Juillet et août 2021 : lectures et revue du web

Juillet et août 2021 : lectures et revue du webLe Palacret, Des livres et les mots, CC BY-NC-ND 4.0

Bilan des lectures de juillet et août

J’ai eu beaucoup de temps ces deux derniers mois, que je me suis employée à occuper par moult lectures. Je suis éternellement frustrée de ne pas pouvoir passer des journées entières à lire et j’ai enfin eu l’occasion de le faire, à plusieurs reprises.

En non fiction, j’ai lu Cause animale, luttes sociales dirigé par Roméo Bondon et Elias Boisjean qui recueille des essais et manifestes d’auteurs et autrices qui parlaient déjà de condition animale il y a plus de cent cinquante ans, en mettant cette dernière en parallèle avec l’anti-capitalisme. J’ai aussi lu Scum Manifesto de Valerie Solanas, depuis le temps que j’en entendais parler je voulais voir à quoi ressemblait ce manifeste misandre.

En poésie, j’ai profité d’une visite chez une amie pour lire Milk and honey de Rupi Kaur que j’ai absolument adoré et que j’achèterai pour pouvoir le relire et le prêter à mon tour. J’ai également lu le quatrième numéro de la revue de poésie Sœurs intitulé « Corps ».

Côté roman, j’ai lu Caresser le velours / Tipping the Velvet de Sarah Waters, un roman dont j’ai beaucoup apprécié l’écriture même si je n’ai pas accroché au genre en lui-même. Mais surtout, j’ai profité de l’été pour commencer la relecture d’une série que j’affectionne tout particulièrement : « Rivers of London » ou « Le dernier apprenti sorcier » de Ben Aaronovitch. J’avais écouté les livres audios à l’époque et cela faisait quelques temps que j’achetais les livres papiers pour pouvoir les relire un jour, le moment était venu. J’ai relu les quatre premiers : Les Rivières de Londres, Magie noire à Soho (dont le titre français me fait toujours autant hurler), Murmures souterrains et Le Rêve de l’architecte. Si vous avez envie de vous plonger dans une série d’urban fantasy avec un système magique très intéressant et un cast de personnages très divers, foncez.

Enfin, j’ai lu quelques mangas prêtés par mon fournisseur officiel : The Ancient Magus Bride de Kore Yamakazi avec les tomes 3 à 5, que j’apprécie toujours autant, Area 51 de Masato Hisa pour les tomes 3 à 5 également que je vais abandonner là, mais j’ai eu un vrai coup de cœur pour Beastars de Paru Itagaki, dont j’ai lu les trois premiers tomes.

Florilège de chroniques lues

Une seule chronique pour ce florilège, je n’ai visiblement pas pensé à en mettre de côté… Mais j’ai beaucoup apprécié la recension faite par Laure Bereni de Transfuges de sexe, d’Emmanuel Beaubatie, qu’on peut trouver sur le carnet de recherche Imbrication des rapports sociaux : Genre, classe, race.

Revue du web

Dans le monde de la véganie

Pour une fois, une vidéo adorable d’une femme qui donne des jouets à une pie : « Woman Gives Toys to a Wild Magpie — and He Invites His Friends Over to Play | The Dodo Wild Hearts ».

La vidéo de Trouble Fait « Les petits secrets du miel industriel » est non seulement intéressante, mais je la garde sous le coude pour l’envoyer à chaque personne qui me demande « non mais, même le miel ?! » et qui ne comprend pas pourquoi les abeilles aussi sont concernées par l’exploitation animale. Quand on voit le résultat de cette exploitation, on voit encore une fois à quel point on pourrait (et devrait) s’en passer…

Recettes

J’ai eu l’occasion de tester beaucoup de recettes, dont une grande majorité était très chouette. Deux recettes du chef Avant Garde Vegan : un « Tofu Katsu Curry » et « Healthier Vegan Cauliflower Mac & Cheese » qui étaient tous deux à tomber. Et également deux recettes de L’Herboriste, tout d’abord un « One Pot Pasta Bolognaise » qui m’a bien dépanné un soir et en sucré ces « Cookies tout cacahuète ». Avec l’été, le chocolat est pas de mise (et j’essaie de limiter ma consommation en plus) du coup l’idée me semblait fabuleuse mais j’étais très loin de m’attendre à les aimer autant ! J’ai refait la recette plusieurs fois depuis et elle deviendra sans nul doute une de mes recettes récurrentes !

Côté genre et féminisme

J’ai découvert le podcast Mansplaining qui parle de masculinités et aborde des sujets divers les concernant. C’est très accessible donc si le sujet vous intéresse, je vous le conseille.

L’épisode de La Poudre « Écrire nos utopies avec Wendy Delorme » était une merveille et me donne encore plus envie de découvrir les écrits de cette autrice.

Ce n’est pas nouveau que la charge qui pèse sur les mères, qu’elle soit physique, émotionnelle ou mentale, est énorme. L’article « Allaitement prolongé et cododo : une maternité plus « naturelle » qui questionne » d’Émilie Massemin sur Reporterre creuse les injonctions (souvent contradictoires) qui portent sur les mères.

Je recommande le documentaire #SalePute d’Arte qui parle de cyberharcèlement et le fait très bien.

L’événement commence à dater un peu mais si vous n’êtes pas au courant, Sasha Yaropolskaya a été interpellée par la police pour avoir protesté contre la présence de pancartes transphobes à la Pride de Paris. Sasha elle-même est revenue sur le sujet dans une vidéo de XY Media : « Les TERFs à la Pride de Paris : négligence et indifférence complices », où elle rappelle l’importance de ne pas laisser passer les discours transphobes.

Je parle souvent du podcast Camille, parce qu’il est fabuleux, et voici un nouvel épisode très important à écouter : « Comment être un·e bon·ne allié·e des personnes non-binaires ».

Convergence des luttes

Le podcast Parler comme jamais s’intéresse aux prisons dans deux épisodes très intéressants : « Prison : les mots font le mur » et « Étudier en prison ».

Quand j’ai vu cette série de podcast de La Série Documentaire de France Culture, je me suis ruée dessus et j’ai eu bien raison : « Je suis noire et je n’aime pas Beyoncé, une histoire des féminismes noirs francophones ».

Toujours un épisode de podcast, cette fois-ci le fabuleux Kiffe ta race avec « Noire et trans » qui était on-ne-peut-plus intéressant.

Ballast a publié deux articles à propos des morts au travail, en France, et c’est terrifiant : « Les accidents du travail ne sont pas des faits divers » et « Gérald le Corre, inspecteur du travail : « On laisse des travailleurs crever au boulot ! » ».

Sur un autre sujet mais toujours publié sur Ballast, je recommande l’entretien d’Amandine Gay publié en deux parties à propos d’adoption : « Nous, né⋅es sous le secret » et « Incarner les frontières ».

Le documentaire d’Arte Tuer l’indien dans le cœur de l’enfant revient sur l’Indian Act et le génocide en cours depuis des siècles au Canada contre les communautés autochtones.

À propos de grossophobie, je recommande un autre documentaire d’Arte : On achève bien les gros, de Gabrielle Deydier.

J’ai découvert le podcast Des poils sous les bras qui est une merveille et aborde des sujets toujours queers, féministes et intéressants avec des personnes concernées ; je recommande particulièrement l’épisode « Être butch : stratégie et déguisement avec Rizzo et Carole » mais tous sont chouettes. Toujours à propos d’homosexualité, l’article de Claude Mussou sur le carnet de l’INAthèque est une énième preuve que la bonne représentation d’une communauté est primordiale : « Les représentations du corps à la télévision : le traitement de l’homosexualité dans les programmes d’actualité (1964-2019) ».

Aurore Turbiau a publié un article à propos de « Monique Wittig, Virgile, non (1985) : enfer hétérosexuel et paradis lesbien » que j’ai pris beaucoup de plaisir à lire (et il faut vraiment que je lise Wittig). Bien moins réjouissant mais non moins important, Costanza Spina a écrit un article sur Manifesto.XXI : « Violences entre femmes lesbiennes. Les zones grises de la sororité » qui rappelle que les comportements toxiques et violents ne sont pas l’apanage des hommes cis, même s’ils sont bien plus concernés que les lesbiennes.

Enfin, un entretien d’Émilien Bernard avec le sociologue Uga Palheta a été publié sur CQFD : « Le fascisme a muté ».

Pop culture, tu l’aimes, tu l’analyses

Décidément, les vidéos de Ladyknightthebrave risque d’apparaître dans toutes les revues du Web, mais je recommande « Remembering With A Twist – A Jojo Rabbit & The Book Thief Video Essay » qui analyse brillamment, entre autres, comment et pourquoi des films représentants des nazis sont parfois encensés par les néo-nazis et aussi « A Wild Franchise: A Pacific Rim Video Essay » parce que j’ai beaucoup trop d’amour pour le premier film pour ne pas vous recommander cet essai.

Un chouette épisode de podcast de France culture parle de SF et de queer, évidemment j’ai foncé et si ces sujets vous intéressent, n’hésitez pas à en faire autant : « Queer : le mauvais genre de la SF ».

Musique

J’ai reçu mon album du groupe breton War-sav : Ar vuhez et c’est une merveille, je l’ai beaucoup, beaucoup écouté. Le petit livret qui donne à la fois les paroles des chansons et les traductions en français quand elles sont en breton, en plus de toutes les sources musicales, est un trésor.

Ce que j’ai fait cet été

Pour des raisons purement administratives et de contrat, je me suis retrouvée au chômage en juillet et août, ce qui n’était pas prévu mais finalement je pense avoir réussi à « profiter » de ces deux mois de pause. Je suis allée voir une amie en Bretagne, j’ai visité le parc Astérix avec un groupe de potes et c’était une merveilleuse expérience, j’ai passé du temps avec les personnes que j’aime. Et j’ai beaucoup beaucoup lu, en plus de m’être beaucoup reposé. Ça m’a fait tellement de bien que je ne me sens même pas coupable de ne pas avoir été « productive ».

En parlant de non productivité… Cette dernière est aussi due en grande partie à une amie qui m’a fait découvrir la série Leverage ainsi que sa suite, Leverage : Redemption et j’ai donc passé une bonne partie de mon mois d’août à regarder tout ça, puis à me plonger dans ce merveilleux fandom pour rester plongée dans cet univers. J’ai tout de même réussi à regarder d’autres séries, dont beaucoup étaient bien moins bonnes : Élite que je regarde pour entendre de l’espagnol mais honnêtement ça risque d’être la dernière saison pour moi ; Black Lightning qui a visiblement décidé de plus respecté ni cohérence ni chronologie dans cette dernière saison, il était temps que ça s’arrête ; Batwoman à qui j’ai donné sa chance pour voir si la nouvelle actrice amenait une nouvelle direction et plus de cohérence, mais non, ça reste une série de la CW et si j’ai laborieusement terminé la deuxième saison, je ne tenterai pas la prochaine.

Mais heureusement, j’ai aussi regardé d’autres chouettes séries : la dernière saison de Atypical que j’ai trouvé très satisfaisante et réconfortante ; Loki était sympathique à regarder même si je suis déçue du traitement de la question queer (mais en même temps, j’étais pas très optimiste) et enfin We Are Lady Parts que je recommande à 100 % à tout le monde, c’est une série drôle, innovante et qui se regarde très vite.

En dessins animés, j’ai regardé Miraï, ma petite sœur de Mamoru Hosada que j’ai trouvé étrange et qui ne m’a pas particulièrement convaincue. Je suis allé voir Pil au ciné, qui était chouette avec son héroïne moins conventionnelle que ce à quoi on est habitué⋅es mais prêchait beaucoup sur le rythme et les blagues lourdes… Depuis le temps que je voulais le voir, j’ai enfin regardé La Légende de Klaus (oui en plein été) qui était une merveille. J’ai re-regardé Toy Story parce que j’aimerais me refaire toute la série, et cette plongée nostalgique était merveilleuse. Un autre dessin animé que j’ai regardé à nouveau, et ceci va paraître très random, c’est le film Dragon Ball Z: Les Mercenaires de l’espace ; c’était un de mes films DBZ préférés avec L’Attaque du Dragon quand j’étais petite, et j’ai subitement eu envie de le regarder à nouveau (et c’était très, très cool).

Pour les séries animées, j’ai tenté Trese : Entre deux mondes, une série philippine que j’ai apprécié pour ce qu’elle montre du folklore et de la mythologie philippine mais le rythme était un peu trop lent à mon goût. J’ai regardé la dernière saison de l’anime Fruits Basket qui était également très nostalgique pour moi et très satisfaisant.

En films, j’ai vu Shéhérazade qui était assez prenant, Jumanji: Next Level qui était bien pour passer le temps, Jojo Rabbit est une merveille et dans un tout autre registre Us était intéressant même si la fin m’a rendue plus confuse qu’autre chose. Et mon premier film au cinéma cette année c’était le documentaire Une Histoire à Soi d’Amandine Gay, que je recommande à tout le monde puisque c’est, sans surprise, un trésor.

Je souhaite bon courage pour la rentrée aux personnes qui reprennent et à toustes : prenez soin de vous et j’espère que vous aurez le temps de faire de chouettes lectures !


wallpaper-1019588
L'histoire de l'écriture, une fameuse aventure!
wallpaper-1019588
Télécharger Gratuit Monster Clash 2 APK MOD (Astuce)
wallpaper-1019588
Les garçons russes ne pleurent jamais
wallpaper-1019588
L’armée des ombres – Joseph Kessel