Furies de Julie Ruocco

Furies de Julie Ruocco

Furies, Julie Ruocco, Actes sud, août 2021, 288 pages

Et si je commençais l'année en vous parlant d'un roman qui m'a bouleversée ?

Le printemps arabe, le printemps des révolutions arabes... on se souvient de cette vague de liberté déferlant sur le monde. Mais aujourd'hui qu'en reste-t-il ? Que sont devenues toutes ces femmes qui rêvaient d'un pays libre ? Aujourd'hui, il reste des pays meurtris où la guerre s'est installée, où les fous de Dieu ont pris le pouvoir, où les dictateurs en place ont exterminé leur peuple...

La Syrie, un pays en feu, un pays entre pouvoir corrompu, sanguinaire et Daech, avec sa noirceur, sa cruauté et son obsession du corps féminin qu'il veut cacher jusqu'à l'annihiler... La beauté du pays noyée dans la férocité des hommes.

Bérénice est à la recherche d'objets d'art du passé, Asim ensevelit les morts et distribue leurs noms à ceux qui peuvent les faire revivre dans un ailleurs plus humain. Ils ne se rencontrent pas tout de suite, et l'on commence par les suivre chacun dans leur pays, chacun dans leur famille...

C'est un premier roman mais tellement maitrisé dans la narration, dans l'art de conter une histoire tragique, qu'on a l'impression qu'il a été écrit par une auteure expérimentée.

J'ai ressenti à la lecture de ce texte une multiplicité d'émotions. De l'horreur à la tendresse, de la révolte à la compréhension, de l'envie de tuer à l'envie d'embrasser... Et notre impuissance, à nous qui avons eu la chance de naître sur le bon continent... Et dire qu'il y a des hommes et des femmes qui voudraient refuser l'hospitalité aux Syriens. Mais lisez, lisez ce genre de romans, lisez les documentaires, lisez les témoignages, lisez et éprouvez ne serait-ce qu'un peu d'empathie, de compréhension... Excusez-moi, je me suis laissé emporter...

Les mots de Julie Ruocco sont justes, elle allie la poésie au réalisme cru, elle mêle réflexion et romanesque. C'est un roman à mettre entre toutes les mains...

Un combat contre l'obscurantisme... une voix s'élève, écoutons-la...

C'est un roman qui ne nous laisse pas en repos, il s'y passe toujours quelque chose, et l'on craint pour les personnages, on les accompagne en fermant les yeux de crainte qu'ils ne tombent dans la nasse des tueurs, des égorgeurs. C'est un roman qui fait vibrer.

" Le paradis pouvait bien être un fantasme collectif mais chaque enfer était particulier, insaisissable par la langue. "

" Il n'y a que l'art pour sauver les hommes, l'art pour leur laver la langue et les yeux. "

" Elle avait gardé de sa formation d'archéologue l'habitude d'établir une relation entre le fragmentaire et le total, de comprendre à quel moment l'anecdote rejoignait l'universel et comment le chemin allait de l'une à l'autre. A la différence qu'aujourd'hui sa matière était vivante. "

" " Si elle mentionnait la révolution, sa révolution, ce n'était pas pour conquérir un État ou un territoire mais pour se libérer d'abord elle-même. Elle disait croire à cette flamme " liberté " qui brûle sans se consumer et éclaire sans ombres. "


wallpaper-1019588
Pomélo+Co, des soins naturels pour vos cheveux
wallpaper-1019588
Comics de la semaine : Nightwing #92, Power Rangers #19, et plus
wallpaper-1019588
La trilogie Angie s'achève de façon trépidante
wallpaper-1019588
Donald, le chevalier déjanté T1 (Ambrosio, Gatti, Pesce, L. et A. Pastrovicchio, Canglialosi) – Unique Heritage Editions – 9,95€