormais sur le pied d'égalité le plus parfait. " p. 90

" Ovidie, si elle fait le procès de nos constructions érotiques et sexuelles, invite également chacune et chacun à l'interrogation et surtout à l'invention. Ainsi, elle rappelle aux hommes qu'il ne convient pas de " baiser tout seul ", mais elle demande aussi aux femmes de s'interroger sur la façon dont leurs fantasmes sont construits. Surtout, ce qui est passionnant dans tous ces ouvrages, c'est qu'ils ne sont jamais normatifs et, au contraire, ouvrent un grand éventail de possibilités et de discussions. En liberté et en égalité. Dans une curiosité complice et égalitaire. Dans une forme de réhabilitation de l'idée même de générosité. Et si, au fond, la séduction et l'érotisme tels que nous les entendons n'étaient rien d'autre qu'une générosité complice où l'on donne autant que l'on reçoit, où l'on partage et où l'on ouvre l'ensemble de ses sens? Pour ressentir ensemble. Plus globalement, ce que viennent souligner avec intelligence et humour ces ouvrages, c'est que cette libération salutaire des mots doit entraîner une nouvelle donne. Une nouvelle donne dans les mœurs de nos sociétés encore plombées par des siècles de patriarcat. " p. 100-101

" Je les imagine toujours s'écrire des mots d'amour. Comme ceux d'une irradiante certitude de Maria Casarès à Albert Camus: " nous nous sommes rencontrés, nous nous sommes reconnus, nous nous sommes abandonnés l'un à l'autre, nous avons réussi un amour brûlant de cristal pur, te rends-tu compte de notre bonheur et de ce qui nous a été donné? ". Camus et Casarès qui, eux aussi, choisissent la vie, la séduction, l'amour en parallèle. En addition. " p. 146

À propos de l'auteur
Eloge de la séductionDavid Medioni © Photo Anna Laillet

David Medioni est journaliste, fondateur et rédacteur en chef d' Ernest, qui lui a permis de rassembler ses deux passions, les livres et le journalisme. Celle des livres qu'il a cultivé très tôt en étant vendeur pendant ses études à la librairie la Griffe Noire. Après avoir bourlingué 13 ans durant dans les médias. À CB News, d'abord où il a rencontré Christian Blachas et appris son métier. Blachas lui a transmis deux mantras: "Ton sujet a l'air intéressant, mais c'est quoi ton titre?", et aussi: "Tu as vu qui aujourd'hui? Tu as des infos?". Le dernier mantra est plus festif: "Il y a toujours une bonne raison de faire un pot". David a également été rédacteur en chef d'Arrêt Sur images.net où il a aiguisé son sens de l'enquête, mais aussi l'approche économique du fonctionnement d'un média en ligne sur abonnement. (Source: Éditions de l'Aube / Ernest)

Site du magazine en ligne Ernest
Compte Twitter de l'auteur
Compte Linkedin de l'auteur
Page Facebook de l'auteur

Commandez le livre en ligne sur Amazon (il suffit de cliquer sur la couverture)
Eloge de la séduction

Eloge séduction
Eloge de la séduction
Eloge de la séduction

Tags
#elogedelaseduction #DavidMedioni #editionsdelaube #hcdahlem #essai #seduction #bonneannee2022 #litteraturefrancaise #litteraturecontemporaine #rentréedhiver #RentréeLittéraireJanvier2021 #rentreelitteraire #rentree2021 #RL2021 #livre #lecture #books #blog #littérature #bloglitteraire #livre #roman #lecture #jaimelire #lecturedumoment #lire #bouquin #bouquiner #livresaddict #lectrice #lecteurs #lecteurscom #bouquiner #livresque #auteur #jaimelire #lectureaddict #litterature #instalivre #livrestagram #unLivreunePage #writer #reading #bookoftheday #instabook #Bookstagram #Book #Bookobsessed #bookshelf #Booklover #Bookaddict


wallpaper-1019588
Campus : fraternité infernale chez les humanos
wallpaper-1019588
Rien nous appartient – Guillaume GUERAUD
wallpaper-1019588
"Service après-mort" d'Angélique Kateb
wallpaper-1019588
Hercule Poirot, tome 23 : Cinq petits cochons, Agatha Christie