La commode aux tiroirs de couleurs d’Olivia Ruiz

Toutes les familles ont leurs secrets planqués au fond d’un tiroir. Certains y resteront prisonniers à jamais, d’autres finiront par s’en échapper à l’occasion d’une confession ou d’une maladresse. Les secrets de l’Abuela occupent les dix tiroirs de sa commode, elle les y a rangés avec soin, de manière chronologique mais avec un brin de fantaisie, pour les léguer à sa petite-fille, pour qu’elle sache d’où elle vient, de quelles femmes exceptionnelles elle est la digne descendance, pour qu’elle n’oublie jamais ses origines, pour qu’elle se construise sur la vérité plutôt que sur des non-dits.

La commode aux tiroirs de couleurs d'Olivia Ruiz (éditions Le livre de poche)

La commode aux tiroirs de couleurs d’Olivia Ruiz (éditions Le livre de poche)

C’est le coeur meurtri par la disparition de cette grand-mère dont elle était si proche, que la petite-fille de Rita va ouvrir un à un ces tiroirs pour y découvrir de menus objets, symboles des grandes étapes de sa vie. De sa jeunesse en Espagne à son exil forcé sous le régime de Franco, Rita égraine les souvenirs, les anecdotes et les émois de son existence.

Elle ne taira rien de ses joies et de ses malheurs, ne cherchera pas à dissimuler ses failles et ses erreurs, se présentant comme ce qu’elle a toujours été : une femme imparfaite mais libre.

Et tandis que l’on refait le chemin de sa vie, le récit se resserre, devient moins fouillis, moins exubérant, moins fantasque car plus grave, plus mature comme elle.

Tu sais quoi mi vida ? On s’en fiche, cette histoire c’est la nôtre, que ça leur plaise ou non. Je serai tes origines, tu seras mes racines et on s’inventera la vie qui nous plaira. On ira où on voudra, on sera qui on a envie d’être, et on s’écrira un avenir fantastique, ensemble. Notre histoire, je te la livrerai et tu en feras ce que tu voudras. Je te raconterai que tu descends de deux lignées de combattants, disparus pour leurs idées.

Prête à larguer les amarres au bout de deux ou trois tiroirs à force de buter sur une construction peu académique, une concordance des temps assez personnelle et sur d’obscurs personnages que j’ai eu bien du mal à replacer dans leur contexte, j’ai finalement persévéré face au peu de pages qu’il me restait à lire. Bien m’en a pris pour une fois car l’agacement a laissé place à la plus vive des émotions. J’ai été cueillie par surprise par les mots d’Olivia Ruiz, ces mêmes mots, que je trouvais peu de temps avant mal agencés, me sont allés finalement droit au coeur.

La commode aux tiroirs de couleurs ne m’a peut-être pas révélé la plus belle plume que j’ai été amenée à lire mais sans aucun doute l’une des plus vraies. L’auteure a incontestablement du talent pour faire jaillir les émotions et pour cela en particulier je serais heureuse de la lire à nouveau.


La commode aux tiroirs de couleurs d’Olivia Ruiz


L’ESSENTIEL

Couverture poche de La commode aux tiroirs de couleurs d'Olivia Ruiz

Couverture poche de La commode aux tiroirs de couleurs d’Olivia Ruiz

La commode aux tiroirs de couleurs
Olivia RUIZ
Editions JC Lattès en GF et Le livre de poche
Sorti le 03/06/2020 en GF et le 02/06/2021 en poche
192 pages


Genre :  contemporain
Plaisir de lecture : ❤❤❤❤
Recommandation : oui
Personnages : Rita, sa petite-fille, Cali, Rafael, André, Pepita…
Lectures complémentaires :  Les mémoires familiales de Vanina Leprovost, Tant qu’il y aura des cèdres de Pierre Jarawan, Fantômes de Christian Kiefer

RÉSUMÉ DE L’ÉDITEUR

« Parce que c’est ça que je veux que tu retiennes. Nos couleurs. Chaudes, franches. Je veux que ces femmes si différentes, si vivantes, si complexes qui composent ton arbre généalogique puissent t’inspirer et t’aider à savoir qui tu es, le fruit de quels voyages et de quelles passions. »

À la mort de Rita, surnommée « l’Abuela », sa petite-fille hérite de l’intrigante commode qui avait jadis nourri toute sa curiosité et son imagination enfantines. Le temps d’une nuit, ouvrant ses dix tiroirs, elle découvre les secrets qui ont scellé le destin de plusieurs générations de femmes, entre l’Espagne et la France, de la dictature franquiste à nos jours.

Dans ce brillant premier roman Olivia Ruiz révèle son formidable talent de conteuse et nous offre une fresque flamboyante sur l’exil.


TOUJOURS PAS CONVAINCU ?

3 raisons de lire La commode aux tiroirs de couleurs

  1. L’idée de ce récit construit autour de dix secrets enfermés dans dix tiroirs est absolument géniale, même si trop peu exploitée à mon goût
  2. Les portraits de ces femmes sont touchants
  3. C’est un roman que l’on ne se contente pas de lire, on le vit

3 raisons de ne pas lire La commode aux tiroirs de couleurs

  1. La construction du récit est assez fatigante au début mais les choses s’améliorent au fil des pages
  2. Les faits relayés sont très vite expédiés : 190 pages pour résumer toute une vie, c’est peu
  3. Finalement la partie sur le régime franquiste et l’exil est celle qui m’a le moins intéressée, à mon grand désarroi

L’article La commode aux tiroirs de couleurs d’Olivia Ruiz est apparu en premier sur Lettres & caractères.


wallpaper-1019588
King’s game, tome 1 à 5 • Nobuaki Kanazawa et Hitori Renda
wallpaper-1019588
King’s game, tome 1 à 5 • Nobuaki Kanazawa et Hitori Renda
wallpaper-1019588
L'autre proposition de la PdM #79
wallpaper-1019588
Beta ray bill par daniel warren johnson : grand spectacle en grand format chez panini