Le clan de la rivière sauvage T.1 – Renaud Dillies & Régis Hautière

Après 10 000 ans d’absence (vous nous avez manqué), des difficultés à savoir de quoi vous parler tant rien ne nous enthousiasmait vraiment, on revient sur le blog pour un court article BD. L’article d’aujourd’hui fera office de piqûre de rappel : lisez le duo Dillies-Hautière !

On vous avait déjà vaguement parlé de notre amour pour l’auteur de bande-dessinées Renaud Dillies dans un précédent C’est l’premier j’balance tout (où nous étions vraisemblablement déjà à fond les ballons) mais laissez-nous vous parler aujourd’hui de sa dernière BD.

Fine pluie d’été dehors, on ouvre notre fenêtre, on se fait couler un petit café et on revient, promis.

Le clan de la rivière sauvage T.1 – Renaud Dillies & Régis Hautière

Pour celles et ceux qui ne connaitraient pas Renaud Dillies, il est un illustrateur de bande dessinée à la douceur inégalée. Son trait à la fois hachuré et très rond donne automatiquement à chacune de ses œuvres à la fois l’aspect d’un classique bourré de nostalgie et d’une aventure visant la jeunesse. Mais en outre-passant le trait très rond et enfantin du dessinateur on s’aperçoit bien vite que les thèmes qu’il aborde sont d’une richesse telle que c’est bien aux anciens enfants que nous sommes qu’il s’adresse (Z’avez vu, on sort des phrases à la con pseudo-poétiques. On est en forme. En très grande forme.)

Avec ce tome un du Clan de la rivière sauvage, Renaud Dillies et Régis Hautière (un duo de choc à la hauteur d’un bon duo Loïc Clément – Anne Montel (*winky winky l’ourse*)) ont bien compris le dicton : c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures confitures mais attention, ils ne nous prennent pas pour autant pour des pigeons. La formule est renouvelée pour les auteurs qui mettent un peu de côté les questionnements sur le sens de la vie au profit d’une pure aventure à la Huckleberry Finn (y a une ambiance un peu comme ça qui va vite s’envoler vers un récit moins classique) qui devrait charmer les plus jeunes aussi bien que les adultes, encore une fois. Une belle quête initiatique à base de dialogues savoureux, de personnages voués à évoluer dans un sens plaisant, d’amitié et de voyages… particuliers (on veut pas vous en dire trop, on préfère que vous découvriez de quoi il en retourne par vous même !)

Le clan de la rivière sauvage T.1 – Renaud Dillies & Régis Hautière

C’est donc avec un plaisir non-dissimulé que nous nous sommes plongées dans cette première BD qui, d’apparence, nous décevait pourtant un peu. On s’explique : les BDs de ces auteurs sont souvent imprimées sur du papier mat avec un grain qu’on adore. Un grain qui donne un aspect déjà un peu « vieilli » au dessin sans qu’il n’y ait rien besoin d’ajouter. Ici, les éditeurs ont penché pour un papier plus « brillant » que l’on trouve personnellement beaucoup moins charmant. Enfin, nous n’étions absolument pas convaincues par les couleurs trop criardes du tout. Cela dit, peut-être qu’on est un peu difficiles et pinailleuses par moments ce qui fait de nous des casse-burnes invétérées…

Mais évidemment vous avez maintenant compris à quel point on aime ce duo (Est-ce qu’on vous a dit qu’on aimait ce duo ??!) alors on s’est lancées quand même. Et on a vraiment bien fait !

Dans ce premier tome on découvre les personnages de Choko (un ours) et Zaki (un…. oiseau i guess ?), deux copains qui vont dans la même école, passent leurs journées au bord de la rivière du petit village de Saint-Isidore dans lequel ils vivent une vie paisible avec leurs familles. Mais parfois la vie paisible, c’est emmerdant, on va pas se le cacher. Alors les après-midi, ils rêvent d’aventures folles. Des aventures à base de pirates, surtout. Zaki le téméraire et Choko le gourmand peu aventureux vont finalement être pris dans une histoire folle lorsque Anarchis de Blancherive, le Grand Conteur s’arrête à Saint-Isidore. Les deux copains pourraient bien découvrir que le monde dans lequel ils vivent comporte plus de magie que ce qu’ils ne croyaient à l’origine.

Si ce premier tome est accessible à la jeunesse, Dillies et Hautière ne prennent pas les enfants pour des cons et on vous prévient d’avance si vous destinez cet ouvrage à votre nièce ou qui sais-je, il faut tout de même maîtriser un minimum les codes de la BD pour s’aventurer dans celle-ci. Proposant une double narration, cette bande-dessinée saute de l’une à l’autre sans crier gare et un enfant de moins de dix ans s’y perdrait peut-être.

Véritable hommage à la littérature, à l’imagination et à tout ce que les mots peuvent nous faire expérimenter, ce premier tome est très prometteur et annonce une suite pleine de rebondissements et de décors différents. En bref, de notre côté on attend déjà le tome deux avec impatience !

Sur ceux, on vous laisse, c’est presque l’heure du goûter, et le goûter c’est sacré. C’est pas Choko qui me contredirait…

Le clan de la rivière sauvage T.1 – Renaud Dillies & Régis HautièreFranchement, peut-on faire plus adorable comme planche ? Non.

La bonne bise ♥

Votre bonne vieille Tata Alberte

éé

wallpaper-1019588
Le livre de l'année 2022
wallpaper-1019588
[ AVIS LECTURE ] A vif de René Manzor
wallpaper-1019588
Par la racine
wallpaper-1019588
Par la racine