C'est lundi, que lisez-vous? #352

Ce rendez-vous hebdomadaire consiste à vous présenter chaque lundi mes lectures passées, en cours et à venir en répondant à trois questions :-)

ALBUMS JEUNESSE

C'est lundi, que lisez-vous? #352

Comme Valentine a grandi, son père décide de lui en fabriquer un nouveau. Pour ce faire, il utilise le bois du vieux poirier malade qui se trouve dans le jardin. Lorsqu'il est fini, Valentine est heureuse de s'endormir dedans. Mais voilà qu'une voix chaleureuse la réveille doucement. Une voix qui la transporte en lui racontant des histoires des temps passés, des êtres rencontrés... Et ainsi passent les nuits. Mais voilà qu'un soir, l'arbre se tait. Son absence désempare le rossignol, son silence attriste l'enfant. Une larme coule de sa joue au bois de son lit. Et pendant son sommeil, une branche feuillue surplombe sa tête. Aussitôt, Valentine la plante. Et chaque soir, avant d'aller dormir, Valentine conte une histoire à l'arbrisseau pour le faire grandir.

Quelle belle histoire de transmission, de cycle et d'écologie, délicatement illustrée!

C'est lundi, que lisez-vous? #352

Alors que se termine la dernière répétition avant le spectacle, une jeune ballerine se rend compte que le peintre Monsieur Degas qui aime à venir les représenter sur ses toiles, est parti avec un mauvais sac. Par inadvertance, il a pris le sien où se trouve son tout nouveau tutu et a laissé son sac avec ses tubes de peintures.

Il lui faut faire vite. Alors elle s'élance dans tout Paris, croise de nombreux peintres qui chacun l'envoie vers sa prochaine destination où se trouvera, peut-être, Monsieur Degas.

J'ai beaucoup aimé cet album qui nous transporte dans le Paris du début XXe siècle, qui nous fait rencontrer plusieurs peintres impressionnistes d'alors, nous immergeant dans des illustrations évoquant leurs tableaux (que l'on retrouve en fin d'album). La quête de la fillette s'accompagne d'observations autour de la peinture, des couleurs, de la lumière, comme de la société d'alors. J'aime beaucoup les différents cadrages utilisés, qui jouent sur les perspectives. C'est un très bel album pour découvrir de mouvement artistique et sa représentation de Paris.

C'est lundi, que lisez-vous? #352

Cet album grand format, riche de couleurs et de détails, est un fabuleux cherche-et-trouve. Dans chaque double-page se cachent 20 animaux marins (à la dénomination rigolote) qu'il nous faut rechercher. Cela demande de l'observation et un peu de persévérance car ils ne sont pas toujours faciles à déceler bien sûr!

Dix environnements marins composent cet album qui fait passer un très bon moment!

C'est lundi, que lisez-vous? #352

J'adore les abécédaires! Leur concept est similaire et leur réalisation toujours différente. Dans celui-ci, servi par un très grand format, Bernadette Gervais nous emmène au contact de la nature, végétale et animale. Ainsi découvrons-nous des fruits, des fleurs, des oiseaux, des légumes, des poissons, des noms connus et d'autres pas. Selon les lettres, les représentations de chacun sont plus ou moins grosses, toujours délicates, avec un petit côté désuet qui contraste avec la typographie orange de la lettre.

ROMAN JEUNESSE

C'est lundi, que lisez-vous? #352

Quelle joie de retrouver Mademoiselle Coline et ses élèves dans leur tout premier roman (je n'ai pas lu les romans dans l'ordre, mais ils peuvent très bien se lire indépendamment les uns des autres!). Mademoiselle Coline, maîtresse pleine d'allant et de réparties rigolotes est stupéfaite lorsque ses petits élèves lui apprennent qu'aucun d'entre eux n'a jamais vu la mer, sauf Sara. Qu'à cela ne tienne, elle les emmène donc à Blankenberge (nous sommes en Belgique), un nom qui ne fait pas rêver mais où se trouve la mer... mais aussi la grisaille et la pluie...

Un court roman jeunesse qui ne manque pas d'humour et de positivité, lu avec mes garçons, qui nous transporte au cœur d'une sortie scolaires entre caractères et aléas, pour nous rappeler que nombreux sont les enfants à n'avoir jamais vu la mer, ni à pouvoir partir en vacances, et qui ne la connaissent que par le prisme d'images (télévisuelles, publicitaires, d'illustrations).

Je vous en parlerai davantage dans un article dédié.

ROMAN ADO

C'est lundi, que lisez-vous? #352

Lâche-moi! Nancy GUILBERT. Éditions Magnard Jeunesse, collection "Presto", à paraître le 9 septembre 2021

Mayana, collégienne de 13 ans, est une jolie métisse qui n'est pas très bonne en maths, ce qui lui donne des complexes. Surtout depuis qu'elle a entendu la cousine Béa la comparer à sa demi-sœur Margaux, de quatre ans son aînée. Peut-être moins jolie qu'elle (de l'avis de tous et de Béa en particulier), Margaux excelle dans toutes les matières, et notamment en maths, mais refuse d'aider Mayana, lui intimant de faire l'effort de travailler.

Depuis peu, Margaux sort avec Carl, LE beau gosse du lycée. Gentiment, et surtout secrètement, il propose à Mayana de l'aider. Et bien vite, ses notes progressent, impressionnant sa professeure qui l'estimait "perdue". Malheureusement, rien n'est jamais gratuit comme va amèrement le découvrir Mayana.

Dans ce court et percutant roman, Nancy Guilbert nous parle de la pluralité des relations, et notamment des toxiques. Celles qui s'installent si banalement, finissant par occuper nos pensées et obstruant notre jugement, nous enfermant. Comme dans Point de fuite, j'ai été saisie par la justesse et le réalisme de ce mécanisme implacable et destructeur. Je suis ressortie émue et touchée par cette lecture qui encourage à la libération de la parole, pour aider (soi et les autres).

BD

C'est lundi, que lisez-vous? #352

Après l'automne et l'hiver, Dav nous emmène en été, Sous les Arbres, où des enfants jouent au ballon dans un étang. Le bruit qu'ils font, entre cris, éclaboussures et paniers ratés, exaspèrent M Hibou et M Grenouille. Le premier se renfrogne quand le dernier n'hésite pas à donner de la voix. Pourtant, peu à peu, le premier s'adoucit, jusqu'à profiter pleinement, lui aussi, des petits bonheurs estivaux!

Cet album, sans texte, est un régal. Une nostalgie d'enfance et un appel au partage dont je vous parlerai davantage cet été!

2/ Que suis-je en train de lire en ce moment?

C'est lundi, que lisez-vous? #352

EXTINCTA. Victor DIXEN.Éditions Robert Laffont, novembre 2019

La Terre, le monde, ne sont plus comme nous les connaissons. Tout s'est effondré, tout a disparu et a été anéanti: la faune, la flore n'existent plus. Ou presque. Les Derniers Humains se sont réfugiés dans les Dernières Terres, au-dessus de la Réserve mondiale de graines que les Anciens Hommes avait créée. Ils se sont ensuite un peu dispersés sur ces Terres hostiles et rocailleuses, se nourrissant d'algues dont la mer regorge, créant des Cités-Royaume fondées sur un système féodal reposant sur cinq classes sociales (Suants - Crachants - Saignants - Pleurants - Apex) aux couleurs distinctes (gris - ocre - rouge - bleu - violet) et rendant un culte à Terra, la Reine-Mère. Qui ne s'y conforme pas ou déroge aux règles est accusé d'être un terracide et voué à mourir avec agonie.

Dans ce monde vit Astréa, fille de Patel, une jeune Suante qui souhaite revêtir le linceul azuré. Pourtant, son destin va se révéler tout autre lorsque l'Haleine Ardente souffle sur Viridienne, sa ville, et voit disparaître son frère ainé, Palémon, accusé de sacrilège et condamné à mort.

Du haut de son castel ,le Prince Océrian, fils aîné du roi Orcus, rumine sa vie gâchée. Amputé au-dessus du genou droit depuis six ans suite à un effondrement de terrain, il vit reclus en ces murs, oublié de son père qui l'envoie se marier avec une Princesse de Flamboyante. Décidant de prendre sa vie en main en s'enfuyant, il tombe entre les mains d'Astréa et de ses complices, dont il devient le prisonnier et la monnaie d'échange...

Victor Dixen nous emmène dans un roman post-apocalyptique et choral, qui voit s'alterner les voix d'Astréa et d'Océrian, avec leur détermination, leur doutes, espoirs et troubles. Leur monde est superbement retranscrit avec ces noms qui font référence à des animaux marins et leur symbolique. Son écriture est fluide et immersive, et la mise en page très attractive avec ces chapitres qui font le décompte des heures avant l'extinction, ornés d'une bougie qui se réduit peu à peu. Le roman se divise en trois parties dont chacune s'ouvre sur une carte richement ornée. Et la couverture est magnifique!

Des traces de notre monde actuel sont évoquées ça et là et font référence à la pollution avec les plastiques, à la surexploitation des animaux et leur consommation, mais aussi aux livres (avec des poèmes de Charles Baudelaire, le roman d'Aldous Huxley, Le meilleur des mondes; ou encore... le Journal de Mickey (j'ai adoré ce passage!).

Il me tarde de lire la suite!

3/ Que vais-je lire ensuite?

C'est lundi, que lisez-vous? #352

Enola Holmes- Tome 1 -La double disparition. Nancy SPRINGER. Editions Nathan, 2007

Présentation de l'éditeur: Ceux qui disent que Sherlock Holmes est le meilleur détective du monde ignorent encore l'existence de sa soeur : Enola Holmes ! 1888. Le jour où Enola Holmes découvre que sa mère a disparu, elle pressent qu'elle seule pourra la retrouver. Elle qui a grandi libre, est alors soumise par ses frères à l'apprentissage des bonnes manières d'une lady, puis expédiée droit vers un pensionnat de jeunes filles. Mais la chère enfant a du cran et de la ressource et elle échappe à son détective de frère, plongeant dans les basfonds de la capitale...

Pour une LC avec Alexielle et Bidib à venir le 27 juin.


wallpaper-1019588
La famille Quichon, la preuve par onze
wallpaper-1019588
Code Triche Monster Castle APK MOD (Astuce)
wallpaper-1019588
L’épouse et la veuve de Christian White
wallpaper-1019588
Alerte avalanche d’amour et tempête de flocons – Alex Kin