Seule la haine de David Ruiz Martin

Auteur: David Ruiz Martin
Maison d'édition: Taurnada 
Genre: Thriller 
Prix: 9,90 €
Pages: 256
Date de 1er édition:2020

Résumé
Persuadé que Larry Barney, psychanalyste spécialisé dans les troubles de l'adolescence, est responsable du suicide de son frère, Elliot, quinze ans, se présente armé dans son cabinet.Séquestré, Larry n'a d'autre choix que de laisser le jeune homme lui relater les derniers mois. Mais très vite, c'est l'escalade de l'horreur: Larry est jeté dans un monde qui le dépasse, aux frontières de l'abject et de l'inhumanité.Au fil du récit, tandis que les détails se succèdent, une seule idée l'obsède: celle de s'en sortir, à tout prix...Seule la haine de David Ruiz Martin
17/201ère impression: Un excellent thriller psychologique ! Ce livre a su me happer du début à la fin. J'ai été prise dans l'histoire, j'avais l'impression d'être dans la tête des personnages et de vivre cette histoire à travers leurs yeux. C'était puissant, surprenant, original, glaçant et complexe.Parlons des personnages Les personnages sont un gros point fort pour ce roman ! Il y a très peu de personnages mais ils sont tellement bien travaillés, développés et  complexes que c'est largement suffisant !   D'un côté on a le psychanalyste Larry, un homme au premier abord bon sous tous rapports. Mais peu à peu on découvre l'homme derrière le professionnel avec ses faiblesses, ses doutes et ses peurs.   D'un autre côté on découvre Elliot, un jeune homme intelligent, provocateur et manipulateur. Depuis le suicide de son frère il perd pied petit à petit. Il veut la justice et comprendre pourquoi son frère lui a fait ça.   Les protagonistes secondaires sont tous aussi intéressants à découvrir, riches et approfondis.Passons à l'histoire de ce livreL'histoire m'a passionnée, c'était prenant, j'ai dévoré les pages. Une histoire de rédemption, de vengeance et de justice. Un thriller en huis clos dont la force repose sur le côté psychologique. L'auteur est machiavélique, il est arrivé à me faire rentrer dans la tête des personnages. Il m'a fait douter de tout et tout le monde. J'avais envie de comprendre tous les tenants et aboutissants, même les choses les plus sombres.   J'aurais juste aimé que cela dure encore et que la fin soit encore plus développée. C'était également un peu prévisible.     N'oublions pas de parler du style d'écriture Je pense que David Ruiz Martin sera un auteur à suivre ! Une plume excellente. C'était bien écrit, percutant, addictif  rythmé et captivant. Certaines scènes sont par contre assez dures pour les personnes les plus sensibles. Pour conclure 
 Un excellent thriller psychologique. David Ruiz Martin a réussi à me tenir en haleine et à me mener en bateau tout le long de son roman. Le côté psychologique est tellement bien travaillé qu'on rentre parfaitement dans la tête des personnages. L'auteur ne nous épargne que très peu. il n'y a pas de répit entre scène d'horreur, retournement de situation et situation machiavélique, cela laisse peu de temps au lecteur pour se reposer, le rythme est donc dingue.
les +:
* L'histoire était passionnante ! J'avais envie de comprendre pourquoi Elliot en était arrivé à menacer Larry le psychanalyste de son frère suite a son suicide. J'avais besoin de savoir tout ce qui c'était passé pour que ce jeune homme intelligent en vienne à perdre totalement pied. Son récit est glaçant et sombre. J'avais l'impression qu'il me racontait son histoire, que j'étais Larry.
* Les personnages sont un gros point fort de ce roman ! Ils sont tellement, complexes, mystérieux, ambigus et bien travaillés. Elliot et Larry m'auront marquée.
* La plume de l’auteur est excellente, c'est fluide, bien écrit, complexe, rythmé et percutant. Il a réussi à me faire vivre un ascenseur émotionnel.
Les - : 
* J'aurais apprécié que ce soit encore un peu plus long avec une fin un petit peu plus développée.
 * Certains retournement de situation prévisible !Une Citation pour se faire une idée de la plume !
Ce gosse me trouble. Son comportement, sa manière de parler, à tout réduire au banal, ce ton blasé qu'il use sans arrêt, comme si plus rien ne le surprenait. Comme s'il avait déjà tout vu, tout vécu. Elliot a dû traverser des moments étranges, peut-être atroces, et je commence à craindre ce qu'il est sur le point de me dévoiler.

wallpaper-1019588
Brunetti et le mauvais augure de Donna Leon
wallpaper-1019588
L’harmonie de sa mélodie (H.E.R.O. #3.5) de Victoria Sue
wallpaper-1019588
La Déferlante, la revue des révolutions féministes #1
wallpaper-1019588
Un petit geste – Jacqueline Woodson et E. B. Lewis