Le secret du vent, tome 3 : le temps des flammes (Mélanie De Coster)

 

Le secret du vent, tome 3 : le temps des flammes (Mélanie De Coster)

Auteur : Mélanie De Coster

Éditions : Auto-édité

Paru le : 18 aout 2021

219 pages

Thème : Fantastique


disponible sur Amazon

fait partie de la série

Le secret du vent


Ma note : 17/20 

 Résumé 

« Cléa joue avec le feu.
Ce n’est pourtant pas sa faute si ses adversaires préfèrent combattre plutôt que de renoncer. Ni si ses pouvoirs l’emmènent loin des siens. Elle veut juste accomplir sa mission : rassembler et protéger tous les sorciers. Mais y parviendra-t-elle toute seule ?
»  

 Ma chronique 

  Je remercie Mélanie pour l'envoi de ce troisième tome de sa série fantastique.
    La couverture est tout aussi belle, plus chatoyante que les deux premières, mais l'élément est différent. Celui qui fait que Cléa est également différente. Il s'agit du troisième tome de cette série et je dois dire que c'est de mieux en mieux ! 10 ans ont passé depuis le dernier tome et les enfants Cléa et Max sont devenus de véritables adultes avec des problèmes d'adultes et bien d'autres encore. Si vous n'avez pas lu les deux premiers, ne vous inquiétez pas, je vais rester évasive sur certains points. La magie est toujours à l’œuvre dans ce récit Cléa est devenue experte en feu (d'où le titre). Elle en cherche pas a affronter le mal sous la forme des sorcières qui veulent tuer les sorciers mâles, non, elle veut les sauver ces hommes qui sont tous frère en un sens. Un combat engagé depuis le tome 2 qui avait déjà eu des gouts bien amers pour certains personnages.     Cléa n'est pas revenue chez sa mère depuis dix ans, sur son île pour de nombreuses raisons. Il n'y a pas de rancœur entre elle, juste l'espoir de pouvoir se revoir, mais cette quête, ces sauvetages prennent du temps et son souffle également. La mort n'est pas le résultat final qu'elle veut, pourtant, parfois elle ne peut pas faire autrement et se retrouve avec des cendres à ses pieds. Durant cette expédition qui ne voit pas le bout, elle a dans son sillage, Aiken, un jeune homme qui est doué dans sa matière. Nous découvrons au fil des pages de nombreux sorciers qui ont tous un don particulier et ont appris à s'en servir grâce à Gwénaëlle, la mère de Cléa afin de pouvoir se défendre. Bon ou mauvais, les personnages de chaque clans sont sûrs d'eux : le fait d'être dans le bon côté. Et cela va engranger de nombreuses batailles et des plans des deux côtés. Nous ne suivons que Cléa et toute sa famille, mais nous comprenons que cela fait des années que tout le monde est sur le pied de guerre, près à défendre chèrement leurs peaux.     J'ai beaucoup aimé retrouver Gwénaëlle et Maël, ainsi que Max et Antonin. Les années ont passé sur la petite île et si les idées changent sur le continent, c'est extrêmement difficile pour ces quatre personnages d'être totalement serein. Les idées reçues, le fait de rester ancré dans la tête d'un vieux rabougri en quelque sorte. La magie est dangereuse, le fait d'être différent est dangereux, malsain et aimer une personne du même sexe : sacrilège ! Pour autant tous les quatre, même s'ils ne sont pas soudés, continuent de vivre en dehors des marges de cette société de l'ile qui les montre du doigt quand ils le peuvent. La peur est ancrée en eux. Si une tempête se lève, c'est à cause de Gwénaëlle, si les poissons ne sont pas dans le filet, pareil. Pourtant elle fait toujours aussi peur même après toutes ces années et après tous ce qu'elle a peu faire pour le bien de cette communauté. Les cris sont devenus des murmures, mais c'est chez elle et elle ne bougera pas.     Comme je l'ai indiqué plus haut, Cléa est différente, comme tous ceux que nous allons découvrir au fil des pages. Owen en est l'exemple parfait. Il est à la fois attachant et énervant, un peu bourreau des cœurs, un peu trop protecteur aussi, un peu jaloux parfois. Ce n'est pas mon personnage préféré, mais il dégage quelque chose qui fait qu'on ne peut pas le mettre de côté. Tout comme Aiken qui sait rester discret et pourtant est un pilier pour Cléa. Des rebondissements qui ne cessent de nous surprendre et le combat "final" qui une fois terminé ne nous laisse pas indifférent, surtout que cette bataille est à rallonge dans le bon sens du terme. Nous avons envie d'en avoir encore un peu plus. Les descriptions sont assez légères pour qu'un adolescent puisse découvrir l'histoire et assez mature pour les adultes. J'aime beaucoup retourner sur le continent et sur l'ile, les différences de caractère et de pensées sont vraiment différentes, un peu comme si nous retournions au temps du moyen-âge en quelque sorte.     Les personnages sont nombreux, mais nous restons sur le noyau commun : Max, Cléa, Gabrielle, Maël, Antonin, Aiken, Owen... Nous n'oublions pas Jordan qui s'est bien amusé des années auparavant et qui a donné une idée qui me trottait dans la tête depuis bien longtemps. Sauver les sorciers, oui, mais même si la quête semble terminée, elle ne l'est pas réellement : il reste encore de grandes choses à accomplir et Cléa est prête à cela. Ce combat ne se fera pas uniquement avec cette jeune femme, mais c'est toute une famille qui va se soulever ! La magie n'a pas fini de nous étonner comme elle a pu le faire dans cette histoire. En parlant de magie ou sorcellerie, l'auteur nous emmène dans son monde et nous la suivons allégrement sans nous dire que tout cela n'est qu'imaginaire. Les sorts qui aident à la guérison par les herbes existent déjà. C'est un mélange de connaissances que nous n'utilisons pas forcément, avec ces dons supplémentaires de chacun. Être un être à part, un humain sans ces connaissances peut porter à confusion et nous faire prendre conscience que nous ne sommes pas "normal". Le ressenti de Maël est justifié, même s'il n'aurait pas dû mentir.     En conclusion, la quête est entourée de magie, de sorciers et de sorcières, de liens d'amitié, de famille. Les émotions sont nombreuses et les combats ne nous permets pas de garder en vie tout le monde. Retrouver Max et Cléa en tant qu'adulte les a fait avancer, tout comme Maël et Gwénaëlle qui ont su continuer de vivre tout en aidant un maximum de gens. En terminant ce tome, cela m'a donné une envie de relire le premier, avec Gwénaëlle que j'ai lu il y a quelques années, afin de replonger dans la naissance de cette femme. J'ai hâte de découvrir la suite des aventures de cette famille hors-norme !

 Extrait choisi :  

« Dans sa quête pour trouver les enfants perdus de Jonas, elle avait rencontré quelques sorciers hostiles. Et s’était secrètement consolée d’avoir laissé leurs ennemies les éliminer. Mais la plupart d’entre eux avaient rejoint l’île de Sein, près de Gwenaëlle. Là, ils étaient protégés, personne ne pouvait les atteindre grâce aux pouvoirs sur les éléments de la sorcière. Gwenaëlle faisait plus encore, elle les formait à mieux utiliser leurs pouvoirs, à les employer pour le bien, surtout. La mère de Cléa remplissait sa tâche à la perfection. Même si cela impliquait que Cléa ne pouvait se résoudre à la retrouver. L’eau et le vent, maîtrisés par Gwenaëlle, étouffaient le feu de Cléa. Et elle se refusait à vivre à nouveau sans cette étincelle qui vibrait en elle. 
Une étincelle qui l’avertit du danger avant même que les premiers tirs de magie ne fusent contre la toile de tente. Cléa repoussa Aiken sur le côté. Le jet électrique, guidé par le son de l’harmonica, manqua sa cible. Aiken interrogea Cléa du regard. Leurs options se comptaient sur leurs deux mains : disparaître vers un autre horizon, grâce à la téléportation du jeune homme. Ou combattre. Lui choisissait toujours la première option. »

Le temps des flammes, tome 3 (Mélanie De Coster)


Partager via Gmail


wallpaper-1019588
"Camden, tome 1 : un murmure de voix" de Pauline Andréani
wallpaper-1019588
L’arbre généreux
wallpaper-1019588
Sorties de la semaine
wallpaper-1019588
Roussalki - Alexandre Page